BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Heavy Mtl 2010: Entrevue spéciale avec Elliot Desgagnés de Beneath the Massacre!

Yanick Klimbo Tremblay
5 juillet 2010

Précision dans l’exécution, véhémence et brutalité sont des termes qui me viennent en tête pour décrire la musique de Beneath the Massacre en même temps que leurs prestations sur scène ! Ca fesse en viarge ! L’expérience s’accumule pour ce jeune groupe mais qui passe déjà pour des vétérans de la scène métallique car les gallons accumulés au cours des années portent fruits de plus en plus. Bien appuyé par leur compagnie de disques, le groupe est sur la route pratiquement à longueur d’année. Après avoir épuisé la longévité en tournée du dernier album Dystopia, quoi de mieux que de sortir un petit quelque chose d’autre, afin de reprendre la route très bientôt ! Mais avant tout, question de briser le rythme de leurs vacances, le groupe se paie le Heavy Mtl, pour ainsi renouer avec leurs amateurs et aussi, pour proposer aux néophytes de férocité, une bonne dose d’intensité musicale comparable à un saut en bungee du haut d’une chute lors d’un raz-de-marée… et attaché uniquement par le bout des gros orteils ! J’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Elliot Desgagnés, chanteur du groupe.

Vous sortez un EP cet été, c’est bien ça ?

C’est plus à l’automne. Je n’ai pas la date mais ca devrait être pour la deuxième semaine de septembre.

Est-ce un EP pour promouvoir une tournée, question d’avoir quelque chose à vendre à la table de merch ?

C’est un ou l’autre… Je ne sais pas si c’est une tournée pour promouvoir le EP ou si c’est un EP pour promouvoir la tournée. On fait une tournée canadienne, ben pas dans l’ouest. C’est concentré sur le Québec, l’Ontario et les Maritimes. C’est une tournée où nous serons en headline. Mais ca va se passer seulement les fins de semaines, de la fin août à octobre. On trouvait que faire des tournées au Canada, des fois, des marchés comme Sherbrooke, si on y va un samedi, on va avoir du monde tandis qu’un mercredi, il va y avoir moins de monde. C’est pas assez gros comme marché pour faire des concerts la semaine. Ca rendait la tournée un peu plus compliquée. Donc, chaque fin de semaine, on part pis on fait des shows, on donne des bonnes journées à chaque marché.

Est-ce qu’il y a d’autres groupes qui vont se greffer à votre tournée ?

Ca va varier de fin de semaine en fin de semaine, pour le moment il n’y a rien de confirmé encore, je ne veux pas trop m’aventurer là-dessus. Il va y avoir du support local et un groupe invité, à chaque fin de semaine. Les dates sont confirmées, c’est juste que je ne peux pas nommer le groupe qui va nous suivre à chaque fin de semaine.

Et ce EP, vous le sortez avec Galy ou avec Prosthetic ?

C’est avec Prosthetic, on est encore sous-contrat avec eux. Techniquement, ce EP n’était pas dans le contrat. C’est juste que si on sortait un album de longue durée, on devait sortir la grosse machine de promotion avec un maximum de tournée. Pour Dystopia, on a fait environ 300 concerts déjà. On ne se sentait pas prêt à se rembarquer dans la grosse affaire, la promotion d’un long jeu. On y va avec un EP qui va nous donner le temps de respirer un peu pour finalement faire le prochain disque, le dernier de notre contrat avec Prosthetic. On est encore avec eux pour un bon moment quand même. On s’entend bien avec eux en plus !

Les chansons sur ce EP, ce sont des rejets de Dystopia ou de nouvelles pièces ?

C’est du stock flambant neuf, on composait et on ne savait pas trop où s’arrêter! En réalité, il y a deux chansons qui ne vont pas se retrouver sur le EP, qui vont se retrouver sur le prochain disque. On est en mode composition, on compose ! On hésitait sur le nombre de chansons à mettre sur le EP, on a opté pour 5 tracks. À un moment donné, on était rendu à 8 tracks. On était tellement proche d’un long jeu ! Mais on a stické to the plan et on a coupé ! D’un point de vue fan, moi les groupes qui sortent des EPs entre les albums, j’aime vraiment ça ! Ca donne la chance de voir dans quel sens le groupe évolue. On peut voir s’ils ont appris du dernier album, soit qu’ils ont repris des éléments d’un autre album. C’était une bonne manière de passer de Dystopia au prochain disque. 

Bien souvent, quand un groupe sort un EP, c’est surtout pour essayer de nouvelles choses, expérimenter dans un sens. Est-ce que vous allez vers d’autres contrées ou vous restez Beneath the Massacre de A à Z?

Je pourrais dire que chaque album qu’on a fait a sa propre couleur. C’est jamais des moves volontaires ou pensés. On écrit ce que l’on a à écrire, on ne force pas la musique dans une certaine direction, on est très ouvert envers les idées. Ca sort comme ca sort ! On ne veut pas essayer d’être un groupe qu’on n’est pas ! Y’avaient pas d’idées d’essayer de nouvelles choses. Malgré que, j’ai fait entendre ce qu’on a fait à du monde et ils me disent : « Wow, c’est différent ! » Là, j’étais surpris ! Ce que je crois personnellement, c’est qu’entre Mechanics… et Dystopia, notre songwriting est plus mature. La production sur ce EP est plutôt DIY (Do it yourself !) On a travaillé avec Chris Donaldson, le guitariste de Cryptopsy. C’est lui qui a tracké la majorité de l’album. On a tracké certaines choses nous-mêmes comme la basse et on a mixé avec Chris. Pour l’album d’avant, on a fait appel à Jason Suecof, qui est quand même un gros nom. Avant, on a déjà travaillé avec Pierre Rémillard. Pour nous, Cryptopsy dans le temps de Whisper Supremacy et And Then You’ll Beg, c’était la grosse affaire et c’était Rémillard qui mixait pour eux-autres ! On se disait qu’un jour, à notre apogée, on ferait mixer nos albums par lui. Ce sont tous des gens avec qui on est fier d’avoir travaillé. On s’est rendu compte qu’avec un gars comme Chris, on veut être plus près de la production. On veut céder moins de pouvoir à d’autres personnes. Tsé, Jason Suecof, on a adoré travaillé avec lui mais on peut dire aussi plus jamais ! Tu ne sens plus que tu as le contrôle. Ces gars-là, à un moment donné, tu les paies et ils font leurs moves. Même si tu es en désaccord avec eux sur certains moves, ils vont te dire : « Ouais, mais checke, c’est pour CA que tu me paies ! » Des histoires, sans être trop technique, de sampler le drum ! Moi, sur Dystopia, je dois avouer que ca me titille les oreilles. Le drum est trop mécanique. C’est dommage parce que Justin s’est vraiment forcé pour faire de bonnes takes ! Après, il se fait dire d’enlever son snare et qu’il doit le remplacer par tel snare qui a été utilisé sur le dernier album de The Black Dahlia Murder… C’est peut-être le même snare que The Black Dahlia Murder, mais je n’aime quand même pas ça ! Là, on veut presque avoir les mains sur la board  et être fatigant avec le producteur. Mais avec Chris, pour ce EP, ce sont plus comme des vrais takes. Y’a beaucoup de gens qui m’ont dit que c’était plus mature, que le tout a changé… moi je ne trouve pas tant que ça ! Certains disent que c’est plus organique, moi je ne trouve pas ! À ce qui parait, c’est un pas dans cette direction. On est loin de Mechanics of Dysfunction.  

Est-ce que ce EP aura un nom ?

Euh… Je pense que je vais me retenir. Je me fais chicaner par Prosthetic ! Il me donnait de la marde parce que je ne communiquais pas assez avec eux et que des informations leakaient un peu partout ! Être dans un groupe,  il y a le côté très business, les relations avec le label et le manager. Nous, de notre côté, sans vouloir dire qu’on est un vieux band mais ca fait déjà un bout qu’on fait ça; c’est le côté qui ne nous intéresse plus pantoute. Ah non ! On ne peut pas s’en foutre plus ! Pour une compagnie de disques, ce n’est pas toujours intéressant un groupe qui est comme nous ! Tout ça pour te dire que je ne donnerai pas le nom du EP pour que l’autre m’appelle pour me donner de la marde !  

Je comprends ! Et maintenant, quelle sont vos attentes vis-à-vis le Heavy Mtl ? 

Moi au début, mes attentes étaient de jouer avec Slayer mais on n’est pas sur la même journée ! Mais, je n’ai pas d’attente, c’est aussi simple que ça ! Je vais être là plus comme…c’est mon premier été où je vais être à Montréal en 4 ans ! Quand j’ai entendu parler de Heavy Mtl, justement, mon manager m’a demandé si on voulait qu’on soumette notre candidature pour le show. J’ai dit : « Oui, ca pourrait être le fun ! » Mais je pense que j’ai plus hâte d’aller voir le show en tant que fan. Moi, sur le stage à Heavy Mtl, j’ai zéro attente ! On va jouer nos tounes pis y’arrivera ce qui arrivera ! Je suis plus content de faire parti de ce show-là parce que de un, c’est un bon festival côté groupes et j’apprécie l’initiative de faire ça à Montréal parce que, si on compare l’Amérique du Nord avec l’Europe pour ce qui est des festivals, on fait dur… Mais je ne comprends pas pour l’Amérique du Nord, on a du monde quand même ! Il y a beaucoup de metalheads en Amérique mais il y a un manque. Un manque d’investissements ? De volonté ? Un manque de cran des promoteurs d’essayer des choses comme ça ? Je ne sais pas c’est quoi mais j’approuve et j’encourage.  Je comptais encourager en achetant mon billet à la base mais je vais encourager en… donnant mon show !

Il va y avoir beaucoup de maniaques de nu métal ou de trucs plus tranquilles, des amateurs de Korn et Five Finger Death Punch, Atreyu, In this Moment ou Norma Jean. Quel serait votre argument majeur pour convaincre les amateurs de musique plus légère à venir vous voir et ainsi, d’arriver plus tôt ?     

Ben je leur dirais… si tu es quelqu’un qui aime le nu métal, que tu n’as jamais écouté de truc très underground, rien de ce qui se rapproche du death grind c’est probablement par manque d’informations parce que les nouvelles au sujet des concerts du genre ne sont pas disponibles et c’est ça le problème majeur. Justement, c’est le temps de venir voir ce qui se fait dans le domaine plus underground, voir et entendre ce qui se fait chez-nous ! Tant qu’à venir au show, profitez-en pour voir et entendre un p’tit brin de ce qui se fait en dehors des circuits populaires ! Ca vaudrait la peine, je pense. L’énergie que l’on dégage sur une scène, comparativement avec un autre groupe, vous allez voir que c’est différent ! Je ne dis pas que notre énergie est meilleure ou moins bonne, c’est juste autre chose ! Je crois que ça vaut la peine d’aller voir ce qui se passe dans le milieu underground montréalais et ce festival vous en donne la chance !

www.myspace.com/btm

Beneath the Massacre sera sur la scène Jagermeister à 13 :45, le dimanche 25 juillet.

Pour des billets, cliquez ICI !

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES