BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Metallica, une semaine après ou comment se remettre d’une déception…

Yanick Klimbo Tremblay
26 septembre 2009

0james300

Ma critique du concert, une semaine plus tard… Je n’ai jamais fait ça mais lorsque j’ai reçu la confirmation que Metallica annulait ses entrevues du dimanche, j’étais comme, frustré. Je n’ai pas feelé de la journée malgré que, la veille, j’avais vécu un moment d’extrême bonheur grâce à ses derniers justement, et leur performance magistrale. J’ai avalé la bouchée de travers, c’est sûr… Je ne me rappelle pas la dernière fois où j’ai vécu une situation autant décevante.

Ah oui, je m’en souviens… quand j’avais huit ans, j’avais demandé à mes parents pour aller au cinéma voir Le Retour du Jedi qui venait de sortir quelques jours auparavant. J’attendais tellement ce film ! Des amis m’avait dit que l’on voyait enfin le visage de Darth Vader, c’était le sujet de discussion à l’école. On en parlait même plus que des séries de hockey entre les Islanders et les Oilers. Pas le temps pour Gretzky, on préfère les Ewoks ! Sur place, tout était vendu, pas une place de disponible ! En guise de remplacement, j’avais été voir Octopussy, le James Bond du moment… J’ai pleuré tout le long car la tristesse était si intense, je ne voulais rien savoir de Bond et ses gadgets merdiques… J’ai attendu encore une semaine complète et j’ai vu le film en anglais dans un cinéma à Québec avec mon cousin Steve et mon oncle Guy.

En annulant l’entrevue, j’ai vécu un peu les mêmes émotions… chu bébé, hein ?

Mais le tout est reporté lors du passage de Metallica à Québec le 31 octobre. Chanceux? Comme un quêteux!

J’ai  manqué Gojira ! La fouille intensive aux portes ainsi que des rencontres avec des amis originaires du Saguenay ont fait que j’ai dû faire un gros oh hisse envers Gojira

Lamb of God avait la lourde tâche de réveiller les gens qui entraient dans l’enceinte. Pas de les réveiller mais plutôt de leur enlever le nez de l’intérieur du verre de bière à 10$ Ouvrir pour Metallica doit être une tâche vraiment ardue… Lamb of God a bien relevé le défi car après leur prestation, les commentaires fusaient positivement à leur égard.

En allant me chercher ma Metalli-Bière, celle avant Metallica, j’apprends que les kiosques vont fermer à 9h00, comme la dernière fois. Conditions du groupe, celle-ci est quelque peu autoritaire par contre.

J’ai le plaisir de rencontrer, dans la file pour ma Metalli-Bière, 4 gars originaires de Dublin qui ont fait le voyage jusqu’à Montréal. Ce sont 4 gars dans la quarantaine qui n’ont jamais vu le groupe sur scène, c’est leur baptême ! Ils désiraient voir Metallica deux soirs de suite et Montréal était la destination idéale pour eux. Hop, les billets d’avion, ceux du concert et c’est fait ! Je discute avec eux longuement et finissent par payer ma bière car mes conseils pour une sortie dans un bar d’effeuilleuses, par la suite, étaient convaincants.

Pour ce qui est du concert, tout a été dit… au presque. Je dois avouer que le groupe m’a fortement impressionné. C’était beaucoup plus serré musicalement que lors de leur dernière visite. Trujillo ne donnait plus les cues à Ulrich pour que ce dernier puisse rester dans le bon rythme et savoir où puncher les coups de cymbales, aux bons endroits.

Le groupe est nettement en meilleure forme et on sent que les gars sont unis, ils ont retrouvé le plaisir d’être sur la scène. Il est évident que de jouer devant un Centre Bell complet, rempli jusqu’aux sections grises collées au plafond, il y a de quoi être motivé.

Sérieusement, la foule était tonitruante et bruyante. Il y a des moments où l’on perdait le son car les réactions étaient trop intenses, comme lors de l’intro à la basse de For Whom the Bell Tolls.

Le choix des chansons était génial pour l’amateur qui apprécie le groupe pour ce qu’il fait  de mieux, c’est-à-dire du métal. Rien de St-Anger, rien de Load et Reload, le paradis pour tout aficionado du groupe !

Oui, je trouve que Metallica a pigé fortement dans le dernier album, moins que lors du concert de dimanche mais au moins, Death Magnetic est un très bon disque et les pièces, en format concert sont plutôt intéressantes. Le groupe est tellement fier du disque, et ça se comprend car avec le temps, on peut vraiment se rendre compte que les 3 dernières productions de Metallica, avant Death Magnetic, n’étaient pas très divertissantes musicalement…

Seul bémol, et ceci a refroidi les ardeurs de bien des gens, le choix d’avoir la pièce de Bob Seger, Turn the Page, placée immédiatement après Sad But True. Par la suite, le groupe a repris le chemin de la brutalité avec Cyanide, pièce qui provient du dernier album.

L’utilisation d’une scène centrale est un concept du groupe et il l’exploite depuis près d’une quinzaine d’années. Les membres du groupe prennent possession de la scène et même si l’on n’aime pas l’attitude m’as-tu-vu d’Ulrich, il reste qu’il sait très bien abuser du concept et il demeure très près de son public avec ses nombreuses visites aux abords de la scène.

Liste des chansons:
That Was Just Your Life
The End of The Line
For Whom The Bell Tolls
The Shortest Straw
One
Broken,Beat and Scarred
All Nightmare Long
Sad But True
Turn the page
Cyanide
The Day That Never Comes
Master of Puppets
Blackened
Nothing Else Matters
Enter Sandman
 

Rappel:
Die Die My Darling
Hit The Lights
Seek And Destroy

Il faut des couilles de béton pour envoyer One en début (5e chanson) de concert. Cette pièce est tout de même un incontournable des fins de concerts de Metallica ou des rappels. J’ai vu le groupe à plusieurs reprises et on la sentait venir, on avait une certaine hâte, une sérénité mais toujours vers la fin.  De l’entendre en début de concert, je me suis dit que ce groupe-là avait un contrôle indéniable sur son matériel et surtout, une confiance en eux qui est à tout épreuve. Pour bien comprendre l’impact, imaginez Meat Loaf commencer un concert avec I’ll Do Anything for Love (But Won’t Do That) Wow, vous en rêvez,hein?

L’ajout de The Shortest Straw aussi est un point majeur. Cette pièce provient de …And Justice For All, l’album le plus complexe et progressif du groupe et de ressortir cette chanson prouve que le groupe est au sommet de son art, nul ne peut en douter.

Avec la chute des ballons du plafond, il était évident que la soirée tirait à sa fin mais la satisfaction se lisait sur le visage de tous les amateurs présents ce soir. Autant sur le rictus du jeune de 13 ans que sur les rides du gars fin quarantaine, croisé à la salle de bain par la suite. Ai-je besoin de confirmer que ça se chamaillait assez fortement sur le parterre pour obtenir un des ballons? Ils étaient beaux, noirs avec le logo du groupe. J’aurais fait la même chose…

Le seul qui ne semblait pas avoir du fun, c’est le gars assis devant nous, un gars que vous connaissez bien, Mike Gauthier de MusiMax ! Il est resté assis tout le long du concert sur son banc même si tout le monde était debout ! Était-il là pour la job? Non, Judi Richards l’aurait accompagné avec Yvon Deschamps sinon ! Je l’ai vu bouger des lèvres pendant Enter Sandman par contre…

Vidéo par Luc Beaulieu

Photo: Martin Chevalier

2 commentaires
  • robes
    13 avril 2010

    Hello
    ton blog est super sympa, continue comme ca.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES