BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Ravage…tradition, métal et dégâts ravageants! (Entrevue)

Yanick Klimbo Tremblay
14 août 2009

ravage

Ravage est un nouveau nom dans l’univers métallisé mais pas vraiment un nouveau groupe. Cette formation américaine existe depuis une bonne dizaine d’années mais ce n’est que depuis peu que nous en entendons parler grâce à un premier album à paraître chez Metal Blade. Privilégiant une formule qui se rapproche grandement des sources du métal mais sans être quétaine, Ravage fesse fort avec ce disque ! Entrevue avec Alec Ravage, chanteur du groupe.

Votre nouveau disque n’est pas encore sorti, je l’ai entendu et je pourrais décrire le tout comme étant une attaque métallique avec des éléments trash combinés avec la classe du heavy métal de la vieille école. Mais vous, comment percevez-vous votre groupe, comment pourriez-vous présenter Ravage pour nos lecteurs ?

Je crois que tu as bien expliqué le tout! Nous jouons généralement du métal traditionnel avec des influences thrash de la fin des années 80 et des influences provenant de la vague européenne power métal de la fin des années 90  

Il y a une nouvelle vague de groupes qui jouent, justement, du thrash métal de la vieille école. Même si l’on ne doit pas juger un livre par sa couverture, dans un premier temps, il est facile d’inclure Ravage dans cette catégorie, surtout en regardant la pochette, mais ca va au-delà de ça ! Après l’écoute de votre disque, je peux dire que vous ne faites pas parti de cette catégorie car vous avez quelqu’un qui chante réellement. Était-ce quelque chose de clair et précis pour toi, d’utiliser une voix mélodique au lieu de grogner ou de vociférer les paroles ?

Oui, je crois que le fait d’avoir une voix mélodique a toujours été un des objectifs du groupe. Quand nous avons formé Ravage au milieu des années 90, il y avait tellement de groupes qui avaient comme chanteurs des semi-rappeurs, des énergumènes qui pleurnichaient sans arrêt ou des types qui ne savaient pas chanter du tout. Donc, nous voulions offrir un groupe qui ramenait justement la puissance et la mélodie au niveau des voix, dans le domaine du heavy métal. 

Tu seras comparé très souvent à Rob Halford, c’est une comparaison facile et rapide car en plus, vous faites une reprise de Nightcrawler sur votre dernier disque. Est-ce que la comparaison te flatte ou bien ca te dérange car tu cherches à créer ton propre style de voix, à développer ton propre genre ? 

Je prends le tout comme un immense compliment car Halford est l’un des plus grands chanteurs métal au monde. Je ne crois pas être aussi talentueux que lui à bien des niveaux et je n’ai pas le même registre de voix non plus. Mais c’est bien de recevoir ce genre de comparaison.

En parlant de votre interprétation de Nightcrawler de Judas Priest, comment en êtes-vous venus à choisir cette pièce ? Vous avez mis quelques titres inscrits sur des petits bouts de papier et vous avez pigé un titre au sort dans une casquette ?  

Non! Nous avons d’interminables discussions au sujet des interprétations que l’on pourrait faire. Du même fait, je dois t’avouer qu’il m’est difficile de me rappeler comment nous en sommes venus à choisir ce titre de Priest. C’est probablement relié au fait que Painkiller (on retrouve Nightcrawler sur ce disque) est l’un de nos albums préférés. Nous jouions déjà cette pièce en concert, il y a de cela quelques années, c’était donc une bonne idée de l’enregistrer.

Comment êtes-vous parvenus à travailler avec Ed Repka (illustrateur pour Megadeth, Death et Toxic Holocaust) pour votre album End Of Tomorrow?

Nous voulions une pochette qui provenait d’une peinture au lieu d’un truc fait à l’ordinateur. Nous voulions le meilleur dans le domaine et Ed Repka a accepté de travailler avec nous.

Justement, quand on travaille avec un gars comme lui, comment le tout fonctionne? Il demande le contrôle total en s’inspirant de vos paroles ou vous lui dites tout simplement ce que vous désirez ? 

Nous lui avons donné l’idée de base, nous l’avons laissé faire et il avait la liberté totale d’incorporer le tout dans son propre univers personnel. Nous sommes très satisfaits du résultat !

cover

Vous jouez à Montréal le 23 août au Café Chaos, saviez-vous que quelques membres du personnel s’habillent en pirate? 

Je ne savais pas mais c’est vraiment cool comme idée ! En passant, nous espérons voir le plus grand nombre possible de maniaques de métal montréalais ! Merci pour l’entrevue !

www.myspace.com/swwr

Album disponible le 18 août

En concert le 23 août au Café Chaos de Montréal avec Void Within, The Catalyst  et Absolve à 20h.  12 $ à la porte !

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES