BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Skeletonwitch… c’est métal, laissez-faire les étiquettes! (Entrevue)

Yanick Klimbo Tremblay
14 octobre 2009

skel!

Logo des années 80, esthétique des années 80 et éthique des plus professionnelles face au métal. Skeletonwitch propose un amalgame intéressant qui réunit plusieurs genres de la grande variété métallique contemporaine. Pas de spandex, pas de jeans empruntés à leurs sœurettes ni de coupes de cheveux affriolantes, que de l’attitude du rentre-dedans ! Le groupe américain roule sa bosse depuis un bon bout et propose son troisième album, Breathing the Fire, qui est disponible depuis le 13 octobre. Vu souvent en ouverture d’autres formations, Skeletonwitch propose toujours des concerts solides qui ne vous laissent jamais sur votre appétit. En tournée en ce moment, le groupe a pris quelques minutes pour discuter avec BangBang au sujet du dernier album. Entrevue avec Scott Hedrick, guitares.

Jai remarqué l’autre jour que tu étais gaucher, c’est difficile de se trouver une bonne guitare quand on joue de cette main?

Au début, quand j’ai commencé à jouer, oui, évidement. Mais maintenant, c’est plus facile à trouver de bonnes guitares adéquates. Ca m’a pris un bon bout de temps avant d’en trouver une bonne, j’en ai eu des merdiques ! J’ai des guitares faites sur mesures par un de mes amis qui vit en Ohio. Aussi, j’aime bien les guitares d’une compagnie qui se nomme First Act, c’est encore un peu méconnu mais ils font d’excellentes guitares !  

Sur votre album précédent, Beyond the Permafrost, on retrouve un squelette sur la pochette ainsi que sur votre dernier. En faisant ma recherche, j’ai remarqué que sur votre premier disque, At One with the Shadows, on en retrouve un aussi. Est-ce que le squelette, en tant que tel, est devenu votre mascotte au même niveau qu’Eddie pour Iron Maiden ou votre Vic Realtor avec Megadeth?

Dans un sens, oui. On lui a même trouvé un prénom, question de lui donner un peu de personnalité. On le surnomme SkeletonMitch ! On prévoit le garder pour le prochain. Mais ce n’est pas quelque chose qui était coulé dans le béton dès le début, le tout est venu de manière naturelle, surtout quand tu vois ce que John Baizley a fait sur l’album précédent en gardant encore l’image du squelette. On se devait de garder cette image ou personnage. Je ne crois qu’on va le transposer dans l’espace sur le prochain album ou en tant que soldat de la Guerre Civile comme Iron Maiden l’a fait avec Eddie.

Votre nouveau disque est produit par Jack Endino, un producteur qui a travaillé avec Nirvana, Zeke, Soundgarden, The Accused et bien d’autres ! Est-ce intimidant de travailler avec un homme de cette réputation au lieu d’y aller avec quelqu’un de moins connu ?

Oui, c’est une bonne question. C’était très intimidant et c’est surtout parce qu’il était très gentil, tellement aimable, c’était irréel. Le premier contact avec lui a été d’une simplicité désarmante. Je peux te confirmer que ca ne se déroule pas de la même manière avec tout le monde. Nous l’avons contacté, nous lui avons parlé du projet et tout semblait intéressant pour lui. Il nous a demandé de lui faire parvenir notre dernier album et les démos de nos dernières chansons. Et il nous a demandé très spécifiquement de ne pas parler d’argent, il ne voulait rien savoir de l’aspect financier. Il n’en a rien à cirer de l’argent ! Il dit que lorsqu’il s’implique dans un projet, c’est parce qu’il aime ce que l’artiste fait avant tout. J’adore ce gars, c’est un vrai ! Il ne veut rien savoir de ton budget, il choisit ses projets en fonction de l’intérêt qu’il porte au groupe. S’il aime ton groupe, il embarque. Sinon, il ne veut pas, peu importe le budget ou l’importance de ton groupe dans l’univers musical.

SKELETONJACKENDINOAvec Jack Endino (assis) 

Il travaille un peu comme un scientifique fou. Il enregistre pendant une douzaine d’heures par jour et c’est uniquement le groupe et lui, pas de copains qui viennent faire un tour. C’étaient toujours des sessions d’enregistrements qui commençaient dès midi pour se terminer vers minuit ou vers une heure du matin. De longues journées éreintantes, nous étions tous brûlés mais Jack, le lendemain nous arrivait avec des choses du genre :

« Salut les gars, je n’arrivais pas à dormir cette nuit donc j’ai fait un mix provisoire, question de savoir vers quoi on s’enligne. »

Et ce mix provisoire lui avait pris environ trois heures de son temps, en pleine nuit. Mais il était au studio en même temps que nous, souriant et de bonne humeur !       

J’imagine qu’il devait avoir de bonnes histoires à raconter ?

Il est évident que certaines choses ont été dites mais ce n’est rien de très flatteurs pour certains donc je vais m’abstenir là-dessus, question de préserver des réputations !

Vous êtes passés de John Baizley, l’artiste mais qui est aussi membre de Baroness, à quelqu’un d’autre pour la pochette. Qui est ce nouveau venu ?

C’est Andrei Bouzikof. C’est celui qui a fait le dernier Municipal Waste. C’est un gars qui habite San Francisco et il est bien impliqué avec Municipal Waste car c’est lui qui a fait les albums de leur projet parallèle, Cannabis Corpse. Nous en sommes venus à travailler avec lui car nous recherchons toujours les choses les plus organiques, les choses vraies et ce à tous les niveaux. Que ce soit la façon d’enregistrer, les tournées et les pochettes, nous aimons ce sentiment de chaleur qui se dégage de tout ça ! Quand nous avons vu sa peinture pour la pochette, nous savions que c’était ça. Nous ne sommes pas des amateurs de graphiques à l’ordinateur, nous préférons les choses plus près des classiques. C’est quelque chose qui va bien sortir en édition vinyle, une belle pièce d’art pour du métal.    

Vous êtes en tournée en ce moment avec Children of Bodom et Black Dahlia Murder. L’autre jour, je parlais avec Trevor de Black Dahlia Murder, il me confirmait que c’était assez festif comme tournée généralement avec Children of Bodom. Avez-vous encore le foie en bon état ?

Ouais… je dirais. C’est vraiment le fun. Les trois groupes et l’équipe de tournée, c’est une belle bande! Nous sommes bien traités. Tu sais, ce n’est pas facile quand tu es le premier groupe sur trois. Mais nous savons qu’en arrière scène, le tout se passe à merveille, tout le monde s’entend bien et quand c’est terminé, effectivement, c’est la fête !

Est-ce que le fait que l’on vous catégorise encore comme un groupe de la vague du renouveau thrash vous énerve ou bien ça vous laisse indifférent ?

Nous avons tellement reçu d’étiquettes avec les années… black métal, death métal, speed, thrash…

Mais je peux confirmer qu’une s’appose très bien au groupe ; métal !

Exactement! Et c’est la beauté de la chose car nous pouvons, justement, aller en tournée avec d’autres groupes très différents sans sentir que nous sommes des intrus, tu comprends ? Notre musique se marie bien à celle de Dimmu Borgir ou bien celle de Children of Bodom, justement.

Officiellement, tu es un journaliste ?

Oui mais il y a tellement longtemps que je n’ai pas écrit, je suis rouillé. Je ne suis pas journaliste, vraiment. J’ai fait des études dans ce domaine.

J’ai vu Gojira et Lamb of God ouvrir pour Metallica l’autre jour. Gojira est un groupe qui enregistre pour la même compagnie que vous et Lamb of God enregistrait pour Prosthetic aussi.

Oui, nous sommes au courant, c’est vraiment cool pour eux.

Dans un sens, en voyant deux groupes ayant eu le même parcours que vous, est-ce que ca vous donne l’espoir que tout est possible ?

Oui. Il suffit de bûcher le plus possible. C’est le rêve de bien des groupes de partir en tournée avec Metallica. Nous, le simple fait de pouvoir vivre de notre musique fait que l’on vit notre rêve en ce moment. Nous ne sommes pas riches mais ca nous convient. Le plus important, je pense, c’est d’être heureux après tout, et nous le sommes !

L’album « Breathing the Fire » est disponible depuis mardi !

skelet-breath-thumb-400x400-1057 

www.myspace.com/skeletonwitch

2 commentaires
  • La Raie
    15 octobre 2009

    Droitier au gaucher le guitariste?

  • Yanick Klimbo Tremblay
    15 octobre 2009

    Gaucher… je suis dans les pétates!

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES