BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Opeth avec 3 et Deathmarch

Yanick Klimbo Tremblay
24 mai 2008

Le 23 mai 2008 au Medley de Montréal

Un classique, ca ne démord pas. Allez prendre une petite bière aux Foufs avant de se rendre au concert, c’est vachement bien !

Opeth est en tournée avec Dream Theater pour le Progressive Nation Tour et lors des journées dites de congés, le groupe en profite pour visiter quelques villes, dont Montréal ce soir.

J’en suis à mon je ne sais plus combientième concert d’Opeth, la seule chose dont je suis certain, c’est que dans toutes leurs visites, je ne les ai manqués qu’une seule fois ; en 2000 ou 2001 alors que le groupe ouvrait pour Nevermore.

Un concert lors d’un vendredi est toujours plus intéressant car tu te sens très décontracté, tu n’as pas à te soucier de ta journée au boulot le lendemain. Nous sommes donc une bonne dizaine de copains aux Foufs qui se désaltèrent en attendant 20h00, l’heure de départ.

Nous avons manqué Deathmarch, je n’ai entendu que les dernières notes de la dernière pièce. Selon les commentaires recueillies sur place par les gens présents, rien de bien impressionnant que cette formation…

On se pile sur les pieds, ça joue du coude et ça sent le swing au Medley car cette soirée est à guichet fermé. Je présume qu’à leur prochaine visite, les suédois auront l’opportunité de s’offrir une salle de plus grande dimension comme le Métropolis car le Medley est maintenant une place trop étroite pour entasser les mateurs d’Opeth !

Il y a déjà quelques lunes que je ne m’étais pas payé un concert au Medley et à ma totale et gigantesque surprise, terminé les produits Labatt ! Maintenant, des boissons au malt, ce que l’on appelle bières, de types importations comme la Tuborg et la Carlsberg. De plus, le Medley sert des produits du genre micro-brasserie comme la Tremblay, Belle Gueule et Cheval Blanc. Bons choix !

Je croyais que Three allait, comme on dit dans le jargon, passer au batte ! Avec leur progressif joyeux et la voix de Joey Eppard, qui est encore plus aigue que celle de Geddy Lee, je me disais que l’amateur moyen d’Opeth allait s’en foutre mais comme de raison, la bonne réputation et l’ouverture d’esprit des fans métalliques de la grande région métropolitaine l’ont emporté sur les bons vieux préjugés car Three a reçu un accueil digne d’un groupe en tête d’affiche.

ghj
End is Begun, dernier album de 3

Y allant essentiellement de pièces de leur dernier album End is Begun, Three a ouvert l’esprit de bien des gens dans la salle grâce à une précision musicale de haut calibre et de chansons accrocheuses. A lui seul, Joey Eppard est un phénomène car son jeu de guitare, sans utiliser de pick mais seulement ses doigts, est aussi unique que la petite indoue qui avait 8 membres à la naissance!

8
Pauvre petite, une chance que la science est évoluée…

Le groupe offre à l’auditeur de nombreux moments de haute voltige sonore, quelques solos dont celui du batteur et du percussionniste qui a fait monter la tension d’un cran.

Vidéo-montage de la prestation de Three à Montréal :

Arborant un succulent t-shirt de Scorpions, Mikael Akerfeldt est apparu sur scène avec son Opeth revampé. Agrémenté du nouveau guitariste Fredrik Akesson, qui comble le départ de Peter Lindberg, le groupe est y allé de couilles de béton en commençant les festivités avec Demon of the Fall ! Pour ceux qui ne s’y connaissent pas vraiment en Opeth, imaginez les Rolling Stones qui débutent leur prestation avec I can’t Get no Satisfaction

Tout le monde est en feu, ca sent la bière et l’humidité dans le Medley. Opeth est aussi en feu car on nous défonce la cage thoracique ensuite avec Master’s Apprentice et Bayin of the Hounds

Efficacité et puissance, les corps flottent et les gens sont souriants. Euphorie parmi les métalleux, c’est Noel en mai !

Entre les chansons, ce sont les commentaires humoristiques de Mikael Akerfeldt qui nous donne un répit quoique le tout soit assez prêt du numéro de stand-up comique. Ceux qui ne comprennent pas l’anglais doivent trouver ces moments un peu longs mais le tout est particulier car Opeth ne tombe pas dans le piège du groupe métal qui agit de manière maléfique entre les chansons. Akerfeldt a plutôt l’air de notre cousin préféré, qui nous impressionne par son humour, sa collection de disques et son talent musical lorsque nous avons 12 ans…

Quelques bribes de tranquillité avec In My time of Need et on reprend sur un ton plus agressif après avec l’excellente Serenity Painted Death de l’album Still Life. Une soirée où Opeth a, comme toujours, joué avec les émotions de la foule. Les chansons d’Opeth combinent à merveille le death métal plus conventionnel et le rock planant de Pink Floyd et à voir le nombre de gens dans la quarantaine hier autant que les membres de la communauté métallique juvénile, on peut sentir qu’Opeth n’est plus une formation underground mais bel et bien une entité musicale complète !

Hier qu’une seule nouvelle chanson, Heir Apparent de leur nouvel album Watershed qui sera en magasin dès le 3 juin. En rappel, l’excellente Drapery Falls de l’album Blackwater Park. Le seul hic de la soirée, pour moi, est le gars devant moi qui sentait les patates entreposées dans la cave de son père et l’imbécile qui a lancé sa bouteille vide de manière improvisée, heurtant probablement quelqu’un à l’oeil… méchant cave!

Quant à Opeth, ils reviennent en tournée en septembre, donc il est fort probable que le groupe sera à Montréal… ailleurs qu’au Medley !

Montage-vidéo d’Opeth :

op
Watershed, disponible le 3 juin

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES