BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Default: Les goûts musicaux passent et reviennent…(Entrevue)

Yanick Klimbo Tremblay
20 décembre 2009

default

En écrivant ce papier, en mettant cette entrevue en ligne, je me mets à nu dans un sens car j’avoue un des mes plus gros secrets à des milliers de lecteurs qui croient que je suis une bête métallique qui ne carbure qu’au son death métal de groupes comme Cannibal Corpse et Hypocrisy : J’ai une faiblesse, un plaisir très rock radio…J’aime vraiment Default, ce groupe canadien découvert par Chad Kroeger, chanteur de Nickelback…

Wow, je me suis assez fait écoeurer avec ma passion pour ABBA, je viens de signer mon arrêt de mort ! Je me sens comme Homer Simpson lorsque Bart avoue sur les ondes de la radio que son père mange dans les ordures des Flanders ! Ce n’est pas que je compare la musique du groupe aux vidanges, loin de là ! Default joue un amalgame de rock et de ballades très sirupeuses qui traitent de sujets bien souvent en relation avec les ruptures, les sentiments.  Vous voyez, c’est très mondain mais tellement efficace, je vous assure !

Maintenant que le tout est écrit et assumé pleinement, je vous donne mon compte-rendu de mon entrevue avec Danny Craig, le batteur de ce groupe canadien. 

Salut Danny ! Donc, quatrième album et vous êtes de retour sur la pochette après une pause sur le troisième. Vous n’êtes pas très attirés par les concepts artistiques ?

Sur le précédent, nous ne voulions pas être sur la pochette. Pour celui-ci, nous avons fait une session pour les photos de groupe qui devaient se retrouver dans le livret et nous avons remarqué qu’une photo se démarquait du lot. Nous en avons parlé, avons choisi la photo et c’est celle qui se retrouve sur notre disque.

Sur ce disque, pas vraiment de surprises. C’est du Default comme sur les autres albums. Ca rocke et quelques ballades. C’est votre formule ?

Oui dans un sens. C’est notre façon de travailler.

dannyDanny Craig, batteur. 

Vous avez choisi Bob Marlette comme réalisateur pour votre nouvel album, Comes and Goes. C’est un réalisateur très bien connu dans le domaine métal car il a réalisé des albums pour Slayer, Black Sabbath et Alice Cooper. Pourquoi un spécialiste du métal pour travailler avec vous, Default, un groupe plutôt rock ?

Il a été un arrangeur sur les premiers albums de Tracy Chapman et il a travaillé sur de nombreux albums pop. Son parcours nous indiquait qu’il n’était pas seulement une machine à produire du métal. Je ne sais pas, le tout a bien fonctionné ! Nous avions travaillé avec lui sur l’album précédent. Nous avons apprécié travailler avec lui.

Sur votre disque, il y a une pièce intitulée All Over Me, qui a été coécrite avec Richard Marx, c’est probablement le chanteur populaire des années 90 ?

Oui, c’est le gars de Wherever you go what ever you do… Nous avons, dans un premier temps, enregistré la musique et par la suite, nous lui avons envoyé une copie de la pièce. Il a ajouté les paroles et la ligne mélodique. Il a proposé des idées, renvoyé la chanson et nous a renvoyé le tout et nous avons accepté ! Nous avons retravaillé le tout, retourné une autre version et le tour était joué ! C’est un gars très efficace qui a un talent inné.  

Croyez-vous que certains de vos fans peuvent avoir une certaine crainte envers le fait que vous avez utilisez les services de Richard Marx ? Ils peuvent le considérer comme étant quétaine. Mais quand on regarde sa feuille de route, on voit que c’est un foutu compositeur !

Je ne sais pas. Je crois qu’il faut regarder le résultat en tant que tel. Cette chanson est bonne, c’est tout ! C’est vraiment relié avec le sentiment de satisfaction et cette chanson est une chanson de Default sans aucun doute.  

Defaultgood 

Vous avez aussi coécrit des pièces avec Marti Frederiksen, un gars qui a travaillé avec Motley Crue sur leur dernier album, Saints of Los Angeles.

Nous avions travaillé avec lui aussi sur notre album précédent. C’est un excellent compositeur, il a une bonne plume aussi pour les paroles et un chic type.

Mais tous les contributeurs qui travaillent avec vous, ces gars qui écrivent avec vous et qui mettent leur grain de sel dans votre musique ; est-ce une idée de votre compagnie de disques ou bien est-ce un choix de groupe, une décision prise par Default ?

Généralement, c’est notre idée. Nous prenons les conseils et les recommandations, qu’ils viennent de notre compagnie de disques ou de nos gérants. En général, pour la grande majorité de nos chansons, nous faisons le tout par nous-mêmes. Il n’y a pas de paiements à faire en avance avec les gens qui travaillent avec nous, tout se fait par après, lorsque l’album est lancé et que l’on voit le potentiel des pièces et de l’album. C’est à ce moment que tout le monde commence à recevoir des royautés.   

J’ai remarqué que vous avez un tout nouveau logo. Votre ancien logo était plutôt neutre… Celui-ci est clinquant et sera plus visible sur un t-shirt.

Nous avions besoin de nous réinventer dans un sens, une nouvelle façade. C’était vraiment la motivation derrière le changement de logo, d’avoir quelque chose qui frappe l’œil !

Comes and Goes n’est pas disponible aux États-Unis. Votre compagnie de disques américaine, TVT, a fait faillite et les actifs ont été rachetés par une compagnie du nom de The Orchard. Qu’allez-vous faire pour délivrer l’album à vos amateurs américains ?

Comes and Goes n’est disponible qu’au Canada pour le moment. Nous attendons certaines décisions administratives qui sont en relations avec un certain délai que nous avons donné. Nous espérons pouvoir lancer l’album lors du premier ou deuxième quart de l’année 2010. On peut toujours retarder le lancement de l’album en lançant un single, par exemple.

Attend un peu, je ne suis pas certain de comprendre. Le tout sera lancé par TVT par le biais de The Orchard ?

Non non ! TVT est officiellement en faillite, la compagnie n’existe plus. C’est justement l’obstacle majeur auquel nous faisons face. Nous sommes activement à la recherche d’une nouvelle compagnie de disques américaine. The Orchard est impliqué dans la course si l’on peut dire, l’équipe a démontré un intérêt envers le groupe. Ils sont les propriétaires de l’album, théoriquement, pour le moment.

Donc, vous êtes officiellement orphelins aux Etats-Unis dans un sens, tu ne peux pas me confirmer que l’album sera sur telle étiquette ou telle autre ?

Pas maintenant. Nous travaillons avec EMI ici au Canada et il est évident que nous parlons avec EMI aux États-Unis. Le tout va dépendre des ententes qu’aurons nos avocats et nos gérants ! Évidement, c’est le meilleur deal qui gagnera !

Toi tu joues de la batterie, eux s’occupent de la business!

C’est ça ! Et c’est pour ça que nous travaillons avec ces gens !

J’ai remarqué que tous les membres du groupe sont des pères. Il doit être excessivement difficile de partir pendant des semaines pour enregistrer en studio ou sur la route, en tournée, lorsque vous savez que vos enfants grandissent, changent et perdent des dents ?

C’est ce qu’il y a de plus pénible. C’est très difficile d’être absent lors des moments très importants, pendant des semaines et parfois, des mois ! Mais tu sais, c’est notre travail, notre pain et notre beurre. On doit les nourrir ! Nous avons tous un ordinateur portable et nous profitons de la nouvelle technologie pour être en contact avec nos familles. Avec des gadgets comme Skype, au moins nous pouvons communiquer de façon agréable, en plus de nous voir la face. Parfois, lorsque nous savons que nous serons quelques jours au même endroit, nous pouvons faire venir nos familles par avion. C’est difficile mais nous faisons notre possible même si ça implique de gros sacrifices !

Vous êtes en tournée maintenant avec Three Days Grace et The Used jusqu’à Noël, le 23 décembre plus précisément. J’imagine qu’il est hors de question de manquer votre avion pour retourner à Vancouver!

Non, oh que non ! Mais c’est arrivé l’an passé pour Noël ! Nous nous croisons les doigts pour cette année !

Un truc m’est arrivé en 2005. J’étais au Ozzfest à Hartford et juste avant la prestation du groupe The Black Dahlia Murder, le gars à la console du son, qui agit à titre de DJ dans un sens, a fait jouer « Wasting My Time » de Default. C’était assez amusant de voir quelques centaines de gens fredonner pudiquement la chanson, en cachette. Saviez-vous qu’il y avait de nombreux amateurs de métal qui aimaient secrètement votre groupe ?

Nous sommes, dans un sens, leur fruit défendu, c’est bon ça ! C’est cool de voir que nous pouvons toucher bien du monde, on ratisse large !

Vous êtes de Vancouver, les Olympiques pour vous représentent quoi, étant donné qu’ils arrivent à grands pas ?

C’est quelque chose de gigantesque pour la ville. J’espère que le tout va continuer de bien aller par la suite. Vancouver est déjà bien implantée mondialement mais la visibilité donnée par un évènement du genre est fantastique. Pour ce qui est de moi, je n’ai pas envie de sortir de chez nous pendant les compétitions. Je vais m’arranger pour avoir toute la nourriture nécessaire à la maison car ça risque d’être assez achalandé à Vancouver !

Comme nous disions, vous êtes de Vancouver et je me demandais si vous connaissiez Devin Townsend ?

Pas personnellement. Mais je sais qui c’est.

Je me demandais justement pourquoi ne pas travailler avec lui sur un album de Default? C’est un gars de votre coin et qui, malgré une orientation très métallique, a une oreille très pop à la base.

Tu as raison. J’ai quelques amis qui le connaissent et qui ont travaillé avec lui. Ils n’ont que de bons mots envers Devin. Ils m’ont dit que de travailler avec lui était génial et que malgré sa rigueur, il était un gars très cool. Peut-être un jour, on ne sait jamais !

La question évidente maintenant: êtes-vous tannés des comparaisons avec Nickelback ?

Ca n’arrêtera jamais, c’est certain. De toute façon, Nickelback est responsable de la sonorité des radios rock modernes, ce sont eux qui ont dicté la loi tout au long des années 2000 donc, tout le monde du créneau rock risque de se faire comparer avec eux. Mais nous, c’est plus particulier car nous sommes canadiens et avons été découverts par Nickelback. Je suis heureux pour tout ce qui leur arrive car ce sont avant tout de bons amis. Et dans un sens, tout leur succès est bénéfique pour nous étant donné que nous sommes constamment comparés avec eux!

Que peux-tu rajouter pour inciter les gens à aller vous voir la semaine prochaine car ce n’est pas facile en plein congé des Fêtes et avec ce froid !

Et bien, je peux dire que la tournée offre de bons groupes. The Used rocke en masse et Three Days Grace donne des concerts hauts en couleurs avec de la pyrotechnie !  Nous sommes les premiers sur scène à 19h00. The Used à 20h00 et Three Days Grace à 21h00. Venez nous voir, plaisir garanti!

 

Default sera donc en ouverture de Three Days Grace et The Used lors des dates suivantes : 

À Montréal le lundi 21 décembre au Cepsum de Montréal

Billets : https://ww4.ticketpro.ca/achat_CEP21LS09.html?lang=fr 

À Québec le mardi 22 décembre au Pavillon de la Jeunesse

Billets : http://www.billetech.com/html/evinfo.htmI?CNTX=2581180&l=FR&C=

 

Discographie de Default

fallout

The Fallout

default elocation art

Elocation

onethingremains

One Thing Remains

default-comesandgoes

Comes and Goes

www.defaultonline.com

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES