BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Avsky: Le goût du dégoût et du mépris… (Entrevue)

Yanick Klimbo Tremblay
7 mai 2010

La misanthropie est un terme récurrent dans le black métal, certains groupes l’utilisent par contre, dans la seule optique de se donner un genre particulier, une identité qui s’avère fausse. Mais d’autres groupes, comme Avsky, transpirent ce sentiment de haine universelle au travers de chaque parcelle de leur existence futile. Ce groupe, formé de TO et AE, propose une musique qui ne fait aucunement avancer le genre black métallique, ce n’est qu’un brassage répété de la recette, un retour vers l’arrière, une rétrogression certes mais consciente. J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec AE, il y a quelques semaines à l’occasion de la sortie du tout nouvel album du groupe; Scorn, qui est disponible sur Moribund Records. Entrevue avec Avsky.

Premièrement; la couverture du nouvel album Scorn est très simple mais en même temps, elle dit tout! Comment en êtes vous arrivés à ce genre de concept très simple, vous qui avez toujours eu des trucs plus complexes par le passé, comme avec l’album Malignant, par exemple?

Quand j’ai fait la pochette de Scorn, je voulais que le tout demeure simple mais efficace. J’ai toujours aimé les pochettes plus minimalistes qui ont meublé mon passé. J’ai toujours préféré les pochettes plus simples. Moins il y a de détails, plus j’apprécie. J’ai aussi essayé d’obtenir un look qui rappelle le vieux bois coupé. Le résultat final est très bien. C’est notre plus belle pochette à date.

Les chansons sont longues sur Scorn, environ 9 minutes chacune, sauf The Beyond qui est une pièce plus calme qui sépare l’album en deux parties. Est-ce que c’était intentionnel de votre part d’avoir un tel morceau pour séparer le disque en deux parties distinctes?

Oui, le tout a été fait intentionnellement. The Beyond a pour but de vous laissez reprendre votre souffle avant que l’enfer ne continue de plus belle. Tous nos albums ont une courte pièce instrumentale à quelque part.

 

Sur ce disque, on peut encore sentir cet aura de la vieille école de black métal. Les riffs sont trempés dans cette ambiance du vieux Celtic Frost, de plus le chant est sombre et très cru. Essayez-vous de repousser les limites du black métal ou vous ne suivez qu’un certain chemin qui est profondément enraciné dans les origines du style?

Notre objectif principal est l’écriture de ce que l’on pourrait percevoir comme de la bonne musique. Nous ne sommes pas vraiment intéressés à repousser les limites du genre ou à suivre un certain chemin déjà tracé. Je suppose que nous ressemblons plus à des groupes qui existaient auparavant car ce sont ces groupes que j’écoutais lorsque j’étais plus jeune.

Beaucoup de nouveaux groupes tentent beaucoup trop à repousser les limites dans leurs recherches musicales et tentent trop d’être originaux. De toute façon, ils finissent tous par sonner de la même manière les uns les autres! Deathspell Omega est l’un des seuls groupes qui arrive à renouveler le genre black métallique sans perdre la source.

J’ai lu quelque part que le mot Avsky signifie dégoût, en suédois. Si on peut faire un lien avec votre nom, le nouvel album, à la fois la pochette et le nom du disque qui veut dire mépris dans notre langue à nous, vous avez un certain dégoût envers le monde entier, en quelque sorte. Avec cette nouvelle décennie engagée depuis quelques mois, quelles sont les choses qui sont toujours dégoûtantes à vos yeux, les plus répugnantes?

Notre haine n’est pas axée sur le monde entier en général mais plutôt tout le peuple qui l’habite. Toutes les valeurs et les croyances qui contaminent notre société et nos vies en général. La Terre se porterait beaucoup mieux sans l’humanité qui est en place, sans aucun doute. Je ne pense pas que les choses vont s’améliorer dans un futur très rapproché.

Vous n’êtes pas intéressés par le dénigrement religieux, l’occultisme et même le satanisme. Quel est le carburant qui vous enflamme, en tant que musiciens et créateurs de ces chansons haineuses?

L’état du monde et l’état de la race humaine, ce que nous sommes devenus est suffisamment de carburant pour notre haine.

Vous êtes deux dans le groupe. Habitez-vous dans la même ville où vous vous réunissez pour des répétitions, sortir en ville prendre une bière. Ou peut-être que vous vivez loin l’un de l’autre? Faites-vous le tout par Internet, par partage de fichiers et vous ajoutez des idées ici et là?

Nous vivions dans la même ville, mais TO a déménagé. Il ne vit pas trop loin d’ici mais nous répétons toujours ensemble, mais pas aussi souvent qu’avant.

En étant deux, jouez-vous souvent en concert? Avez-vous quelques musiciens que vous engagez ou bien Avsky n’est qu’un groupe de studio?

Eh bien, c’est presque exclusivement sur album mais nous n’avons fait un concert en janvier l’année dernière avec l’aide de quelques musiciens locaux, nous n’avons pas de plans de faire d’autres spectacles dans un avenir rapproché.

Donc, j’ai terminé! Un dernier mot pour les gens du Québec?

Merci de votre soutien! Écoutez Scorn et nos albums précédents aussi….

www.myspace.com/avskyband

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES