BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Tenebrae in Perpetuum: L’Italie au goût du black… (Entrevue)

Yanick Klimbo Tremblay
10 janvier 2010

Artrratus

Il est très rare d’accrocher immédiatement, illico presto, sur un groupe lors de la première écoute de leur album. Dans l’inconnu, je ne connaissais aucunement le nom du groupe, j’ai plongé et atteint les profondeurs des abysses. Avec une sonorité imperturbable qui rappelle la vague des années  90 du black métal scandinave, la formation italienne Tenebrae in Perpetuum épate avec des pièces qui te débroussaillent le cervelet. J’ai eu l’opportunité de m’entretenir avec leur guitariste et membre fondateur, Atratus pendant le congé des Fêtes. Voici ce que le tout a donné. Entrevue avec Atratus. 

Votre dernier album est très cru et malicieux, si je peux m’exprimer ainsi. Étant donné que vous êtes méconnu ici au Québec, peux-tu me faire un petit portrait de Tenebrae in Perpetuum?

Bon, eh bien Tenebrae in Perpetuum est né à l’automne 2001 avec l’intention toute simple de créer un black métal ténébreux, froid et haineux qui se veut inspiré par les groupes de la vague des années 90 du black métal scandinave. Notre premier et seul démo a été lancé lors de cette période du début des années 2000 et nous avons reçu de bons commentaires parmi les gens de la scène underground. En 2002, nous avons lancé notre EP, éponyme, en format 7 pouces avec la compagnie Serpens Caput et en 2003, notre premier album “Onori Funebri Rituali” en format vinyle exclusivement, encore une fois sous Serpens Caput. Par la suite, il est sorti en format CD en 2004. Nous avons sorti un split avec Horna en 2005, le deuxième album “Antico Misticismo” en 2006 et un split à quatre groupes intitulé “From the Ancient Dolomitic Forest” en 2007. Donc, nous en sommes aujourd’hui à “L’Eterno Maligno Silenzio”, qui a été lancé par la compagnie française Debemur Morti.

Justement, tu me parlais de l’influence scandinave. Lorsque j’ai écouté l’album, j’ai ressenti un peu la même chose que lorsque j’ai découvert Emperor avec In the Nightside Eclipse.

Le vieux black métal scandinave a été primordial pour Tenebrae in Perpetuum et plus spécialement les premiers enregistrements de Carpathian Forest, Emperor, Manes et Darkthrone lors de la période de 91 à 94 environ. Je crois que la plupart des groupes black métal ont été directement ou indirectement influencés par cette vague des années 90. Je trouve ça bien que tu aies nommé le premier album d’Emperor !

J’ai visité l’Europe à deux reprises mais je n’ai jamais visité l’Italie. Ici, au Québec, nous connaissons quelques groupes de ton pays et le plus populaire demeure Rhapsody (of Fire) Ils sont tellement populaires au Québec qu’ils ont même enregistré leur DVD à Montréal. Comment se porte la scène métal en Italie ?

En ce moment, je ne peux pas vraiment parler pour les autres scènes en dehors du black métal et je ne connais pas ce que les gens préfèrent, vraiment. Je me préoccupe uniquement de la scène black métallique et pour ce qui est de cette dernière, on la décrit comme étant très vigoureuse car nous avons de très bons groupes qui sont capables de rivaliser avec tout ce qui se fait mondialement. Et je crois qu’il y a un grand fond de vérité dans cet argument!

Vous avez un nouveau chanteur qui se prénomme Ildanach. D’où vient-il ? D’un point de vue musical, évidement.

Ildanach est notre nouveau chanteur. Il chantait avec un groupe de black métal nommé Absentia Lunae.

Je crois que c’était toi qui chantais auparavant. Donc, pourquoi avoir quelqu’un d’autre aux voix maintenant ?

Sur tous les autres enregistrements de Tenebrae In Perpetuum, je suis celui qui chantait, effectivement. Je crois qu’il était temps pour un changement majeur pour le groupe. La charge de travail était immense car en plus de mon travail à la guitare, je me devais de composer les paroles, de chanter et d’enregistrer les voix. J’ai une vie assez remplie depuis quelques années et sans l’apport d’Ildanach, l’album “L’Eterno Maligno Silenzio” serait toujours en préparation !

Vos paroles sont en Italien et mes connaissances vis-à-vis votre langue sont très limitées, inexistantes même ! J’aimerais savoir quels sont les thèmes majeurs sur “L’Eterno Maligno Silenzio”

Ildanach a écrit 5 chansons sur l’album, moi j’en ai écrit une et il y a une collaboration avec Numinas de Krohm, qui a bien voulu participer au disque. Mes paroles sont en relation avec la nouvelle littéraire de Lovecraft, « L’appel de Cthulu » tandis que les textes d’Ildanach sont plutôt hermétiques et abstraits. Ils peuvent évoquer des sensations mortuaires, d’obscurité et de fierté.

TIP album  “L’Eterno Maligno Silenzio”

J’aime vraiment la pochette de votre album. Ca ressemble à ce que faisait le cinéaste Murnau (Nosferatu en 1922) dans ses films. Ce n’est pas très clair mais je crois pouvoir déceler des moines avec leur capuchon. Suis-je près ou bien loin dans mon interprétation ?

C’est en plein ça! L’image de la pochette a été prise directement, mais réinterprétée par moi-même, de la version cinématographique de Faust, de Murnau. Et oui, on voit clairement une procession funéraire qui met en vedette quelques moines occultes. J’aime bien tout le côté artistique de notre pochette avec les ambiances rouges-noires-blanches, c’est très infernal !

Debemur Morti est, pour nous au Québec, une compagnie de disques nouvelle, inconnue même. Peux-tu nous parler de la relation que vous avez eux. Est-ce que vous avez carte-blanche à tous les niveaux, comme le choix de la pochette et la langue dans laquelle vous allez chanter ?

Nous sommes avec eux depuis 2005. J’ai rencontré l’équipe lorsque nous avons fait le split avec Horna car c’était lancé par Debemur Morti. Nous sommes très satisfaits du travail qui est fait par Debemur Morti car ils prennent de l’expansion, de l’expérience et ils s’améliorent énormément depuis trois ans. Pour ce qui est de la liberté artistique, nous avons une liberté totale, sur tous les niveaux de notre travail. Nous sommes toujours dans un milieu underground et l’argent qui nous revient est minime. Il serait ridicule pour des groupes de notre catégorie de subir de la pression de la part de nos compagnies de disques. 

Je crois qu’il n’y a aucune chance de vous voir en tournée, n’est-ce pas ?

Aucune chance. Nous n’avons jamais joué en concert car nous croyons que notre musique représente la douleur, la mort et l’isolation. Et rien de tout cela ne peut être reproduit sur scène. Les concerts sont des évènements amusants et le black métal ne l’est pas…

Quelques mots pour terminer le tout ?

Tenebrae In Perpetuum fait une musique obscure, glaciale et remplie de haine. C’est un black métal pur, exclusivement ! Écoutez notre album “L’Eterno Maligno Silenzio” ou n’importe lequel de nos enregistrements si vous croyez avoir l’âme sombre et aimer ce genre de sensation ! Merci pour l’entrevue et remerciements pour le support envers notre musique !

http://www.debemur-morti.com/

Le groupe ne possède aucun site Internet, aucun Myspace… mais quelques amateurs du groupe ont placé sur YouTube des pièces du groupe avec, en fond d’écran, la pochette du dernier album. Voici la pièce titre du dernier album:

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES