BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Vive le directeur des élections du Canada !

Yanick Klimbo Tremblay
7 septembre 2007

dfgh
Le soleil… chu pu capable…

C’était très chaud aujourd’hui, bouillant. On aurait pu faire cuire un steak sur l’asphalte et les frites dans mon jus de raie.

C’était pire que d’habitude… maintenant, à l’école où j’enseigne, nous avons de la climatisation dans les classes. Récréation à l’extérieur dans une chaleur qui te fait fondre le suif du double menton et retour à l’intérieur au frette qui fait même mettre des bas de laine à un ours polaire ; j’ai un sacrement de rhume !

La gorge me pique, je renifle, mucus dans mon nez, guedille à chaque trois minutes, pastilles Halls à saveur d’Antiflogistine et Tylenol aux quatre heures en plus d’un dos bloqué que le crisse. Je garde le sourire, je suis un professionnel et j’enseigne mais je dois vous avouer que 32 élèves, c’est du stock en Jésus… surtout la correction !

jkhjkh
J’ai l’air de ça…

De retour ce soir, je devais passer au bureau du BangBang prendre ma pile de disques hebdomadaire… qui était bihebdomadaire !

45 minutes pour me rendre, les nombreuses réparations n’aidant point, j’ai pris des raccourcis qui n’ont vraiment aucun rapport quand j’y repense.

Lors de mon retour, dans mon char bleu chaud comme un four à pain de Gadoua, je suffoque et j’étouffe. J’étais comme dans un état de folie frôlant la rage au volant. Sérieusement, c’était la journée la plus lourde de 2007…

Je me sentais vraiment comme Meursault, personnage principal de « L’Étranger » superbe roman d’Albert Camus.

ddddd

Pourquoi ?

La chaleur intense me donnait royalement le gout de tuer. Un mélange entre le désir d’étriper et la rage au volant !

Dans le livre, Meursault tue un homme lorsqu’il le croise sur la plage.

Résumé selon Wikipédia :

« Meursault, vivant en Algérie à l’époque où celle-ci est encore française. Le protagoniste reçoit un télégramme lui annonçant que sa mère vient de mourir. Il se rend à l’asile de vieillards de Marengo et assiste à la mise en bière et aux funérailles sans éprouver d’émotion et sans prendre l’attitude de circonstance que l’on attend d’un fils endeuillé.

Plus tard, il rencontre Raymond Sintès (un voisin de palier) qui l’invite à la plage. Ce dernier est souteneur et s’est montré brutal avec sa maîtresse mauresque; il craint des représailles. Sur la plage, ils croisent deux hommes dont l’un est le frère de la jeune mauresque. Une bagarre éclate. Peu de temps après, Meursault, accablé par la chaleur et la lumière, marche seul sur la plage et rencontre à nouveau l’un des hommes près d’une source de fraîcheur. L’Arabe – qui restera anonyme – sort son couteau; Meursault serre le révolver que Raymond lui a laissé. Abruti par la chaleur et la luminosité agressive de l’après-midi, ébloui par le reflet du soleil sur le couteau, Meursault tire à plusieurs reprises, tuant l’Arabe.

Emprisonné, il attend un an avant d’être jugé. Au cours du procès, on lui reproche surtout son absence d’émotion à la mort de sa mère et sa vie insouciante après le deuil. On comprend alors qu’il est condamné à mort pour ne pas s’être conformé aux mœurs de sa société. »

Ben crisse, me sentait de même… pas que j’avais le goût de tuer un Arabe, non loin de là. Je les adore. J’ai plusieurs élèves d’origine libanaise, algérienne ou maghrébine et la personne que j’admire probablement le plus au monde est un homme d’origine marocaine, mon enseignant de littérature de l’époque Mustapha Fahmi!

La chaleur écrasante nous fait oublier qui on est justement et on capote, on jubile et déblatère.

Meursault, lors de son procès répond à cette question de la manière suivante :

« Monsieur Meursault, pourquoi avez-vous tué cet homme ? » demande l’avocat.

« Parce que j’avais trop chaud » de répondre Meursault.

Ben non, je ne ferais pas ça. J’aime ben trop le monde en général !

En parlant de monde arabe, avez-vous vu la dernière folie du Directeur Général des Élections du Canada en prévision de l’élection complémentaire qui s’en vient?

Toute personne voilée peut voter à la condition qu’elle possède une carte d’identité, présenter un compte en format papier comme celui d’Hydro-Québec et avoir avec elle un voisin qui témoigne et peut affirmer qu’il/elle connait bien la personne.

fv

Tout ceci dans le respect de la religion de la personne et pour ne pas la brimer dans son droit religieux de se couvrir… ça va mal…

Je vous gage un repas pour deux chez Valentine que, lors des prochaines élections, je me rends au scrutin en costume de Darth Vader que je vais louer, préalablement, à la boutique de costume.

dv

Je vais trainer mon bill de VidéoÉtron, mon permis de conduire et mon voisin Jean-François.

À la question suivante :

« Mais que faites vous habillé comme ça jeune homme ? »

Je répondrai :

« Je suis un Jedi de l’ordre des Siths ! Je dois porter ce costume lors des grandes décisions. Voici mon voisin qui peut témoigner que je suis un gars irréprochable qui met ses vidanges au chemin le lundi et mon permis de conduire avec ma photo où je porte la moustache de duvet tout aussi douce que du vrai coton ainsi que mon bill de câble. Oui, je sais, je n’ai que le câble ordinaire car je préfère me louer des films de science-fiction ou porno au Club International ! »

Voter en Darth Vader, crisse j’ai le droit ! Ma liberté de religion, mon accommodement à moi ! J’en veux stie !

4 commentaires
  • Normand L'Amour Forever
    8 septembre 2007

    Fuck si tu fais ça j’apporte une caméra vidéo!!!

  • Dombrowski
    10 septembre 2007

    costume de Chewbacca pour moi

  • Chantal
    23 septembre 2007

    hahahahahaahahhaaha……..ce que tu es drôle!!!!!;-))))) je ris toute seule!;-)Je te vois vraiment dans ma tête arriver en costume là bas!! hahaha

    Bein fais-le…pis appels TQS …hihihi

  • Chantal
    23 septembre 2007

    Ou appel J.E. pour démontrer que n’importe qui peut voter voilé et ce même en costume de Darth vader…hihihi

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES