BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Hypocrisy avec Hate, Scar Symmetry et Blackguard (Critique du concert)

Yanick Klimbo Tremblay
31 mai 2010

Le dimanche 30 mai 2010 aux Foufounes Électriques de Montréal

L’objectivité ne sera pas au rendez-vous pour cette critique de concert. Effectivement, Hypocrisy est mon groupe favori et même si le groupe suédois avait présenté un  numéro de chiens caniches savants qui sautent au travers de cerceaux en feu, je vous aurais dit que c’était la chose la plus fantastique jamais présentée au monde ! Mais ce n’est pas ça qui a été présenté, loin de là. Nous avons eu droit à une leçon très féroce de métal en cette soirée du mois de mai.

Brillait par leur absence, le groupe de métal pirate Swashbuckle qui n’a pu se rendre à Montréal. Leur camionnette a heurté un chevreuil sur la route en chemin vers Montréal, tout en partant de Toronto. Nous avons vérifié et ce n’était point un chevreuil roux avec des lunettes et des dents fortement prononcées portant un chandail Roots donc, pas une étudiant ontarien de 22 ans…

Premier groupe sur scène aux alentours de 19h00 était la formation polonaise Hate. Même pays d’origine que Behemoth et, quelle surprise, même rythmique quoique moins technique, rapide et abrasive que leur compatriote. De plus, même accoutrement que le groupe de Nergal mais en version légèrement bon marché. Hate présente un death métal solide à l’influence black métallique qui a plu à la foule dès les premiers grincements des guitares suivis des impulsions des percussions. Espace restreint sur scène, les membres se sont permis tout de même de se brasser la tignasse tout le long de la prestation.

Scar Symmetry était bon deuxième en cette soirée. Je crois avoir compris que le groupe cédait sa place à Blackguard ce soir en tant que support direct à Hypocrisy étant donné que Blackguard est de Montréal. Boulot oblige, j’ai manqué la prestation de cette formation death technique progressive de Suède pour aller m’entretenir longuement avec Peter Tagtgren du groupe Hypocrisy.

Les Montréalais Blackguard ne cessent d’impressionner. Après les avoir vu en ouverture de Sodom, lorsque le groupe portait toujours le coquet sobriquet de Profugus Mortis, j’avais écrit dans ma critique du concert que cette formation serait la prochaine entité d’ici à percer mondialement. Et je crois avoir bien visé car ce sextuor est en tournée depuis la sortie de leur premier album intitulé Profugus Mortis, étrangement et ouvrant toujours pour des formations d’envergure aux styles variés.

 

Sur scène ce soir, de l’énergie a-t’en péter le péteu par terre. La fougue du groupe à l’unisson avec leurs rythmiques galopantes te propulsent dans un univers de boisson et de farfadets qui dansent autour d’un galurin. C’est vif, métallique, un peu kitsch mais vivement énergique. Le seul hic selon moi est la propension du chanteur Paul Ablaze de s’exprimer à 98% du temps en anglais, vilaine habitude qui se perpétue de plus en plus. Un effort tout de même serait grandement apprécié… Tsé, Bruce Dickinson d’Iron Maiden, lorsque son groupe joue au Québec ou dans tout pays francophone, parle le français entre les chansons !

Hypocrisy n’avait pas donné de concert en tant que tête d’affiche à Montréal depuis 2002. Par la suite, le groupe est revenu à quelques reprises mais comme formation invitée, ce qui est fort acceptable mais tout de même, un peu court au niveau du temps sur scène. L’attente en valait la peine comme de raison car le groupe, malgré une fatigue évidente en cette fin de tournée, ne paraissait pas vidé de son énergie sur scène. Peter Tagtgren nous a démontré pourquoi il est une des figures dominantes du domaine death métallique grâce à un combo réunissant l’adresse de son jeu à la guitare et sa voix aussi précise qu’un GPS quand t’es perdu au centre-ville de Paris !

De nombreuses pièces du nouvel album A Taste of Extreme Divinity ont été présentées dont Valley of the Damned en ouverture qui se dirigeait aussi puissamment vers Hang Him High. Le groupe a joué aussi Weed out the Weak, premier extrait de cet album paru en 2009. Hypocrisy avait justement une tournée de prévue en novembre 2009, ici même en Amérique du Nord en ouverture des concerts d’Ensiferum mais des problèmes avec les visas de travail avait empêché le groupe de traverser l’océan.

Vidéo :

Ratissant large dans le choix des chansons, le groupe s’est permis de faire un retour aussi lointain que l’album Osculum Obscenum avec la pièce Pleasure of Molestation suivie de la pièce titre, de l’album du même nom. Les incontournables avaient leur place, comme de raison. Eraser, de l’album The Arrival a fait bonne figure avec un chant à l’unisson tout comme Let the Knife Do the Talking, de l’album Virus. Fractured Milenium a eu aussi l’approbation de la foule ainsi que les pièces plus mid-tempo comme Fire in the Sky et The Final Chapter.

Les amateurs de percussions rapides et chirurgicales en ont eu pour leur argent lorsque Horgh, qui bat les tambours pour Immortal aussi, s’est laissé aller agréablement sur les blast beats lors de l’interprétation de Killing Art et tempêtait farouchement lors de Warpath.

 Horgh, en feu! 

Un choix de chansons stratégique, l’amateur du groupe a pu se délecter de façon gargantuesque de chaque instant de la prestation. Coutume oblige, c’est avec Roswell 47 que le groupe nous laissé, non pas sur notre faim mais plutôt sur un désir ardent de revoir la formation en concert bientôt.

Est-ce que le tout va se reproduire ? Je peux fortement douter d’un retour en Amérique pour Hypocrisy, Tagtgren m’expliquait qu’il déteste les conditions de tournées ici de notre côté de l’Atlantique…

Si vous avez manqué, je crois que c’était pour de bon… en n’espérant pas !

Merci à Kate de BCI   

Photos: Éric « Bouli » Boily

Un commentaire
  • Rick
    1 juin 2010

    méchant bon show ca Hypocrisy c’est tellement bon j’aurais aimé aller à quebec aussi

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES