BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Plus creux que M+, t’es aussi creux que la Mer de Wedell !

Yanick Klimbo Tremblay
6 septembre 2009

Gériboire !

J’avais vu quelques extraits sur YouTube, directement liés de Blabbermouth. Je croyais qu’on n’y mettait que les bouts les plus stupides, un genre de condensé pour démontrer le caractère insipide de cette téléréalité et pour faire rire les gens mais ce soir, je me suis tapé le programme au complet. Et c’est crétin en bâtard !

Tout ce qui touche, de près ou de loin au rock m’intéresse. C’est pourquoi je me devais de regarder la première de Coup de Rock ou plutôt Rock of Love, sur Musique Plus. Ce programme met en vedette Brett Michaels de Poison qui recherche une femme pour toute la vie mais cette dernière doit accepter que Brett ait une autre amoureuse dans sa vie, le rock…

Ca commence bien…

Ce soir, je pensais à toutes les filles du secondaire qui écoutaient du Poison dans le temps. Toutes ces filles avaient des toupets crêpés en forme de soleil et des jeans délavés à l’acide et fredonnaient Unskinny Bop pendant le cours d’arts plastiques. Aujourd’hui, la gêne, la plus qu’honteuse des gênes risque de s’emparer d’elles… Maintenant, pour la plupart, elles sont mères de famille et de voir leur beau Brett à la télé se laisser aller avec une couple de guedailles, dont la moitié pourrait être ses propres filles, admettons que les biberons doivent se réchauffer rapidement dans leurs mains généreuses de memans parfaites lorsqu’elles abreuvent le p’tit dernier.

 

Pas par jalousie, non, mais plutôt par le caractère insipide du programme. Il faut dire que le droit des femmes vient de prendre une méchante drop avec cette marde. D’entendre des filles lâcher comme commentaire qu’elles veulent baiser le beau Brett sans tarder ou bien de trucs aussi songés que j’aime tout ce qui est chirurgie dans la vie, il n’y a rien de mieux que les nichons refaits ! C’est rough sur les oreilles, même pour un gars!

En passant, le programme est vraiment simple, un macaque à toque pourrait le comprendre… ou l’inventer : Brett accueille chez lui une vingtaine de candidates, pour la plupart des danseuses dans le début vingtaine ou ex-danseuses début quarantaine qui devaient dans le temps, justement, faire leur partie du show que l’on appelle le slow sur Every Rose Has its Thorn.  Il espère trouver celle qui le fera vibrer parmi cette bande de coquines plus artificielles les unes que les autres. Le but des filles dans cette série télé est d’être la première à pouvoir mettre la main sur le gars de Poison où tous les subterfuges les plus sexys et coquins sont permis allant de l’exposition des seins en passant par le frenchage à pleine yeule. L’alcool coulait à flot, ce qui permettait aux filles d’être encore plus kinky

Barbies nunuches aux seins en plastique, vieilles poufiasses qui croient encore rocker comme en 89  avec des voix éraillées par la surdose de scotch ben cheap accompagnée de cigounes extra-fortes. Il y a d’ autres spécimens indescriptibles dans la série mais je dois avouer qu’il y en a une ou deux qui semblent sensées. Elles se font une chaude lutte pour obtenir le cœur de ce has been qui se paie un méchant trip de fesses avec des nouilles prêtent à tout pour un moment de gloire à la télé en espérant mettre la main sur lui ou sa cagnotte.

Lorsque les filles parlent, c’est l’apothéose de l’imbécilité. Il est impossible qu’une bande de scripteurs sur l’acide aient pensé à de tels discours, c’est irréel. Le commentaire le plus étrange est venu d’une participante qui racontait que le silicone dans les seins refaits, c’est comme de la gelée avec laquelle on fait des Gummy Bear…Miam Miam ?

Le synopsis: T’as rien à dire ? Pas grave, squeeze le tout, ca va compenser pour le manque de jugeote.

Tous les clichés du hair rock des années 80 sont présentés, c’est du sexe, drogues et rock n’ roll mais pas beau, c’est crissement laid et vulgaire…

La traduction française, produite en France, qui est superposée sur la bande sonore originale rajoute au grand désarroi de cette diarrhée visuelle. C’est hilarant mais en même temps, excessivement dérangeant, voire malaisant.

Imaginez la situation pour une fillette de 12 ans qui regarde ça par hasard, en pitonnant un samedi soir. Elle, seule à la maison, gardant le plus jeune de 6 ans qui fait dodo pendant que les parents sont au cinéma en train de se clancher Les Doigts Croches. Tout ce que maman, grand-maman et les tantes préférées ont raconté au sujet du respect des femmes ou sur la séduction envers un gars vient de se faire légèrement tasser par le discours sinueux des guedounes bon marché de Rock of Love. C’est beaucoup plus rapide pour avoir ton homme d’agir de la sorte, c’est vif et direct !

Un peu de gêne ? Calle-toi un bon drink, ca va passer, comme dans la tévé !

Et il semble que Musique Plus ait opté pour l’insipidité en guise de programmation automnale car en plus de Rock of Love, nous avons droit aux autres programmes dotés du même genre de profondeur…

The Hills : Une bande de truites mouchetées ayant ben de la palette se font suivre par des caméras en disant des Oh My God aux autres copines ou tout simplement  dans leur cellulaire ou bien à chaque fois qu’un item arrive chez Gucci, à Los Angeles. Mais elles piquent des crises incroyables lorsqu’une fille qui roule en Chevrolet Impala 1998 porte les mêmes lunettes qu’elles. Inconsolables, elles vont dans un spa-tonique relaxer jusqu’au prochain épisode.

Tila, Celib et Bi : Premièrement, elle n’est pas célibataire, elle est célib, c’est comme, genre, comme plus cool. Et bi donc, c’est plus compliqué car, dans cette téléréalité, qui va-t-elle choisir ? Un gars ? Une fille ? Un tournevis rouillé ? Les gars et les filles jouent du coude pour obtenir le cœur de cette fille super populaire dans la vie. Oui, c’est une fille qui est populaire, il semblerait qu’elle chante, fait du mannequinat, pose et en plus c’est une star de MySpace car elle est celle qui a le plus d’amis sur ce réseau. Elle est un peu comme Tom, tu l’as automatiquement dans tes amis en te construisant une page ! C’est une genre de Paris Hilton mais version asiatique, donc on ne sait pas ce qu’elle câlisse vraiment dans la vie mais elle se flashe les nichons et frenche tout le monde, donc, c’t’une personnalité populaire! Elle cherche, elle aussi l’amour parmi une bunch de dudes et de dudettes et quand Tila n’est pas là, tout le monde parle dans son dos ou font des paris pour savoir qui sera celui, ou celle, qui va se la farcir… mais sans succès, jusqu’à la semaine suivante !

Next : Une bande de filles et de gars participent en tant que célibataires à ce jeu et se font flusher, un après l’autre, après que chaque candidat du jeu, leur crie en pleine face : NEXT… you suck ! 

Paris un jour, Paris toujours : L’ingénue se cherche une meilleure amie, question de remplacer l’autre tarte qui a eu un kid avec un des gars de Good Charlotte. Paris cherche mais ne trouve pas, elle dit que c’est HOT tout au long du programme et c’est le générique.

Avec toute cette profondeur, on peut estimer que chaque jeune fille passant quelques heures à regarder la sublime programmation de M+ doit se sentir en confiance, elle sait comment affronter la vraie vie avec d’incroyables modèles féminins aussi flamboyants… La confiance en toi passe par ceci : ferme ta boîte et bombe-toi le torse, poulette. Aussi, si tu te fais appeler bitch, c’est un compliment, fais que poigne pas les nerfs, souris et laisse sortir un rire insignifiant.

Est-ce que le comité de programmation de Musique Plus ou le contrôle de qualité a vraiment sélectionné toute cette merde télévisuelle? Même V n’en voudrait pas pour meubler le trou laissé par les Infopubs de 3h30 du matin. J’espère ne pas faire parti du public visé par cette chaîne maintenant, ce serait une insulte à ma génération, rien de moins !

La télé ne doit pas éduquer les jeunes, et Musique Plus est loin d’avoir le mandat de Télé-Québec c’est évident, mais l’influence des médias a une place prépondérante dans la vie de chaque adolescent et adolescente. Le côté informatif, ludique et génial de Musique Plus n’existe tout simplement plus, c’est tout ! Mais au moins, je m’estime chanceux d’avoir pu goûter aux belles années de Rajotte, Borne, Plourde, Coiteux, Talbot et même Sarrasin !

Musique Plus cette année a comme mission de créer des couples ? Et la musique, elle? Les clips, eux ?

Ils doivent être dans le char de Babu

4 commentaires
  • Sophie
    6 septembre 2009

    J’adore votre article. J’adore votre manière d’écrire et de décrire les horreurs qu’on puisse voir à la télévision dernièrement. Oui, c’est scandaleux, j’approuve à 142%. À force de travailler dans une école primaire et d’enseigner le patin à des filles plus jeunes, on commence à voir déjà les conséquences épouvantables et les répercussions désastreuses que ce genre d’émissions va engendrer dans leur petite tête. Si on y rajoute la diffusion de vidéo-clip extrêmement déplassés dans le genre de LoveGame ou CalleOcho, on peut s’attendre à un désastre. Il me semble que Musique Plus est une chaîne classée ‘générale pour tous’ … alors que, personnellement, je ne suggèrerais à aucun enfant sous 15 ans d’écouter ça, et ce, depuis longtemps.

  • Pascal Bergeron
    7 septembre 2009

    Ton article est très bon ! Mais toutefois, je me demande si nous devenons pas un peu trop vieux pour le rock ! En tant que mélomane de musique rock depuis l’adolescence, j’ai l’impression que les gens plus âgés dans les années 90′s devaient nous percevoir comme une bande de ‘grunge insipide’ (pour utiliser ton mot) ayant aucun avenir devant eux. Si nous prenons par exemple le show télé « Davis and buthead » qui était tout aussi vide de sens que les show réalités présentés à Musique Plus, mais nous aimions ça, nous étions des « ados » cherchant le firmament du rock ! Une vie de Bacchus remplis de sexe, de drogue et de rock and roll ! En ce qui attrait la question de la condition de la femme, je crois qu’un groupe bien connus qu’un certain dj d’un bar alternatif de région affectionnais beaucoup chantais dans son refrain « I want to fuck you like animal »… L’industrie du rock est basée sur la jeunesse, l’esprit revendicateur envers ses pères. Il est normal, selon moi, lorsqu’on plonge dans la trentaine et qu’on devient parent à notre tour qu’on perçoit le monde du rock comme ‘insipide et vide de sens’ étant donné que nos réalités ont changées… Le Rock ne change pas, mais nous oui !!

    Es-tu Klimbo, l’ancien dj de l’Expresse ?

  • Yanick Klimbo Tremblay
    7 septembre 2009

    Salut Pascal, c’est certain que le parallèlle avec l’âge y est pour un 10%. La relation que tu fais avec Beavis & Butthead est bien aussi mais il y avait tout de même de la musique par la suite lors des heures régulières. M+ n’a plus cette balance, et toutes les autres chaines musicales aussi. Ce qui me chicotte, c’est le fait qu’un comité regarde cette série, Rock of Love (au moins le pilote, j’espère) et décide d’acheter la série pour la diffuser sur leurs ondes.

    On est jamais trop âgé pour le rock. Quand je vais voir des concerts, que ce soit pour AC/DC ou Mayhem, on retrouve des gens de tous les groupes d’âges, des passionnés qui aiment encore prendre le temps de voir des shows.

    Pour moi, tous les programmes que je décris dans mon article ne sont pas des trucs qui revendiquent le rock, ce n’est qu’un ramassis d’idées malsaines. Il faut comprendre une autre chose aussi, ce sont des émissions télé qui ne coutent vraiment pas chers à produire, pas d’acteurs à payer, pas de scripteurs… c’est le strict minimum et c’est pour ça qu,il y en a autant.

    De plus, des gens de tous les groupes d’âges trouvent Rock of Love ou les autres trucs, assez merdiques. Mais certains doivent trouver ça génial, malheureusement!

    « Le rock ne change pas, nous oui… » Pas vraiment d’accord, je crois plutôt que nos responsabilités changent, c’est tout. Lorsqu’il y a un bon concert, comme Clutch la semaine prochaine, nous sommes encore la même bande de crapules qu’à l’époque pour y aller.

    Je suis encore le même gars qu’à 16 ans sauf que maintenant, j’ai l’hypothèque, les kids et mon boulot. Quand je prends le temps de m’acheter un disque de Dying Fetus, d’aller voir TOOL en concert en Ontario ou d’aller voir Goatwhore aux Foufs, je me rends compte que je ne change pas ben ben. Sauf que le lendemain matin, je dois aller au boulot ou bien me faire réveiller par ma fillette!

    Je touche du bois, je n’écoute pas encore Rock Détente et je n’offre pas de disque de Lost Fingers à ma blonde parce que c’est amusant. À la St-Valentin, je ne vais pas voir Isabelle Boulay en show car c’est romantique…

    Motorhead était en concert la semaine passé, l’esprit du rock est un sexagénaire!

    J’apprécie la grande majorité des artistes rock qui font de la bonne musique, j’aime les choses faites avec passion et c’est ce qu’il y a d’important, je crois.

    J’ai toujours trouvé le groupe Poison assez imbécile, je ne m’attendais pas à être renversé par Rock of Love. Dans le genre, je préfère Family Jewels de Gene Simmons…

    En passant, oui c’était moi le DJ de l’Express!

    Toi? Pascal Bergeron… j’allume pas? Aide-moi!

  • Yannick Langlois
    8 septembre 2009

    en plus Klimbo….je crois qu’il y a 2 saisons de chaque émissions mentionné….ils n’ont toujours pas trouvé l’amour de leur vie ! hahahhaha

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES