BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Conquer & Curse : porter de nombreux chapeaux! (Critique concert)

Yanick Klimbo Tremblay
28 juillet 2009

goatben

Avec Success Will Write Apocalypse across the Sky, Abysmal Dawn, Daath, Abigail Williams et Goatwhore

Il était évident qu’il n’allait pas y avoir foule aux Foufounes en ce dimanche soir. Semaine de congé pour 85% des gens, soirée pluvieuse et une carte qui n’affichait pas de gros noms qui donnent envie aux communs des mortels de se déplacer pour une dose de métal, version estivale.

En cette soirée, je me suis rendu compte de l’ampleur de l’expression unité et partage car de nombreux musiciens de certains groupes changeaient leur capot de bord et allaient jouer pour une autre formation, question de garder ce groupe sur la tournée ou pour tout simplement éviter que le groupe ne doive engager quelqu’un sur la route et ainsi entrainer d’autres frais monétaires.

Quelques badauds étaient déjà sur place, et par quelques, j’estime le tout à 20 personnes, lorsque Success Will Write Apocalypse across the Sky est arrivé sur scène. Du death métal à tendance brute dans une salle vide, ça résonne comme de la tôle qui se froisse. Je me suis donc placé au centre de la scène, vers la console pour pouvoir apprécier un peu plus la sonorité car déjà qu’aux Foufounes, le son est bien souvent discutable.

Malgré les quelques amateurs devant eux, les membres du groupe ont bien su tirer leur épingle du jeu et le chanteur John Collett a usé de toutes les combines pour réveiller la maigre foule. Heureusement pour lui, la présence à la guitare de la charmante Sally Gates a eu un effet assez rassembleur, quelques copains allant chercher les autres chummys restés en bas, sirotant bières à prix modique. Le groupe a bien utilisé son temps en interprétant uniquement des pièces de leur premier album, The Grand Partition and the Abrogation of Idolatry.

Abysmal Dawn est une formation qui est signé chez Relapse mais qui n’a pas la sonorité typique de l’étiquette, ce qui veut dire quelque chose qui sort totalement de l’ordinaire. Groupe très technique, brut et adroit, la formation de Los Angeles y va plus dans un registre death métal digne d’Immolation ou même Morbid Angel. Ce groupe a offert des chansons très dynamiques de la vieille école du death et la foule a bien embarqué. De bonnes prouesses musicales et des pièces virulentes mais qui contiennent une certaine mélodie. Agréable surprise pour bien des gens.

DÅÅTH est étrangement le groupe qui a généré la meilleure réaction de la part de la foule. Très captivant comme métal, on embarque rapidement dans leur échauffourée car ils se démènent, rien ne reste vraiment en place. Excessivement catchy, le groupe a préconisé les pièces de leur dernier album The Concealers. Mélodique, débordant de grooves, il est facile de comprendre pourquoi ce groupe a attiré le plus de réactions sur une soirée comprenant 5 groupes. Le fait qu’ils étaient la tranche de jambon dans le sandwich, donc la troisième formation sur cinq… au milieu… doit aider un tantinet ! Le groupe jouait ce soir amputé d’un guitariste et sans le batteur Kevin Talley. C’est Zach Simmons de Goatwhore qui prenait place derrière la batterie.

Abigail Williams jouit d’une certaine popularité en ce moment, il y a un buzz autour d’eux car le son du groupe allie le metalcore avec quelques touches black et le fait que Demi Lovato de Camp Rock, idole des jeunes prépubères, ait raconté à l’émission de Jimmy Fallon qu’elle adorait ce groupe, il y a de l’électricité dans l’air !

sorceron

 Sorceron, on l’imagine facilement nous crier un Spartan!!!

300_haut2

Ce groupe a connu sa dose de problèmes aux cours des années, les musiciens entrent dans ce groupe et en sortent aussi rapidement qu’un adolescent qui va s’acheter une boîte de condoms chez Jean Coutu. Fait intéressant par contre au sujet des membres, c’est Trym d’Emperor qui joue de la batterie sur leur disque.  Leur claviériste a quitté dernièrement pour joindre les rangs de Cradle of Filth. Elle a été remplacée par Alana, une jolie jeune fille qui arborait un t-shirt de Dimmu Borgir, ce soir et qui recevait de délicieux coups d’œil de la part de la gent masculine.  

abig1

Malgré le fait que ce groupe présente une formation fragile avec de nombreux changement, rien ne transparaissait ce soir car c’était effectivement très serré musicalement. Mais le tout repose sur les épaules de Ken Sorceron, le chanteur d’Abigail Williams car c’est son groupe et à le voir se démener de la sorte sur scène, on comprend qu’il y tient énormément.  C’est en mode un peu plus black métal, très atmosphérique en passant, que le groupe semble plus intéressant.

Cette formation partage aussi un membre avec une autre de la soirée. Le bassiste du groupe était le batteur, quelques minutes plus tôt, pour Abysmal Dawn ! Après avoir roulé et propulsé des tonnes de blast beats, le gars était à la basse pour 45 minutes additionnelles !  

Goatwhore ont torché ce qui restait d’énergie dans chacun. Extrêmement fiers de leur nouveau disque, le groupe a pigé généreusement dans ce dernier. Nathan Bergeron, bassiste du groupe, aurait quitté le groupe il y a une dizaine de jours, c’est ce que racontait Ben Falgoust sur scène pour expliquer la présence de Sally Gates de Success Will Write Apocalypse across the Sky. Elle a joué la moitié des pièces et par la suite, ce fut au tour du bassiste de DÅÅTH et du batteur d’Abigail Williams qui ont tous prêté leur talent au groupe en s’occupant de la basse. Lors du rappel, totalement improvisé en passant, Goatwhore a joué sans bassiste car aucun des autres musiciens ne connaissaient d’autres chansons du groupe.

Le dernier album de Goatwhore est déjà parmi mes favoris de 2009. Le côté salaud, très Celtic Frost qui englobe certaines pièces subissent un bon transfert sur scène. Les riffs sont gras et on devient dépendant très rapidement de ce disque. En concert, Ben Falgoust est déchainé, captivant avec ses grandes envolées et ses mimiques. On y croit assez rapidement, Goatwhore s’imprègne en nous.

Qualité musicale et diversification métallique, il aurait été souhaitable d’avoir plus de gens mais toutes ses formations devraient nous revisiter bientôt. Du moins, c’est le cas pour Goatwhore avec Obituary en septembre, Abigail Williams avec God Dethroned en octobre et  Success Will Write Apocalypse across the Sky avec Vader en novembre.

Mise à jour: DÅÅTH reviendra avec Epica le 31 janvier 2010 au Club Soda de Montréal.

Chapeau bas pour l’attitude des groupes qui, malgré une petite foule d’environ 100 personnes, ont joué comme si c’était 10 000. Et chapeau très bas pour ce sentiment de franche camaraderie qui transpirait tout au long des changements de groupes où l’on voyait des musiciens qui avaient joué auparavant avec un groupe aller transposer d’autres dimensions musicales avec un autre.

Rarement vu ça !     

Merci à Kate de BCI

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES