BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Obliveon, entrevue complète

Yanick Klimbo Tremblay
14 août 2007

Voici l’entrevue complète avec Obliveon. La version courte était dans le BangBang du mois d’août.

log

Tout au long des années 90, Obliveon a tout essayé pour parvenir aux sphères cosmiques de l’univers métal. Est-ce que le grunge a mis en péril le métal de qualité ? Hum… Pendant qu’au Québec on encensait Noir Silence et Kathleen, Obliveon mangeait de l’asphalte sur nos autoroutes à numéros pour démontrer un savoir-faire qui ne laisse personne indifférent, même 5 ans après la dissolution du groupe.

Obliveon est un des nombreux groupes québécois très avant-gardistes qui a toujours lancé des albums de qualité mais qui, malheureusement, n’étaient pas lancés à la bonne époque. C’est un phénomène fréquent ici dans la Belle Province, nos groupes osent et offrent du métal d’une qualité prodigieuse mais dorment malheureusement dans les bacs des commerçants. Tout de même, ceux qui ont creusé et qui ont égratigné la surface métalloïde durant les années 90 ont pu apprécier le son death intersidéral de cette formation authentique qu’est Obliveon. Avis aux benjamins qui n’ont pas eu l’opportunité de connaitre ce groupe remarquable, vous pouvez vous reprendre car ils seront présents lors des célébrations des 25 ans de Métal Québécois.

Absence très courte pour le groupe, le concert d’adieu remonte à 2002. Qu’est-ce qui vous a fait dire OUI pour cet évènement ?

Pierre : C’est Maurice Richard, l’organisateur de l’évènement…

Pic : Avec un fusil sur la tempe ! Non. C’est le trip de revivre en groupe, le temps d’un show le bon vieux feeling d’être sur la scène. Il y a quand même des gens plus jeunes qui ont entendu parler d’Obliveon, j’imagine que c’est intrigant et qu’ils veulent voir ça live.

Obliveon est un groupe reconnu pour sa très grande technicité et avec la popularité d’un groupe comme Martyr, certaines personnes donnent souvent votre groupe en référence aux plus jeunes qui aiment Martyr, justement. Qu’en pensez-vous ?

Pierre : Justement, Dan Mongrain m’a déjà avoué qu’il avait été vraiment influencé par Obliveon. En plus, c’est un musicien vraiment hallucinant. Je ne clame pas lui avoir appris à jouer de la guitare quand même. Qu’il te dise que ton jeu de guitare l’a influencé, j’ai eu le même feeling avec des groupes comme Voïvod ou DBC.

Pic : C’est flatteur qu’il nous mentionne parmi ses influences surtout que Dan c’est un espèce de tireux.

ggg
Carnivore Mothermouth, un classique!

Les débuts du métal au Québec étaient en 1982 mais Obliveon a été fondé en 1987. Qu’est-ce qui a fait que vous avez décidé de prendre des instruments, quels groupes vous ont influencés ?

Alain : Moi et Pierre nous n’étions pas dans le groupe au début. Seulement Pic et Martin.

Pic : De toute façon, vous êtes arrivés pas longtemps après. Dans ce temps-là, on aimait tous Slayer et Metallica, c’est ce qu’on voulait faire mais on aimait aussi le progressif comme Rush, c’est ce qui a donné notre son. Par la suite, il y a eu la découverte du death avec tous les groupes de Floride.

Pierre : Du côté québécois, c’est DBC et Voïvod. Tsé, tu les croises au local, l’autobus de tournée est en avant des locaux de pratique pis ils te disent qu’ils s’en vont aux States et tu les vois dans les magazines. C’est assez marquant et de voir l’évolution de Voïvod, je me disais qu’on était capable aussi, tsé ce sont des gars de chez-nous !

obl

Qu’est ce qui fait qu’Obliveon n’a jamais explosé sur la scène métallique mondiale ?

Pierre : Tu ne peux pas savoir, vraiment. Au début, on a même reçu des offres de Roadrunner, pour 8 albums et on a choisi Active Records à la place. Faut se dire que si on avait choisi l’offre de Roadrunner, on aurait fait deux albums et puis après, le tout se serait terminé. On a pris un chemin un peu plus hasardeux. Nous avons mis beaucoup d’efforts pis nous devenions de plus en plus demandant envers nous-mêmes. Faire le Québec, c’est correct mais nous avions des objectifs plus larges à un moment donné.

vv
Nemesis, c’est là-dessus qu’on retrouve Dynamo!

Alain : Ce n’était pas évident, tu fais quelque chose de qualité et puis tu te rends compte que personne n’en veut pratiquement, tu te dis : Est-ce qu’on va mettre autant d’énergie pour le prochain ? C’était décourageant.

Pierre : On a eu de mauvaises compagnies de disques aussi. Hypnotic, c’était vraiment de la marde. On travaillait très fort et la compagnie se pognait le cul, la promotion était nulle. Dans le terme « music business » faut pas oublier que le mot le plus puissant, c’est business.

Pensez-vous qu’en ressortant Carnivore Mothermouth en 2007, il pourrait y avoir justement, cette explosion pour le groupe?

ftd
From This Day, autre album qui sera réédité chez Prodisk!

Pierre : Pas exploser mais avoir une réaction. Il demeure notre album le plus international. Les gars de Despised Icon me disent qu’ils l’écoutent encore, que c’est plein de bons riffs.

Pic : Mais il va ressortir bientôt. Tout notre catalogue en fin de compte, chez Prodisk, en septembre.

En 15 ans, les meilleurs et pires moments ?

Alain : On avait trois dates en Ontario mais on ne s’est jamais rendus. On a fait trois crevaisons sur la remorque, on a dépensé tout notre argent pour les réparer en plus de se faire entrer dans le cul ! La remorque n’était plus fonctionnelle, aucune possibilité de le faire remorquer et le camion endommagé. Les années 90, tout ce qui est tournée du Québec, on avait de bonnes réactions et ça trashait !

Martin : À Rimouski avec DRI. Le pit circulaire, c’était malade ! Le lancement de Carnivore Mothermouth.

Pierre : Le show avec Death, c’était notre premier concert aux Foufs. On l’avait appris la veille car le groupe qui devait ouvrir ne passait pas les douanes. L’enregistrement et le lancement de Nemesis.

Bruno : Tête d’affiche de Polliwog à Montréal, 10 000 personnes je pense ? On avait fait la chanson d’Ozzy, Suicide Solution. J’avais demandé à tout le monde de lever leurs mains, c’était hallucinant ! L’important, c’était qu’on avait du fun. C’était sérieux mais avant tout, c’était pour notre plaisir.

ozz
C’est sur ce disque qu’Obliveon reprend Suicide Solution!

Pic : Je suis d’accord avec les choix de mes amis ! Et justement, c’est parce qu’on avait du fun que le groupe a duré.

Parlant d’interprétations, il y a eu celle d’Ozzy mais vous avez fait Planet Claire des B-52’s ?

Pierre : Nous l’avions fait pour le lancement de l’album Nemesis. MPV, par la suite, ont monté une compilation de succès disco et on leur a offert la chanson, elle était prête mais ce n’était pas une commande comme pour l’hommage à Ozzy.

cyb
Cybervoid, disque intemporel!

Fouillez-vous sur EBay, par pure curiosité, pour des trucs d’Obliveon ?

Martin : J’ai vu le CD de From This Day à 50$

Pic : 15 piastres pour mes bobettes…

Est-ce que vous vous côtoyez toujours en tant qu’amis ?

Bruno : Pas mal moins. Moi et Martin on se voit plus souvent parce qu’on habite le même patelin. Pierre, par exemple, je l’ai vu qu’une seule fois en 5 ans. Il y a deux semaines, quand on s’est rencontrés pour discuter du show, ça faisait 5 ans qu’on ne s’était pas vu.

Alain : J’ai rencontré Bruno au concert de Dream Theater à Verdun, il y a environ 4 ans.

Pic : C’est juste de valeur qu’il n’a pas voulu te parler ! (rires)

Pierre : On ne s’est pas lâché en mauvais termes. Aujourd’hui, nous avons toutes nos petites affaires.

Avez-vous le sentiment d’avoir fait un travail qui est accompli ou inachevé ?

Pierre : Moi, c’est accompli. On a tous, pour la plupart, une job qui est reliée directement à ce mode de vie. En plus, comme je disais, que des gars comme Dan de Martyr me disent qu’ils ont été influencés par Obliveon, je pense que ça veut tout dire.

Pic : C’est le fun de savoir qu’on est un élément de cette chaîne. Un élément culturel, local !

Pour commander les rééditions de tous les albums d’Obliveon, visitez le site de Prodisk au http://www.prodisk.ca/ ou rendez-vous au Profusion, 1843 Ontario Est, 514-525-5595

http://www.myspace.com/obliveonmusic

Un commentaire
  • steve sinclair
    8 avril 2008

    C’etait une bonne entrevue !
    CA a passe le temps tout en faisant mon lavage
    Vous savez, la musique des boys d’Obliveon, j’en écoute depuis l’automne ’94 – ET puis, DRI a Rimouski, je m’en souviens, le pit pour Obliveon etait écoeurant!!!
    nous autres, on est la gang dés Death!!!
    cé pour ca que j’ai autant d’inspiration pur composer de la muse’ quand je descend par chez-nous !!!
    Pourvu que je perde pas la tete!
    Ca fa que cé ca: mes influences seront toujours les memes!!!
    Jimi Hendrix, Death et Obliveon !!!
    Ca va faire un mélange EXPLOSIF!!!
    Longue vie a la musique dés BOYS !!!
    Speedy, 8 avri au matin, y fa beau !

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES