BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Entrevue avec Lazarus AD et Napalm Death au Québec!

Yanick Klimbo Tremblay
10 mai 2009

lazarus_ad-onslaught_photo

J’ai rarement vu autant de confiance se dégager de la voix d’un musicien qui croit en son groupe. Et c’est tout à fait normal quand on entend le résultat. Effectivement, Lazarus AD est un groupe encore très jeune mais qui a livré tout un album en 2009 avec leur premier opus du nom de The Onslaught. Amalgame réunissant tout ce qui se faisait d’intéressant dans les belles années du thrash des années 80 en plus d’éléments féroces des années 2000, Lazarus AD vous plonge dans un univers assez glauque mais teinté de rythmiques très purgatives ! Entrevue avec Jeff Paulick, bassiste et chanteur du groupe. 

Un nouvel album et une tournée avec Testament. En tant que nouveau groupe dans l’univers métallique, peux-tu me parler du groupe ?

Donc, j’ai connu Dan en 4e année mais nous n’avons commencé à jouer de la musique qu’en 7e année. Nous avons eu quelques groupes qui n’ont jamais réellement décollé et nous avons connu Ryan grâce à un de ces groupes. Nous avons débuté l’aventure Lazarus AD vers la 11e année. Nous avons rencontré Alex quelques mois après… c’est ce qui fait notre histoire. Nous habitons tous à Kenosha au Wisconsin, une ville qui est située entre Chicago et Milwaukee. C’est une grosse ville du Wisconsin mais ca reste que c’est le Wisconsin ! C’est froid et enneigé pratiquement toute l’année. Tout ce que l’on peut y faire est de boire, faire le party et être frustré, hahaha ! C’est ce que l’on retrouve dans notre musique !

C’est évident que vous deviez ajouter le AD après le nom Lazarus car il y a une panoplie d’artistes qui utilisent ce nom. Étrangement, ce sont presque uniquement des artistes hip-hop. Est-ce que c’était une condition de votre compagnie de disques d’ajouter le AD ou une idée du groupe ?

Notre compagnie voulait garder le nom Lazarus à l’intérieur du nom et nous avons jonglé avec les idées pour une période de trois mois environ. Comme de raison, nous avons compris que la meilleure décision était d’utiliser le AD car c’est facile à retenir. À la base, AD veut dire After Death(en français, Après la Mort) mais nous avons rigolé avec les lettres bien souvent pour que le tout donne Almost Drunk (Quasiment Saoul) ou Alcohol and Drugs (Alcool et Drogues) ou n’importe quoi d’autre ! Les gens nous surnomment toujours Lazarus, c’est ce qu’ils crient lors des concerts.

Il y a de nombreux groupes en ce moment qui ont dans leur rang de jeunes musiciens dans la jeune vingtaine. Ce qu’il y a de surprenant, c’est que ces groupes font du thrash comme dans les années 80. Considérant le fait que la plupart des membres de ton groupe étaient terriblement jeunes lorsque le mouvement thrash était à son apogée, comment expliques-tu que ce genre musical est votre influence principale ?

f3-lazarusad-2

En fait, la plupart d’entre nous n’étions même pas au monde ! Metallica est le groupe qui nous a plongé dans le métal, tout simplement parce que ce groupe était ce qu’il y avait de plus gros à l’époque. Quand nous avons commencé à découvrir leurs anciens albums, c’est à ce moment que nous avons vraiment découvert le thrash métal. En général, nous ne sommes pas vraiment de grand s amateurs de thrash métal, uniquement. Nous aimons ce qui est rapide, lourd et agressif. Appelle-ça comme tu veux, en autant que ça détonne ! Nous allons continuer de faire ce que nous aimons le plus, écrire de bonnes chansons métal.   

Est-ce dû au fait que vous avez fouillé dans les collections de disques de vos grands frères ?

Je suis enfant unique, pas pour moi en tout cas! Les autres membres du groupe sont les aînés dans leur famille respective. Je crois que l’Internet à une grosse part là-dedans. C’est très facile d’y découvrir de nouveaux artistes autant que de très anciens. Des programmes comme Pandora (www.pandora.com) sont d’excellents outils pour les amateurs de musique. En y repensant, nous avons creusé pour voir ce qui se faisait à la base tout en essayent de comprendre ce qui était bon et populaire à notre époque ! Nous essayons de réunir tous les genres qui nous plaisent et par le fait même, notre prochain disque sera encore plus diversifié.

Quelques groupes de cette vague de Renaissance Thrash semblent surfer sur la vague mais comme je disais dans ma critique pour votre album « The Onslaught », vous avez ce que bien d’autres groupes de cette vague n’ont pas: de bonnes chansons, une structure musicale solide et de la virtuosité. Donc, comment travaillez-vous en tant qu’entité ou groupe ?

L’écriture n’est pas de la tarte pour nous ! Nous sommes excessivement fastidieux et nous comprenons que tout ce qui pourrait être considéré comme étant médiocre ou ennuyant dans une chanson doit être… changé par quelque chose qui restera ancré dans la mémoire des gens. Quand tu regardes tous les classiques du métal, ce ne sont pas que quelques chansons par album avec quelques trucs pour boucher les trous ! Ce sont des collections de grandes chansons, d’écriture très consistante qui nous laisse l’impression que chaque riff est mémorable. C’est cette combinaison qui donne les grands albums et c’est ainsi que nous approchons l’écriture de nos pièces. Nous ne forçons rien en général, tout vient de manière assez naturelle mais parfois, ça peut nous prendre des mois pour finir une chanson. Chaque riff est précaire car il peut être remplacé aisément par un autre qui pourrait être encore meilleur que le précédent, peu importe qui l’a écrit. Il faut que ce soit ce qu’il y a de meilleur sinon, c’est la poubelle !

James Murphy a remixé votre album pour la version 2009 car il est sorti de manière indépendante, quelques temps auparavant. Quelle est la raison majeure d’avoir remixé l’album ?

Nous, notre compagnie et tous ceux impliqués dans le projet, croyions que l’album avait encore de la vie en lui, un truc qui dormait et que l’on se devait de l’éveiller. Nous voulions un produit de qualité supérieure à présenter à grande échelle et The Onslaught avait besoin d’être revampé. James a fait tout un travail en le remixant. Il lui a donné cette seconde vie. Nous n’avions plus qu’à lui donner une nouvelle pochette et un nouvel ordre de chansons. Il était fin prêt à être sur les étagères aux côtés des autres albums de groupes vétérans de la scène. L’album a été bien reçu même s’il a déjà près de deux ans d’existence. Nous ne pouvions être plus heureux car nous avons eu de nouvelles opportunités de tournée avec cette version et le contrat. Nous sommes déjà prêts pour le deuxième qui sera plus mature et nous vous le promettons, meilleur !

lazarusonslaught-1ere-pochette

Première pochette de l’album The Onslaught

Quand on regarde les titres de vos pièces, on retrouve les sujets typiques comme le sang, la peur, la révolution et la damnation ; à l’exception du titre suivant : « Who I Really Am » (Qui je suis, vraiment) Quel est l’idée générale qui se dégage de cette chanson ?

Cette chanson est en relation avec le dédoublement de personnalité. C’est un homme qui se bat contre lui-même de manière interne, dans son esprit. Il ne peut pas s’entendre avec son autre personnalité qui essaie de prendre le dessus sur l’autre partie de lui-même… C’est environ ça et quand tu mélanges les paroles avec une rythmique décadente, tu obtiens un résultat assez efficace !

Vous partez en tournée avec Testament donc vous êtes au courant que les salles seront pleines d’amateurs de ce groupe, des gens dans la mi-trentaine qui vont voir Testament… uniquement ! Crois-tu qu’il sera plus facile pour Lazarus AD d’avoir l’attention des amateurs ardus de Testament étant donné que votre sonorité métallique rappelle l’époque thrash des maîtres du genre ?

Je crois que cette tournée est parfaite pour nous. Nous savons pertinemment que nous pouvons capter l’attention de ce genre de foule. Nous sommes jeunes et fous sur scène. Les gars de la vieille école qui sont dans la salle apprécient notre énergie fougueuse car ça les ramène à l’époque où ils l’étaient eux-aussi ! Unearth draine un public plus jeune avec qui nous pouvons aussi nous identifier car nous avons des éléments assez similaires avec eux aussi. Nous offrons le meilleur des deux mondes. Les gens de la nouvelle école autant que celle de la vieille peuvent apprécier Lazarus AD ! Nous sommes un groupe de transition qui offre la chance aux jeunes de découvrir de nouvelles choses autant que d’anciennes et je suis très cool avec ça car ce n’est que notre premier album, notre son va se développer encore pendant de nombreuses années !

Comment en êtes-vous venus à avoir une de vos pièces sur la compilation d’Earache Records « Thrashing like a Maniac« ?

C’est Dan Tobin (manager d’Earache) qui nous a contactés pour que l’on se retrouve sur sa compilation. Évidement, nous avons sauté sur l’occasion, ce qui a aidé à ouvrir de nombreuses portes, celles de Metal Blade plus particulièrement. Les choses se passent très bien depuis cette compilation. Nous voulons garder ce même momentum. Nous sommes très excités mais en même temps et très reconnaissants pour tout ce qui nous arrive depuis quelques temps. 

tlam

C’est sur cette compilation d’Earache que le groupe s’est fait connaître  

Le titre de votre album est « The Onslaught », est-ce un hommage ou un clin d’œil au groupe du même nom qui, étrangement, donnait dans le thrash ?

Non, pas du tout! Le titre est une réflexion directe de la musique et de nos paroles, qui sont très sombres. Nous touchons des sujets comme la révolte face à l’autorité gouvernementale, la mort et la destruction… et être en colère en général ! Cette musique est une ballade sans arrêt vers le heavy métal le plus pur ! C’est un assaut (Onslaught) du début à la fin !

Lazarus (ou Lazare en français) était un ami de Jésus qui l’a réveillé d’entre les morts. Mais ce terme est souvent utilisé pour décrire un retour à la vie, une résurrection… de quelqu’un ou de quelque chose ! Avez-vous choisi ce nom pour décrire le fait que vous ramenez à la vie le vrai thrash métal, à sa forme la plus pure ?

Il y a effectivement un lien. Nous voulions ramener le métal en général. Le thrash est un genre fantastique et nous le fusionnons avec d’autres genres musicaux que nous apprécions et c’est ce que ça donne. De plus, notre nom a un gros Z majuscule, ce qui le fait vraiment ressortir, hahaha ! C’est ce que nous voulions dans le temps et c’est ce que nous voulons encore aujourd’hui !

L’album The Onslaught est en magasin !

Le groupe ouvrira les festivités lors du passage de Testament, en plus d’Unearth, au Métropolis de Montréal, le 21 mai. 

Critique de l’album :

Lazarus AD

The Onslaught

Metal Blade

Album paru originalement en 2007, cette toute nouvelle version pour le compte de Metal Blade a été complètement remasterisée par James Murphy, réalisateur émérite mais surtout reconnu comme étant un ancien guitariste pour Death, Testament et Obituary. The Onslaught est un album plus que succulent qui nous vient de cette toute nouvelle classe de groupes qui s’adonnent dans le thrash métal de la vieille école. Là où certains de ces nouveaux groupes se pètent la gueule, Lazarus AD ne le fait pas car ce groupe a ce que bien d’autres n’ont pas ; une solide structure musicale qui enclenche de bonnes chansons, des riffs qui détonent au maximum et un certain degré de virtuosité. En lieu de passer pour la saveur du mois, Lazarus AD pourra probablement prendre sa place au soleil ! Si vous êtes un amateur d’Exodus, du vieux Metallica ou de Forbidden, The Onslaught est fait en conséquence pour votre collection car musicalement, c’est du thrash très solide ! (YKT)

www.myspace.com/lazarus1

lazaru-3 

Napalm Death au Québec

napalm_death

Le groupe anglais s’en vient au Québec pour deux dates, une à Montréal et l’autre, à Québec. Napalm Death traineront avec eux plusieurs formations mais soyez vigilants, le tout change sur les deux dates ! Fait à noter, Kataklysm participe à la tournée nord-américaine mais ne fera pas les deux dates québécoises. Probablement que les membres du groupe préfèrent en profiter pour visiter famille, femmes et enfants !

Le dimanche le 17 mai à Montréal, aux Foufounes Électriques, Napalm Death seront accompagnés de Toxic Holocaust, Coliseum, Trap Them et Clearwater Deathblow.

Le lendemain, à l’Impérial de Québec, changements au niveau des groupes ! Clearwater Deathblow n’y seront plus mais ils seront remplacés par Augury, groupe montréalais récemment signé chez Nuclear Blast !

Peu importe où vous avez l’intention de vous brasser les poils, les deux villes offrent un menu très intéressant !

5 commentaires
  • Kristof G.
    10 mai 2009

    Damn, ça craint, moi qui voulait revoir Coliseum.

  • Yanick TTTT!
    10 mai 2009

    En autant que tu puisses voir Trap Them!

  • Kristof G.
    12 mai 2009

    Connait pas. Ça vaut la peine?

  • Yanick Klimbo Tremblay
    14 mai 2009

    Update:

    Coliseum sera à Montréal!

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES