BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Dying Fetus: Descente du coude dans ta gorge (entrevue)

Yanick Klimbo Tremblay
15 novembre 2009

JoshSisk12

Il est difficile de garder son sérieux quand on dit que ce groupe, aussi brutal qu’il soit, puisse être un chouchou du Québec. Chouchou, ca sonne Marie-Hélène Thibert, n’est-ce pas ? Mais Dying Fetus est un des groupes chouchoutés par le public québécois au même niveau que Children of Bodom, In Flames, Krisiun ou Dark Tranquillity. À chaque visite, que ce soit en tête d’affiche ou en ouverture, dès qu’ils sont sur scène, les membres n’en reviennent pas de l’accueil monumental de la foule québécoise. J’ai vu souvent Dying Fetus et rarement en tant que groupe principal mais à chaque fois, le fœtus mourant recevait un accueil très chaleureux sinon plus cordial que le groupe principal. Dying Fetus vient de lancer un nouveau disque dernièrement et sera chez nous très bientôt avec The Faceless. J’ai pris quelques instants pour m’entretenir avec Sean Beasley, le bassiste du groupe qui s’occupe aussi de certains cris.

Dans un premier temps, j’aimerais te parler de la couverture de votre dernier album. Le résultat nous donne l’impression que c’est la couverture d’un jeu vidéo très brutal. Qui en est le responsable ?

C’est Orion Landau, un employé de Relapse qui en est le responsable. Il est arrivé avec un premier jet et nous avons tout de suite apprécié la direction qu’il prenait. Il a donc continué dans la même veine pour le restant du livret. Et oui, comme de raison, nous avons entendu toutes les comparaisons avec d’autres trucs comme Max Payne et Sin City.  

Quand j’ai écouté l’album et regardé les titres, j’avais l’impression de suivre les mésaventures du gars sur la pochette. J’avais l’impression que ce gars était au bout de son rouleau, quelque chose en trop survient et PAF ! Il pète un plomb ! J’ai l’impression que c’est la première fois que la couverture d’un album de Dying Fetus est vraiment en relation avec les textes. J’avais l’impression de suivre une histoire. Est-ce intentionnel ?

Oui, mais je dirais que c’est seulement pour une seule chanson, la chanson titre « Descend Into Depravity » Nous voulions que chaque chanson puisse avoir sa propre identité et un contexte très unique. Toutes les autres chansons ont leur propre histoire, ce n’est pas un album concept. 

descend-into-depravity1

Huit chansons, c’est rapide, très bien exécuté et brutal. Il n’y a aucun signe d’essoufflement. Qui est à la réalisation ? Parce que ça torche !

Nous avons enregistré l’album au studio Wrightway de Baltimore, au Maryland. Steve Wright a produit l’album et chacun d’entre nous a été impressionnés par son travail. Il voulait que chaque chose puisse avoir une sonorité plus naturelle et plus chaude ; ce que certains groupes death métal ont mais que d’autres, n’ont pas ! Il est évident que nous aimerions retravailler avec lui dans le futur.

DYINGFETUS_logo2 

On a connu le groupe sous différent format, le quatuor, le quintette et maintenant, c’est sous la forme d’un trio que l’on regarde Dying Fetus en 2009. Sentez-vous que c’est le format idéal, enfin… 

Nous croyons fermement que oui. C’est tellement plus facile à trios. Tout ce que tu as à t’inquiéter c’est d’avoir les deux cabs sur la scène, c’est tout ! Et avec l’apport de Trey à la batterie, il n’y a aucun doute que c’est une version très solide pour Dying Fetus.

Vous avez un vidéo clip pour la pièce Shepherd’s Commandment. Quelle est l’importance pour un groupe comme le votre de présenter un clip avec toutes les stations musicales qui présentent de moins en moins de musique pour laisser de la place aux émissions de téléréalité. Ce n’est pas un énorme gaspillage ?

C’est encore important d’avoir des vidéos. Les groupes ont besoin d’autres moyens pour exprimer leur musique autre que l’album en tant que tel et le concert. Il faut comprendre qu’avec l’Internet, l’accès au clip est beaucoup plus facile. La télévision n’est pas le seul diffuseur de clips maintenant.

Vous serez en Europe bientôt où vous ouvrirez les concerts de Cannibal Corpse. J’ai fait des entrevues avec le groupe dernièrement, avec Paul et surtout Alex qui me racontait à quel point il aimait votre musique. Comment se sent-on lorsque l’on sait que l’on est apprécié par de tels pionniers du death métal ?

C’est très flatteur et satisfaisant de savoir que des gars que tu vénères apprécient ta musique. Tu sais, Cannibal Corpse est un pillier dans le genre !

Vous avez abandonné quelques dates du Summer Slaughter Tour, c’est parce que vous aviez quelques dates en Europe qui entraient en conflit?

Oui, nous avons manqué la dernière semaine de la tournée. Nous devions jouer au Festival de Kaltenbach en Autriche. Le pire là-dedans est que nous avons manqué ce concert car notre Président, Barack Obama, a décidé de diner à New-York cette soirée-là et les autorités ont fermé l’aéroport pour quelques heures, par mesure de sécurité ! Notre avion s’apprêtait à décoller mais tout s’est arrêté. Donc, nous avons manqué la dernière semaine de la tournée et ce festival… C’est une fin qui n’a rien de très cool !

Effectivement… Une des dates annulées était celle de Montréal. De nombreuses personnes étaient déçues.

Nous aimons tous jouer dans votre ville, nous étions tous très déçus aussi. À chaque fois, Montréal est un des meilleurs concerts lors de nos tournées en Amérique du Nord. Je dois t’avouer aussi que je connais de nombreux groupes qui marquent la date de Montréal sur leur itinéraire comme étant un évènement en tant que tel. Nous allons être de retour bientôt de toute façon.  

Vous avez une relation très spéciale avec notre ville dans un sens. Quels sont vos meilleurs souvenirs de Montréal ou du Québec ?

Nous avons toujours eu d’excellents spectacles chez vous. Je vais toujours me souvenir de mon premier passage avec le groupe, c’était en 2001. Cette tournée était avec Gorguts, Skinless et The Berzerker. Je vais toujours me rappeler de l’excitation vécue par tout le monde. C’était une journée très cool et j’ai eu l’occasion de voir cette ville pour la première fois. Depuis ce temps, c’est toujours aussi excitant sauf que cette première fois importe beaucoup pour moi !

www.myspace.com/dyingfetus

Dying Fetus sera en concert le 25 novembre au National de Montréal avec The Faceless, Beneath the Massacre, Suffokate et Enfold Darkness.

Vidéoclip pour la pièce « Shepherd’s Commandment »

 

Photo: Josh Sisk
Un commentaire
  • Jo
    23 novembre 2009

    I meet them when they were in Trois-Rivières Metalfest.
    (I spent my evening back stage because my boyfriend is a member of another band)

    As for me, I was too shy to have a conversation with them. But honestly, Trey seems to be very kind and cool. (He is the one that I saw more that night). They really liked to play in Quebec tough… :D
    And they did a great show. :)

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES