BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Vive ma dent de sagesse !

Yanick Klimbo Tremblay
21 juin 2007

Lundi dernier, je me suis fait arracher ma dent de sagesse du haut, à gauche. 200$ pour deux minutes de bisouillage ! Je croyais que j’allais miauler que le bazwell ayant déjà vu d’autres personnes subir le même sort mais non, grâce à ma sublime force mentale et physique, je n’ai rien senti mais j’ai saigné en bâtard !
dent

Il m’a manqué lors du premier coup par exemple. Utilisant un genre de tournevis ou un truc qui ressemblait à un burin pour me coincer la dent et agir en tant que levier, le dentiste a glissé. Il m’a enfoncé le burin dans les gencives, je dois avouer que j’avais les larmes aux yeux malgré que ma yeule était totalement gelée.
burin

Ensuite, avec des pinces, il a tenté d’extraire la dent. Il gossait, de gauche à droite, de haut en bas. Même si Something About You de Level 42 jouait à la radio de Rythme Fm, j’entendais le scrounch de la dent travaillée de main de maître par mon dentiste. C’était comme si des acariens mangeaient des biscuits en forme de feuilles d’érable dans mes oreilles.
level

Il a réussi après un gros deux minutes de déguedinage extrême. Un vrai champion à 100$ la minute. L’hygiéniste a ensuite mis ma dent dans un petit récipient de plastique avec une corde bleue pet en forme de …dent que j’ai portée au cou tout au long de ma marche sur Ontario, en crachant du sang à chaque 3 pas mais ce n’est pas quelque chose de répugnant sur cette rue, ne vous inquiétez guère de ma réputation, elle est intacte !

Sur une touche un peu plus caustique, j’aimerais vous faire part de l’anecdote suivante qui est arrivée à moi, Marie-C et ma belle-sœur avant le concert de Dinosaur JR.

Ma belle-sœur voulait manger une patate du Montréal Pool Room, question de fucker sa taille de guêpe probablement. Nous étions au Club Soda, réputé pour sa bière à 5,75$ lors des concerts. Tout ce que nous avions à faire était de traverser la rue St-Laurent et cette journée-là, c’était assez facile car nous étions au beau milieu des célébrations de la F1. C’était aussi bouché que la gorge et l’œsophage de Mama Cass des Mamas & the Papas lorsqu’ils l’ont retrouvée morte après s’être étouffée avec un sandwich.
cass

Nous pouvions traverser n’importe où, c’était la beauté de la chose. On décide de piquer juste en face du club Cléopâtre, endroit réputé pour son exotisme et le prix modique des nounes, et des Katakombes.

De ce côté, nous commençons à marcher. Marie-C et sa sœur sont devant, moi je traîne en retrait. Sur ma gauche, de nombreuses voitures sont stationnées. Dans l’une d’elles, je vois une petite asiatique totalement défoncée, assise sur le siège du conducteur. Elle a la tête appuyée sur le bras de vitesse de ce gros Chevrolet. Mon pas se ralenti. Elle a les yeux dans la graisse de bines, elle semble en manque.

Sa tenue parle d’elle-même pour décrire son boulot. C’est probablement une prostituée de bas niveau et une junkie en manque. À la droite de la voiture, accotés au mur près d’un resto se trouvent deux hommes qui ont l’air en « cheap business »

Je vais rejoindre les filles au Montréal Pool Room, elles sont en dedans. Pendant que ma belle-sœur commande, je suis témoin d’une des scène les plus ignoble qu’il m’ait été permis de voir.

Sur le trottoir, je vois un des deux hommes s’avancer près de la voiture qui tend un objet, fort probablement une seringue car ce n’était pas un stylo, à la jeune fille dans la voiture. Cet homme est un colosse du type mastodonte, un obèse d’environ 400 livres et il vend de l’héroïne, coin St-Laurent et Ste-Catherine. Il a donné une dose à une de ses clientes qui peut même se payer le luxe de faire son fix dans la voiture du revendeur, à la vue de tous, sans gêne.
pool

J’attends encore. Ma belle-sœur reçoit sa patate et l’asperge de sel. Marie-C vient me rejoindre et je lui explique ce qui se vient de passer. Marie-C est outrée. Les gens qui marchent sur la rue regardent à l’intérieur de la voiture, c’est achalandé, c’est la fiesta de la F1. Les gens semblent inquiets de la scène, le gros revendeur sent la soupe un peu chaude.

Pris d’un certain malaise, le gros sale décide de s’approcher de sa voiture et de sa taille gargantuesque, obstrue la vitrine de sa voiture. Les gens le dévisagent se demandant ce qui se passe dans la voiture. Dans la voiture, une fille qui a fait son fix et elle est en train de buzzer dans la voiture, à moitié à poil.

Pour ne pas perdre son cool, l’adipeux corpulent regarde les gens qui le croisent du regard en haussant des épaules et en imitant un faciès de quelqu’un qui semble dire : « Chèquez-moi donc la fuckée dans mon char, estie de folle ! »

Il continue de cacher sa pauvre victime qui convulse dans la voiture. Ma belle-sœur revient et on se parle de tout ça. Le cœur nous lève, nous sommes dégoûtés. En repassant à côté de la voiture, je vois la petite asiatique toute écartée, vêtue de son petit short de jeans coupé où l’on peut facilement entrevoir les lèvres de sa vulve probablement surutilisées en cette journée, totalement tordue sur le siège du conducteur, elle convulse. Ses bras sont marqués par les nombreuses expériences… à répétition. Ce n’est pas une nouvelle dans le domaine.

Cet homme n’avait aucune honte, aucun respect de l’être humain. Un Hitler en culotte courte et obèse, un scélérat de la pire espèce. Il transpirait la misère humaine qu’il produit et qu’il nourrit. Gros sale.

Quand tu l’as en pleine face, la misère humaine, ça fesse. J’avais déjà vu des junkies se piquer devant moi dans le bas de l’escalier de l’ancien appartement de Marie-C mais je dois avouer quand voyant le complice de cette misère nourrie par cet homme et de la déchéance de cette fille, c’était un peu plus démoralisant.

Vous connaissez l’expression qui dit que la personne qui tient le fusil est aussi coupable que celui qui tire sur la gâchette ?

Le tout a pris un sens ce soir-là.

J’espère qu’il rôtira en enfer…
junk

Ce qui joue en masse :

Ion Dissonance « Minus the Herd »

ion

Vraiment, c’est zinzin à dire mais ce groupe a évolué. Ce disque est tellement bon, si vous n’avez pas ce disque, vous avec un sérieux manque à comber. Venez pas me roter en disant :

« Je vais le downloader pis on verra ! »

Non, va l’acheter pis si t’aime pas, je te rembourse le double !

Des rythmiques lourdes, effleurant le Meshuggah, des paroles qui te rentrent dedans. Checke-ça !

Despised Icon « Ills of Modern Man »

Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

Deux groupes québécois dans le même blog, c’est fort ! Que veux-tu, quand ça torche et que c’est de la puissance au cube, au volume même, il faut en parler.

Despised Icon et Ion Dissonance, t’as pas idée du son ? Un test : Ingurgite 12 Boréale Blanche, calle trois Red Bull et pogne-toi un élan avec ton vélo. Si tu n’as pas de vélo, tu prends une trottinette ou des patins roulettes. Ensuite, tu choisis une côte bien abrupte et tu descends. Pour t’arrêter ensuite, tu entres dans un arbre.

Vivant ? Relève-toi. Pis ? C’est le même effet avec les deux groupes que je te parle !

3 commentaires
  • Yannick
    21 juin 2007

    sacrifice que j’aime ta comparaison de Ion et de Despised Icon….trop fort !

    pour le rest de l’histoire…t’as tout dit…

  • k-jo
    21 juin 2007

    Salut à toi,

    Ton jugement envers ce gros vendeur d’héro est asser forte et je ne suis pas nécessairement contre ce que tu dis. Or, l’utilisation de phrase comme :  »Sa tenue parle d’elle-même pour décrire son boulot. C’est probablement une prostituée de bas niveau et une junkie en manque. » Note un certain partage de valeur de mépris pour certaines personnes faisant aussi partie de la race humaine…

    By the way, je suis intervenant en toxicomanie au centre-ville… Ces personnes je travail avec elle et elle mérite beaucoup plus que des étiquette de prostituée cheap ou de junkie crasseux…

    Au plaisir l’ami
    Alex k-jo

  • Dorothée
    22 juin 2007

    Double Ouch…

    de un pour les dents de sagesse…
    de deux pour le moral…simplement dégueulasse du fait que certains profitent des personnes plus fragiles dans la vie.

    et k-jo: je crois pas ke Klimbo fasse preuve de mépris…plutot de désolation face au fait que certaines personnes dans la vie ont plus de difficultés que d’autres…

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES