BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

(Entrevue) Cannibal Corpse – Cadavres asphaltés…

Yanick Klimbo Tremblay
15 avril 2009

cannibal_corpse-plague_photo

Cannibal Corpse sera au Québec la semaine prochaine question de vous démontrer que malgré un âge avancé, le groupe n’a rien perdu de sa puissance punitive. Avec plus de 20 ans de carrière, le groupe est toujours aussi avide de la route, question de présenter son féroce death métal dans de nombreuses villes. Loin de leurs familles mais bien entourés par leur équipe, les gars de Cannibal Corpse en profite grandement pour nourrir les amateurs affamés de death métal, partout sur la planète. Sympathiques, disponibles et excessivement loyaux, les membres du groupe sont toujours ravis de vous rencontrer, question de piquer un brin de jasette, comme ce soir avec Paul Mazurkiewicz, batteur du groupe et membre fondateur.

Vous êtes à Winnipeg ce soir, comment se passe la tournée jusqu’à maintenant ?

Tout va très bien je dirais. On s’entend bien avec les groupes de la tournée, il y a de bonnes foules à chaque soir.

Neuraxis est sur votre tournée, ce groupe est de Montréal. Comment sont les gars, pas trop sur le party ?

Non, ils aiment bien prendre quelques bières  en général.  Ils sont très sympathiques !

Evisceration Plague est un disque excessivement brutal. Vous avez utilisé les services d’Erik Rutan pour une deuxième fois de suite, est-il considéré comme étant le 6e membre du groupe, dans un sens ?

À la base, Erik est un ami à nous et un excellent producteur. Il a son groupe Hate Eternal et Alex a joué sur leur dernier album, comme tu dois le savoir. On s’entend bien avec lui, c’est un gars relax qui sait bien tirer le maximum de chacun de nous. L’ambiance à son studio nous accommode grandement. Pour l’instant, ça clique. On ne pense pas aux changements maintenant, peut-être un jour, qui sait ? Dire qu’il est le sixième membre, pas à ce point mais il est d’une très grande aide et il connait son métal !

Quand on regarde à l’intérieur des livrets de vos albums ou en regardant le DVD Centuries of Torment, on se rend compte que les mêmes noms reviennent très souvent, vous êtes très fidèles envers les gens de votre entourage.

Oui, nous sommes tricotés serrés. C’est une question de confiance avant tout. Cette équipe, tous ceux qui nous ont aidés de près ou de loin, tout ce monde mérite notre soutien car c’est vraiment un véritable travail d’équipe. Nous devons beaucoup à toutes ses personnes qui sont présentes lors des bons comme les mauvais moments. Le tout est naturel et c’est quelque chose que l’on doit faire, c’est ce que l’on ressent. C’est la même chose avec nos fans, nous faisons du death métal et c’est ce que nous leurs présentons à chaque fois, sur chaque album et en concert! 

Lors de votre dernier passage au Québec, vous aviez avec vous Dying Fetus et Necrophagist. Cette fois-ci, vous avez The Faceless, Obscura et Neuraxis. On peut conclure que les deux dernières tournées ont été très axées sur le death métal à saveur technique. Est-ce un choix personnel de la part du groupe ou une stratégie de votre management ?

Un peu des deux, je dirais. Nous avons toujours des noms de groupes qui sont disponibles et nous choisissons ceux qui ont le plus de potentiel à nos yeux, ceux qui vont apporter quelque chose de spécial. Parfois, en ayant  tel ou tel artiste, l’avantage est que cet artiste drainera un tout nouveau public pour nous. C’est bien d’avoir un bon amalgame de genres métalliques, question de mettre un peu de piquant !

Il est évident que vous devez ressortir quelques classiques en tournée, des incontournables mais en même temps, vous devez avoir hâte de jouer les pièces d’Evisceration Plague, étant donné que ce disque est tout frais ! Comment choisissez-vous les pièces qui seront jouées en concert ?

Comme tu dis, il est évident que nous aimerions jouer beaucoup de pièces du dernier album mais on ne doit pas laisser de côté les classiques comme Hammer Smashed Face. Sinon, ca risque de brasser ! On doit se parler et on se demande quelles chansons on pourrait ressortir, des chansons que nous n’avons pas jouées depuis 6 ou 7 ans, par exemple. Avec une liste de plus de 100 titres sur 11 albums, le choix est vaste. Il faut être minutieux, dans un sens. Nous n’aurons pas le même choix de chansons que lors de notre dernière visite au Québec, c’est officiel !

L’été prochain, Cannibal Corpse embarque sur la tournée Mayhem Tour avec Slayer et Marilyn Manson. Croyez-vous qu’il était temps, enfin pour vous, de faire parti de ce genre de festival ?

C’est certain. Nous n’avons jamais fait ce genre de festival, c’est tout nouveau pour nous. Il est certain que l’expérience sera bénéfique pour nous car Slayer a déjà un très gros public, très varié qui ne nous connait peut-être pas. Et que dire des amateurs de Manson ? C’est un satané défi qui nous attend mais on devrait en sortir gagnant, dans un sens. Donc, oui, il était temps ! Nous serons sur la deuxième scène et on devrait être très haut sur la liste, probablement en tête d’affiche.

Croyez-vous que cette tournée est plutôt adéquate pour Cannibal Corpse si l’on compare avec votre participation au Sounds of the Underground, il y a de cela quelques années ?

Cette tournée a eu du bon pour nous. Nous étions le groupe le plus bruyant et heavy de la tournée, nous devions faire face à un public très jeune, à chaque soir, qui ne nous connaissait pas vraiment. Je peux te garantir que nous avons gagné de nombreux amateurs et ce, à chaque concert. Cette tournée a été très positive même si nous jouions très tôt dans la journée, les amateurs étaient présents dès le début des festivités.

C’est étrange que cette tournée n’arrête pas à Montréal, une des villes les plus heavy en Amérique du Nord…

Ca c’est un problème de promoteurs, je sais que l’arrêt le plus près est à Toronto…

Vous avez quelques chansons interdites en Allemagne mais sérieusement, est-ce que les autorités envoient des policiers ou des avocats lors de vos concerts? Connaissent-ils vos chansons au point de pouvoir donner l’ordre de vous faire arrêter ?

Ce problème est maintenant réglé. Nous pouvons y aller à notre guise, sans pépin ! On se demandait la même chose que toi. Y avait-il vraiment des gens de l’ordre dans la salle qui connaissaient nos chansons à ce point ? Mais nous ne prenions pas de chance, nous ne jouions pas les chansons des trois premiers albums, question justement de ne pas attiser le feu. Maintenant, c’est terminé. L’injonction est levée et nous pouvons jouer ce que nous voulons !

Vous serez en tournée pour une bonne partie de l’année. C’est probablement plus difficile pour toi et George étant donné que vous êtes pères de famille. Est-ce que vos familles vous font des surprises en vous visitant par surprise, lors de vos tournées?

Ca serait vraiment bien. Mais non…Effectivement, ce n’est pas facile d’être loin de nos familles mais c’est notre boulot ! Non, nos familles ne peuvent pas nous faire ce genre de surprise, ma femme est au travail et c’est beaucoup de logistique, dans un sens. J’aimerais bien mais non, ca n’arrive pas ! C’est ça la vie sur la route…

En concert avec The Faceless, Neuraxis et Obscura le 21 avril au Medley de Montréal et le 23 avril à l’Impérial de Québec

Yanick Klimbo Tremblay

Un commentaire
  • Kristof G.
    16 avril 2009

    Good job, collègue! Vivement le show mardi!

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES