BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Hacride « Lazarus » en critique et retour sur le concert de Manic Street Preachers à Toronto

Yanick Klimbo Tremblay
7 octobre 2009

Hacride
Lazarus
Listenable

Vous savez, il y a de ces fois où l’on écoute un disque en se disant : « Gériboire, il y a tellement d’efforts et de travail là-dessus, ça n’a pas de sens ! » Il est impossible que les gars du groupe Hacride puissent avoir un travail en dehors de leur groupe. Tu sens que les gars doivent se lever le matin, se font griller quelques toasts et ingurgitent deux cafés. Ensuite, direction le studio où l’on compose et enregistre du métal intelligent qui sort des cadres ordinaires. Prenez tout ce qu’il y a de bon et d’original métalliquement parlant et vous en retrouverez des morceaux sur ce disque. Des bouts de Tool, de Gojira, du Meshuggah, de Burst, du Baroness en passant par le death métal, le thrash et le genre Neur-Isis ! C’est assez surprenant et vivifiant de voir qu’un tel groupe existe et demeure bien caché par contre. Si vous êtes encore timide envers ma critique, vous vous devez d’essayer au moins la pièce Act of God avec en introduction un riff qui a une personnalité excessivement imposante. Par la suite, dirigez-vous vers A World of Lies et ses intonations aux guitares qui sont fortement influencées par Adam Jones de Tool en guise de départ pour se diriger vers un univers métallique, royalement déstabilisant. Ce groupe a un potentiel énorme, digne d’être les nouveaux Gojira, justement ! Pour leur troisième album, il semble que ce groupe n’ait pas oublié ce qu’il y a de plus important : de bonnes chansons! Et il a réussi, haut la main.

Fortement recommandé pour bien terminer votre année 2009! Disponible le 13 octobre ! En passant, le groupe vient de France !

www.myspace.com/hacridev2

hacride

Manic Street Preachers
Phoenix Concert Theater, Toronto
4 Octobre 2009

J’étais déjà vendu avant de pouvoir assister à ce concert. Cette soirée revêtait une telle importance, une vague d’affection si intense pour moi. Manic Street Preachers est un groupe qui m’a aidé à passer au travers quelques moments plus difficiles dans ma vie grâce à leurs chansons empreintes d’émotions vives et les autres qui sont débordantes de joie. J’ai toujours apprécié ce groupe et je me devais d’assister à ce concert. Ma fiancée est dès plus compréhensive envers mon obsession des Manic Street Preachers car même à quelques jours d’accoucher de notre deuxième enfant, elle m’a laissé partir sachant très bien que le tout allait bien se passer pour elle ici et pour moi, là-bas malgré de bonnes chances d’accoucher.

NWireNicky Wire, bassiste du groupe 

C’est avec zéro objectivité que je vous annonce que ce concert a été pour moi le fleuron de mon existence d’amateur de musique. Je me suis même surpris à essuyer quelques larmes qui perlaient sur ma joue lors de If You Tolerate This et pendant A Design for Life.

 KITT

Ce concert était sublime. Le tout se déroulait au Phoenix Concert Theater, une salle du même gabarit que le Club Soda de Montréal pouvant accueillir environ 500 personnes.

list 

Dire que j’étais prêt à traverser l’océan une nouvelle fois pour assister à un de leur concert dans un immense aréna ou un  stade car en Europe, Manic Street Preachers, c’est gigantesque !

Une surdose d’allégresse et d’euphorie pour moi, c’est tout ce que je peux dire… C’est le concert qui m’a apporté le plus de satisfaction de toute ma vie… et j’en ai vu des concerts dans ma vie.

Pour finir le tout, à la fin du concert lorsque nous sortions, nous avons eu la chance de discuter avec James Dean Bradfield, le chanteur du groupe. Généreux, il a pris le temps de signer quelques autographes et de prendre une photo avec nous.

Le groupe devrait revenir l’an prochain en tournée. Lorsque nous parlions avec James Dean Bradfield, il m’a dit tout bonnement, en anglais mais traduit ici :

« Tu es de Montréal, n’est-ce pas ? »

« Oui » de répondre.

« Nous devrions y aller la prochaine fois ! » de nous répondre.

J’aimerais beaucoup mieux car c’est moins loin et surtout, Montréal est une ville beaucoup plus vivante que Toronto, qui dort au gaz. Vous auriez dû voir l’immense difficulté que nous avons eu, un dimanche soir 23h00, à se trouver une place pour prendre une dernière bière avant le dodo !

Ravi, j’ai bien dormi par la suite… même si je savais pertinemment que je devais conduire 6 heures de temps, quelques heures plus tard.

La longue route vers cette cité ennuyante en valait la peine !

Un commentaire
  • wax
    9 octobre 2009

    Maudit chanceux
    je voulais y aller ,mais je pouvais pas j’ai meme essayer de les faire venir a montreal j’ai demander a 4 promoteurs bien connue mais personne ne voulais s’impliquer (quelle bandes de connards)ils avaient off le 3 et le 5 bordel, c’est quand meme bon de savoir qu’il y a 15 fans de + des manics a montreal
    merci et a+

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES