BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Cathedral: Sombre Monument (Entrevue complète avec Lee Dorrian) et critique du dernier album « The Guessing Game »

Yanick Klimbo Tremblay
28 avril 2010

Figure emblématique du mouvement doom et pionnier du grindcore, Lee Dorrian porte de nombreux chapeaux en plus d’être à la tête du très respecté label Rise Above. Son curriculum est impeccable, tout ce qui porte son seau d’approbation est finement analysé et, bien souvent apprécié voire vénéré. À la tête de la formation Cathedral depuis 20 ans, Dorrian se plait à expérimenter tous les confins du rock, du métal et autres bidules psychédéliques avec sa formation. D’album en album, le son change mais la formule demeure intacte car l’intégrité est le mot de passe avec Cathedral. Le groupe lance un album-double cette année, un album à la saveur Cathedralienne certes mais déstabilisant à de nombreux endroits. J’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Lee Dorrian il y a quelques semaines pour parler de ce nouvel album. Entrevue avec ce légendaire frontman!

The Guessing Game … un album-double, vous y allez avec quelque chose de colossal cette fois! Est-il difficile de présenter ce genre de projet à une compagnie de disques? Je veux dire un album-double avec une heure et demie de musique, le tout peut sembler énorme pour une compagnie?

Eh bien, je suppose que cela a pris un peu de persuasion, mais heureusement, les gars de Nuclear Blast ont cru au projet après avoir entendu certaines de mes raisons qui nous poussaient vers ce projet. Tout d’abord, nous avions tellement de matériel qui nous plaisait vraiment et nous n’avions pas vraiment envie de sacrifier ne serait-ce qu’une seule partie. Personnellement, je déteste qu’un album soit rempli musicalement jusqu’à la dernière seconde, juste parce qu’il y a l’espace sur le disque. Je voulais qu’il soit présenté de la manière d’un album double très classique, ce qui en fait un album en deux parties, donc lui donner plus de chance de respirer musicalement. Notre dernier album est sorti il y a environ cinq ans et nous avons voulu en donner un peu plus pour les gens qui nous aiment, pour que le tout vaille la peine.

Donc, vous étiez vraiment inspirés au cours des dernières années? Parce que vous aviez peu de temps libre? On dirait que vous avez écrit beaucoup de musique!

Ouais, et de plus, il y a l’équivalent d’un album entier de matériel que nous n’avons pas utilisé, des trucs plus lourds dans le ton de ce qu’on faisait dans le temps de Forest of Equilibrium. La seule pièce que nous avons utilisée de cette section plus lourde est Requiem For The Voiceless, étant donné que notre batteur l’aimait tellement. Nous étions encore en train d’écrire des chansons dans le studio, et nous en avons mis quelques-unes aux poubelles, des chansons que nous voulions prendre à la base. Les chansons comme The Guessing Game, Running Man, Edwige’s Eyes et Casket Chasers sont le résultat d’un travail en studio.

Cet album est très varié, même étrange et bizarre mais pas dans un sens péjoratif, avec des influences différentes, ce n’est pas du doom pur. C’est large, couvrant différents genres, y compris beats groovy, plus rock n ‘roll. On retrouve du métal comme sur Painting in the Dark et des éléments psychédéliques avec Funeral of Dreams. Lorsque vous étiez ensemble pour les sessions d’écriture, quel était l’objectif principal?

Nous voulions faire un disque qui allait nous plaire à la base. Je sais que cela semble bizarre ces jours-ci, comme la plupart des groupes semblent vouloir faire de la musique qui sera plus facile pour eux à produire tout en ayant l’objectif de faire vendre un plus grand nombre de copies. La musique que nous faisons reflète notre variété de goûts personnels. Certes, il a fallu un certain temps pour en arriver là et de pouvoir faire un album aussi défini que The Guessing Game.

On peut ressentir que, avec cet album par exemple et sur certains de vos enregistrements précédents, que vous n’avez pas de limites musicales. Vous faites ce que vous voulez faire. Beaucoup de gens vous ont donné du fil à retorde avec Midnight Mountain parce que c’était trop « dansant » pour eux. Certains ont dit que Forest of Equilibrium était trop lent et blablabla. Y a-t-il des moments, comme lorsque vous écrivez de nouvelles pièces, où vous vous dites: « Non, nous ne pouvons pas faire ça! » Vous vous regardez les uns et les autres pour laisser tomber l’idée?

Oui, probablement. La chose est que nous n’avons jamais suivi de vague ou n’avons jamais respecté les règles du jeu ou de la convention. Si quelqu’un est «furieux» envers quelque chose que nous faisons musicalement, alors je ne vais pas m’excuser pour la seule et unique raison que c’est ce que je fais! Cela dit, notre intention n’a jamais été d’aliéner ou d’insulter notre public, bien honnêtement…loin de là. Nous sommes très heureux de pouvoir avoir un public rempli de gens ouverts d’esprit qui est derrière nous, des gens qui apprécient ce que nous faisons et nous en sommes très reconnaissants.


 

J’ai lu quelque part qu’il y a une chanson sur le nouvel album qui parle des droits des animaux. Il est assez étonnant qu’un groupe comme Cathedral puisse écrire des paroles autour de ce sujet insolite! Où avez-vous trouvé l’inspiration pour celle-ci?

C’est drôle que les gens considèrent ca comme un truc inhabituel, mais pour moi, c’est juste normal, vraiment! Cela dit, tu as raison, nous n’avons jamais écrit une chanson aussi explicite qui traite des droits des animaux comme Requiem for the Voiceless. J’avais l’habitude de ce genre de texte à l’époque de Napalm Death mais pour être honnête, mes sentiments n’ont jamais changé. Je suis végétarien depuis plus de 30 ans maintenant. J’ai toujours pensé qu’une pièce heavy, de doom métal serait un moyen très puissant d’exprimer mes opinions sur le sujet et il me semblait que cette fois-ci, c’était l’occasion parfaite. Je pense toujours fortement que c’est honteux la façon dont l’homme traite les autres êtres vivants sur Terre. Un jour, nous pourrons regarder vers le passé en voyant tout l’horreur que nous avons fait subir à ces bêtes. Malheureusement, je crois que c’est encore très loin.

Vous êtes avec Nuclear Blast, mais tu es le propriétaire de Rise Above Records. Je me demandais pourquoi Cathedral n’est pas sur ton propre label, tu n’as pas envie d’être ton propre patron?

C’est cool de ne pas être responsable de tout que je fais et Nuclear Blast est un label parfait pour nous.

Rise Above a obtenu un partenariat ici en Amérique avec Metal Blade Records au niveau de la distribution, penses-tu qu’il y a eu des améliorations en ce qui concerne la visibilité de vos artistes ici en Amérique, depuis que cet accord est en branle?

Oui, mais il est encore tôt et nous sommes encore en train d’édifier, de construire notre structure, même après 21 ans. Metal Blade a été fantastique à ce jour et c’est un honneur pour nous d’être associés à une étiquette au passé aussi prestigieux. La dernière année a été fantastique avec Metal Blade et la prochaine va être sublime car nous allons lancer les nouveaux albums d’Electric Wizard et Gentleman’s Pistols, pour n’en citer que deux.

Vos artistes chez Rise Above sont très diversifiés avec des groupes comme Church of Misery, Moss, Litmus et Astra. On peut voir que vous privilégiez l’intégrité artistique et le partenariat à long terme au lieu d’avoir un grand nombre d’artistes qui sortent un album ou deux, avec la grande majorité des groupes qui vont mourir de leur belle mort. Es-tu celui qui choisi les groupes du label un à un ou as-tu des A & R, des gars qui travaillent pour toi et qui recherchent de nouveaux groupes?

Non, nous ne sommes que deux à gérer l’étiquette et nous décidons, entre nous deux, des groupes que nous choisissons. Astra a certainement été l’un des meilleurs groupes que nous avons découvert, une bonne signature pour nous!

Toutes les pochettes de Cathedral sont réalisées, conçues et dessinées par Dave Patchett. Vos disques sont facilement reconnaissables, surtout lorsqu’on flippe les disques dans un magasin. Quand j’ai acheté ma copie de Super Natural Birth Machine, il n’y avait pas la couverture habituelle de Patchett. Il y avait cette image du groupe, très années 70. Qu’est-il arrivé pour ce disque, pourquoi ne pas avoir le style Patchett habituel?

Earache
, notre étiquette à l’époque, a voulu tirer profit gros boom stoner rock. Donc, ils ont choisi d’utiliser cette couverture, cette photo un peu plus psychédélique, en dépit du fait que Dave avait passé les 6 derniers mois à faire une peinture pour le disque! Malheureusement, beaucoup de choses ont mal été avec cet album, mais ca… c’est une autre histoire!

 

La controversée et la Patchett!

Allez-vous venir en tournée en Amérique pour The Guessing Game?

Je l’espère, ca fait un méchant bout! Rien n’est confirmé pour le moment, on va voir.

Un dernier mot pour tous les métalleux et doomsters dans la province de Québec?

Merci de prendre le temps de lire cette entrevue. J’espère que vous aimerez le nouvel album de Cathedral et restez heavy!

www.myspace.com/cathedral

Cathedral
The Guessing Game
Nuclear Blast

Dans le dernier Decibel, magazine qui je lis avec joie, allégresse et conviction… en plus de faire tout ça sur la bolle, j’ai remarqué que l’équipe de rédaction a donné la note suivante à ce disque double, dernière création de ce groupe anglais : ?

Un point d’interrogation ! Du jamais vu.

Mais je peux comprendre, ce disque n’est pas évident. C’est bizarre mais pas en utilisant le terme de façon très péjorative ou ultimement négative. Le groupe a toujours été très doom à la base mais sur cet album, c’est très soufflé, vaste et hippie. On retrouve des ritournelles très boucaneuses, qui sentent le patchouli à plein nez et l’encens indien. Psychédéliques et racoleuses, certaines chansons sont totalement surprenantes avec leurs éléments éclatés comme Funeral of Dreams qui possède un refrain qui me rappelle Gorillaz… sans blague ! La pièce titre sonne comme de la musique de documentaire sur les communes qui pratiquaient la gymnosophie au Québec en 1968 et Cat’s, Incense, Candles & Wine est comme une version funky/lounge de Planet Caravan de Black Sabbath à laquelle on a rajouté un couplet très yéyé…

Étrange pour des maîtres du doom ? Et qu’en est-il de cette dimension métallique des profondeurs lourdes ou impénétrables ? Plutôt discret mais vous pourrez-vous faire les dents sur Requiem For The Voiceless, une pièce qui parle du droit des animaux, Casket Chasers et sur Painting In The Dark qui est la pièce qui groove le plus sur cette immense production.

Album difficile à apprivoiser, je ne suis pas certain moi-même. Je ne crois pas que The Guessing Game va passer à l’histoire comme étant leur ultime production audio, ni la meilleure… je suis subjugué, dubitatif et dans les vapeurs d’éther.

Excentrique serait un excellent qualificatif pour cet album, c’est ma conclusion !

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES