BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Summer Slaughter, édition canadienne

Yanick Klimbo Tremblay
17 août 2008

Le vendredi 15 août 2008, Club Soda de Montréal

La rue St-Laurent a été prise d’assaut par une centaine de « brutaliteux » assoiffés de houblon en ce vendredi soir. Musicalement, cette soirée sera plus brutale que les émeutes de Montréal-Nord mais chacun en ressortira avec le sourire car dans le monde métallique, la joie et l’allégresse sont de mises même si le style musical préconisé, ce soir, pourrait nous faire douter de son côté pacifique.

Le Summer Slaughter Tour version canadienne nous offre 9 groupes de métal mais de catégorie punitive, brute et vindicative. Les rythmes sont accélérés, les percussions rapides et le jeu des musiciens à cordes est digne des plus grands virtuoses.

Dès 17h00, les festivités ont commencé mais je n’y étais point. Mon arrivée fut aux environs de 18h00, sur les remerciements de Veil of Maya qui, selon les commentaires recueillis, était une formation haute en voltige sonore et fantastique.

Whitechapel est la dernière trouvaille chez Metal Blade et leur deuxième album, This is Exile, est une bonne dose de deathcore bien rendue. L’expérience sur scène était enivrante, la troupe recueillant une bonne réaction de la foule qui en voulait encore dans un pit assez énergique. Trois guitaristes, un chanteur virulent et maigre comme un clou avec camisole de Despised Icon, les breakdowns se suivaient et l’intensité a monté d’un cran, l’idéal pour les suivants ; Neuraxis.

Le groupe montréalais a reçu l’accueil qu’il mérite; chaleureux et jovial. Première véritable expérience avec le nouveau matériel et la « nouvelle » formation, Neuraxis a visé en plein dans le mille ne laissant rien passer sur son passage. Prestation courte mais qui sera plus longue, d’après Alex Leblanc, lors de leur passage en tant qu’invité surprise sur le concert de Quo Vadis/Despised Icon, le 6 septembre à Montréal, ce scoop ayant déjà fait la manchette dans le BangBang!

Into Eternity a offert au tiers de la foule un instant de répit pour effectuer une pause café ou boire une p’tite bière à l’extérieur. De nombreuses personnes attendaient leur présence pour aller en griller une ou s’empiffrer comme des porcs à la Belle Pro. Après deux chansons, un besoin urgent me presse, tout à fait inattendu, j’ai quitté le Club Soda pour aller voir ailleurs si c’était meilleur…

Beneath the Massacre, autre représentant québécois sur la tournée, y est allé avec son deathcore hyperactif. Eliott Desgagnés est une bête de scène, pas le genre de gars à taquiner, mettons. Il a un air totalement dément sur scène et de le voir se taper la poitrine comme un gorille en furie ajoute à l’impétuosité du son de Beneath the Massacre, on y croit…

Dying Fetus était de retour en format trio, amputé d’un guitariste. La troupe présentait un nouveau batteur qui s’avère comme étant, très efficace ! Comme toujours, le groupe était punitif. Groupe très chouchouté par le public montréalais, Dying Fetus n’a pas déçu, comme toujours !

Necrophagist est doté d’une technicité dès plus mirobolante. Même si Marco Minnemann n’est plus derrière la batterie, le son n’a nullement changé. Le groupe a offert une prestation mémorable à la foule qui, malgré huit groupes juste avant la tête d’affiche, ne semblait pas fatigué d’un brin.

En bref, il était plus intéressant d’avoir ce festival au Club Soda qui offre une sonorité nettement supérieure comparativement aux piètres qualités sonores des Foufs car pour être capable de se taper neuf groupes de brutalité métallique, il faut que le son soit performant et bien balancé.

Le fait que BCI produisait l’évènement était un facteur positif pour le Summer Slaughter Tour car, c’était à guichets fermés ! L’équipe promotionnelle de BCI est excessivement efficace car des gens de partout en province et de tous âges (le plus jeune ayant 8 ans !) étaient présents au Club Soda pour cette soirée.

Les entrées-et-sorties étaient bien contrôlés par l’équipe de sécurité du Club Soda ce qui a permis à bien des gens de se rafraîchir, fumer, boire ou peu importe ce que l’on peut faire à l’extérieur. Habituellement, à plusieurs endroits, il est strictement défendu de quitter l’endroit car le « réentrée » n’est pas permise, ce qui choque bien des gens !

Chapeau bas pour cette édition et vivement un retour l’an prochain !

Vidéos (c’est très sombre par contre !)

Remerciements à Kate de BCI

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES