BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Keep of Kalessin: À pas de dragon… (Entrevue avec Vyl, batteur du groupe)

Yanick Klimbo Tremblay
7 juillet 2010

Sonorité digne d’une trame sonore du film 300, Keep of Kalessin ne fait rien à la légère en y allant avec un amalgame de black métal, de death, de métal traditionnel et ce côté épique digne des trames sonores des meilleurs films de gars avec le torse suintant. Ce groupe norvégien a connu ses premières heures de gloire en accueillant de grosses pointures dans ses rangs comme Frost de Satyricon ou Attila Csihar de Mayhem. Aujourd’hui, le groupe vole de ses propres ailes et n’a plus besoin du côté clinquant des artistes invités qui donnent cette dimension match des étoiles à Keep of Kalessin. Formation stable, c’est le guitariste Obsidian C qui tient les rennes maintenant et il les garde serrés ! Après avoir participé au concours Eurovision, un concours de musique pop qui a déjà été gagné par ABBA, Céline Dion et Lordi, le groupe a lancé son album le plus solide en carrière, Reptilian. Entrevue avec Vyl, batteur du groupe.   

Tout d’abord, j’aimerais te dire que je ne croyais pas qu’il serait possible de surpasser l’album Kolossus, votre album précédent, en ce qui concerne la qualité des chansons et l’intensité mais je crois que vous avez réussi! Après avoir écouté Reptilian une bonne dizaine de fois, j’en suis convaincu ! Quel était votre état d’esprit lorsque vous avez commencé à vous préparer pour ce disque ? Comment fonctionnez-vous, dans un sens, en tant que groupe étant donné qu’Obsidian C est le compositeur principal ?

Premièrement, merci Yanick ! Nous avions comme idée de faire un album qui avait plus de puissance et un côté plus sombre que Kolossus. Nous voulions aussi un son plus contemporain mais sans perdre le côté organique du groupe. Nous avons toujours pratiqué les chansons ensemble avant d’entrer en studio pour enregistrer nos albums mais cette fois-ci, c’était un peu différent car nous avons enregistré le tout dans notre propre studio car il est maintenant fonctionnel. Nous avons fait ce que l’on appelle une pré-production dès le départ au lieu de pratiquer sans arrêt. C’est beaucoup plus facile ainsi d’avoir une idée au sujet du résultat final, savoir à quoi les pièces vont vraiment ressembler car tu peux les entendre tout de suite sans avoir à les rejouer. Donc, on pourrait dire que nous avons arrangé les chansons dans le studio avec Obsidian C qui agissait en tant que producteur sur cette pré-production.  

Vous avez toujours touché au concept du dragon ou du reptile mais cette fois-ci, vous y êtes à 100% avec cet album concept et la pochette qui vient avec ne laisse aucun doute ! Même si le concept qui entoure le dragon est clair depuis le début, le tout n’avait jamais transpiré réellement sur vos albums, à l’exception d’Agnen peut-être. Donc, pourquoi maintenant, pourquoi est-ce si intense cette fois-ci ?

Après deux albums-concepts qui possédaient leur propre histoire, je crois que le côté dragon est ressorti, comme ça ! Est-ce un retour vers les origines ou tout simplement essayer de créer quelque chose de nouveau ? Peut-être ! Comme tu le dis, le lien à toujours été présent mais je crois que maintenant c’est le temps d’y aller avec ce concept plus clair et précis. Nous voulions un album plus sombre et puissant, les paroles allaient à merveille avec la musique et le sentiment qui s’en dégageait. C’est très important pour nous. 

Un titre a particulièrement attiré mon attention. C’est Dragon Iconography. Quel est le sujet derrière ça, l’idée principale ?

C’est au sujet de vénérer le dragon, c’est tout !

Vous utilisez un bon nombre d’éléments musicaux sur ce disque comme la chorale sur The Awakening. J’aimerai savoir comment vous avez travaillé, comment vous avez composé et arrangé cette superbe pièce ! C’est ma préféré sur l’album !

Moi aussi ! Nous avons quelques amis, des copains de Thebon, qui sont venus nous voir à un moment donné. Nous les avons tous placés dans une salle du studio et avons enregistré leurs parties. Et ils ont fait le tout si rapidement et avec succès ! Obsidian et Thebon avaient les lignes directrices à leur faire suivre pour les voix et ils ont donné quelques conseils. Aussi simple que ça ! C’était très drôle d’écouter le tout sans musique mais dès que nous avons mixé leurs parties avec la musique, c’était fantastique ! Ils portent le nom de Dragonchoir, ils vont nous suivre pour quelques concerts.

Est-ce intentionnel d’avoir une pièce comme Reptilian Majesty en fermeture d’album car c’est la plus longue ? Ou est-ce parce que c’est la plus progressive ?

Je crois que, dès que tu l’entends, tu sais qu’elle sera la dernière du lot. C’est la plus épique, sans aucun doute, mais elle apporte aussi une belle finale à l’album.  Elle vous fait voyager au niveau émotif et au travers de nombreux paysages musicaux. Ca résume bien ce qu’est Keep of Kalessin finalement ! Cette pièce est faite pour vous laisser dans une période de réflexion au sujet de l’album que vous venez d’entendre.
 

Vous nous avez visités lors de la tournée de Dimmu Borgir et Behemoth. As-tu de bons souvenirs de votre présence au Québec ?

Définitivement ! Les deux fois où nous avons joué à Montréal étaient géniales ! Et nous avons très hâte de revenir pour jouer nos nouvelles pièces. Ce qu’il faut comprendre ici, c’est que nous étions le groupe en ouverture et les gens nous ont accueillis comme si nous étions en tête d’affiche ! Et ça, c’est tellement rare! Montréal, c’est fantastique!
 

Et le reste de la tournée? C’était votre première tournée majeure en dehors de l’Europe?

C’est en plein ca. C’était tout un évènement pour nous, d’être capable de partir en tournée et d’ouvrir pour deux groupes de ce calibre comme Dimmu Borgir et Behemoth. Ils nous ont bien traités et les foules aussi. Je crois que ca fait toute une différence d’être présenté dans ce genre de contexte, ca donne une excellente plateforme sur laquelle on peut travailler à la base. Nous espérons revenir à l’automne.  

Je n’ai pas le choix de te poser cette question, et tu dois être écoeuré de l’entendre, mais les gens ici au Québec ne connaissent pas le concours Eurovision. Certains le connaissent car Céline Dion a participé mais en tant que représentante de la Suisse ! Je me demandais, avec le recul, est-ce que vous croyez avoir pris la bonne décision en participant à ce concours très pop ? Au niveau de la visibilité pour le groupe, c’est phénoménal mais est-ce que certains de vos amateurs les plus coriaces se sont sentis irrités par cette participation au concours ?

Quand nous y pensons, je peux dire le plus honnêtement possible qu’il n’y a aucun regret. Cette expérience nous a ouvert de nombreuses portes mais nous a fermé la seule que nous voulions fermer par nous-mêmes ! Si quelqu’un cesse d’aimer notre musique en raison d’un concours, ils devraient cesser de supporter tous les groupes qui entrent en compétition pour jouer à Wacken tant qu’à y être. On dirait que, selon mon point de vue, qu’un grand nombre ou plutôt quelques  personnes, ont la fâcheuse habitude d’écouter les opinions au lieu d’écouter avec leurs oreilles ! Et tous les anti-tendances sont bien souvent les gens les plus tendances ! Nous sommes contre ce genre de commentaires, nous croyons fortement au fait qu’il faut faire ce que nous voulons faire peu importe ce que les autres peuvent en penser ! Selon mon opinion, c’est ce qui est métal !    

Keep of Kalessin lors du concours Eurovision

Quand des artistes proposent une chanson pour un concours qui sera regardé par des milliers ou des millions de personnes, le groupe et les gens qui regardent peuvent s’en lasser assez rapidement. J’imagine que vous ne voulez pas être reconnu comme étant le « Groupe métal qui a fait Eurovision »  Donc, en jouant The Dragontower lors de ce concours et de l’avoir sur l’album Reptilian, était-ce quelque chose de clair dans vos têtes ou était-ce l’idée de la compagnie de disques de l’avoir sur le dernier album ?

La chanson a été produite pour l’album à la base. L’idée de la faire pour Eurovision est venue par la suite. La seule différence est que nous avons coupé la version pour qu’elle puisse avoir un format télé de 3 minutes, ce qui est la limite. Et en l’ayant sur l’album, ca prouve que nous sommes à 100% derrière cette chanson !

Avec ce nouveau disque, vous allez avoir d’autres opportunités de tournée, qu’en est-il de l’Amérique ?

Oui, comme de raison. Nous revenons en Amérique justement, en ouverture de Nile. (NDLR : Nile ne passe jamais les douanes canadiennes, Keep of Kalessin jouera donc en ouverture de Psycroptric en novembre…) J’ai très hâte de revenir!

Une dernière phrase pour les amateurs de métal du Québec?

Oui, gavez-vous de l’album Reptilian et on se voit en novembre pour un festin métallique! Salutations à sa Majesté du Dragon !

www.myspace.com/keepofkalessin

 

Keep of Kalessin sera le mardi 30 novembre à l’Impérial de Québec et le 1er décembre au Petit Campus de Montréal !

Billets pour Montréal, ICI !

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES