BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

TOOL à Kingston en Ontario (Critique du concert)

Yanick Klimbo Tremblay
5 août 2009

tool_logo

KRock Center, Kingston en Ontario, le 4 août 2009

Kingston, pas en Jamaïque mais plutôt ville à caractère militaire de l’Ontario. C’est à cet endroit que furent retrouvées les corps des 4 femmes assassinées par des membres de leur famille, il y a de cela moins d’un mois. Drôle d’images pour représenter une ville mais c’est tout ce que je connais de cette cité !

Nous sommes partis mardi après-midi pour assister au concert de Tool qui, étrangement, ne fait que des villes de calibre, euh, irrégulières pour cette partie de tournée. Pas de Montréal mais Toronto est sur la liste.

Le KRock Center est un amphithéâtre et aréna de la grosseur de l’Auditorium de Verdun. On y présente les parties locales du club de hockey les Frontenacs de Kingston, équipe de la ligue junior majeure de l’Ontario.  Imaginez un concert de Tool à Verdun, bizarre ?

Cet amphithéâtre offre une capacité de 5000 personnes mais de nombreux sièges sont vides et le parterre, où nous sommes situés, n’est pas très achalandé. Il doit y avoir, au bas mot, une maigre foule de 3000 personnes… Personnellement, je suis aux oiseaux, Tool en concert dans les mêmes conditions qu’en 1997 lors de la tournée Aenima… mais avec l’équipement visuel et sonore de 2009 ! C’est dans ta face et surtout, et presque mongolement, dans tes oreilles ! Dieu bénisse les bouchons !

C’est après un copieux repas au restaurant Iron Duke, où j’ai pu déguster un Finger Blast, du poulet ultra piquant, et une visite au LCBO où Luc s’est porté acquéreur d’une quantité industrielle de cidre de pomme, que nous avons pu nous diriger vers la porte pour assister au concert.

Rituel habituel que de s’attraper une bière avant le début des festivités,  au menu ce soir Coors Light ou Molson Canadian qui a la réputation, légende urbaine oblige, d’être de la Laurentide mais avec une autre étiquette… et à ma grande surprise, du haut de mes 34 ans, on me demande une carte d’identité pour confirmer que je suis bien un jeune homme de 18 ans!

C’est très intense la sécurité et le respect de l’ordre en général en Ontario. Ce soir, par exemple, il est strictement interdit de filmer sous peine d’expulsion. Pas d’avertissement, tu es dehors!  J’ai vu deux gars se faire sâprer dehors pour avoir filmé le concert. Je me suis risqué tout de même, et le résultat est visible un peu plus bas.

Tweak Bird faisait office de groupe d’ouverture. Le duo, agrémenté à quelques reprises d’un joueur de flûte traversière, de saxophone et même de clarinette, a réussi à égayer les amateurs avec un rock psychédélique aux forts accents Big Business.

Tool offrait sensiblement le même concert que lorsque j’ai pu voir le groupe pour la dernière fois à Toronto. La formation peut se permettre de faire ce qu’elle veut, de jouer ce qu’elle veut ! Les fans de la vieille époque qui s’attendent encore d’entendre Prison Sex ou Sober, vous serez déçus…

Le groupe pige plus généreusement dans les deux derniers albums, Lateralus et 10 000 Days pour ce qui est du choix des chansons. Les grands moments de la soirée, mis à part les nombreux jeux de lumières, projections vidéo et performance du groupe en général sont, selon mon humble avis, pour les pièces Jambi et Lateralus. Sur cette dernière, le batteur de Tweak Bird est venu battre la cadence, lui aussi, sur son propre équipement.

Mon seul reproche à cette soirée et groupe sans faille est peut être le suivant : le bizounage électronique de 3 à 4 minutes avant chaque chanson, c’est tout. Pour le reste, Tool demeure un des meilleurs groupes à voir et entendre en concert.

De retour ensuite sur la route, direction la maison, on se demandait pourquoi ce concert n’avait-il pas eu lieu à Montréal ? Est-ce que Tool aurait pu remplacer, deux jours plus tôt, Beastie Boys lors du Osheaga (non, le groupe jouait déjà ailleurs !) ou pourquoi Tool ne pourrait pas être une tête d’affiche du Heavy Mtl ?

3 heures de route pour y aller, 3 autres pour revenir… un pet car un concert de Tool dans les conditions vécues hier, c’est foutrement rare ! Aussi rare qu’un mauvais concert de Tool, justement !

Reportage maison!!!

2 commentaires
  • P
    5 août 2009

    filmer dans un endroit interdit….. toi tu vie dangereusement . merci de partager ce vidéo du concert qui, devait être effectivement du bonbon

  • Kozik
    6 août 2009

    La sécurité Ontarienne est effectivement assez freakante ! Lors du concert de Jane’s Addiction à Toronto, j’ai vu des fans ce faire «sacrer» dehors de l’amphithéatre en tout début de concert car il bodysurfait… Ouch.

    Par contre NIN et Jane’s Addiction autorisaient la prise de photo et vidéo. J’ai jamais vu autant de personnes filmer un show ! Ça en était presque absurde.

    Merci Klimbo pour le review, et j’espère que ton estomac à bien digéré le Finger Blast…

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES