BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Heavy Mtl 2010: La journée du 24 juillet en résumé!

Yanick Klimbo Tremblay
25 juillet 2010

Avant de quitter pour la deuxième journée du Heavy Mtl, je me dois de vous faire un petit clin d’œil de la première journée. Tout d’abord, il est important de souligner l’excellente organisation de la part d’evenko et compagnie, et je ne dis pas ca en relation qu’il me donne une passe week-end, non ! Aucun véritable retard dans les prestations, services adéquat et assez rapide dans les kiosques en plus d’une véritable courtoisie au niveau de toutes les concessions. Nombre suffisant de cabinet de toilettes et comme de raison, il faut que je vous parle bière un tantinet. Présence sur place de Budweiser qui offre leur liquide en bouteille d’aluminium ! Super, fraicheur garantie !

Festival de métal, je m’évade légèrement. Cette journée de célébrations métalliques a commencé avec le groupe 36 Crazyfists qui a été capable de faire embarquer la foule, très nombreuse pour une heure aussi précoce !

Skeletonwitch occupait la scène et n’a laissé aucune personne indifférente à leur amalgame de métal. Intense et aucunement prévisible, le groupe de poilus a impressionné bien des métalleux qui ne connaissaient point le groupe. Par la suite, les membres de la ‘Witch se sont promenés au travers des gens, se laissant photographier avec les badauds intéressés, signant autographes par-ci, partageant bière par-là !

Baptized in Blood est un nom inconnu pour la plupart. Jeune groupe de London en Ontario, le groupe vient tout juste de signer avec Roadrunner Records. La formation a bien tiré son épingle du jeu durant leurs 30 minutes sur scène. Énergiques, les musiciens se déplacent sur scène et propose un métal qui peut plaire autant aux amateurs de thrash nouveau genre que du metalcore américain.

C’est avec High on Fire, sous un soleil assez plombant, que les célébrations ont vraiment débuté. Le groupe a captivé bien des gens avec leurs compositions qui combinent la rage de Slayer et  la hargne de Motorhead. Bien qu’ils ne soient que trois sur scène, le groupe de Matt Pike dégage pour 12 !

Entre tout ça, l’équipe de BangBang doit se déplacer pour faire des entrevues comme de raison ! C’est pourquoi dans quelques jours, vous aurez la possibilité de lire mon entrevue avec Dino Cazares de Fear Factory, Matthew de Baptized in Blood et Chris Broadrick de Megadeth. Du côté de Kristof, monsieur cinoche de série coagulante, il vous proposera Melissa Auf Der Maur !

Kataklysm a prouvé encore une fois qu’ils étaient une véritable machine de death métal bien ciselée ! La foule s’est agitée fortement durant la prestation du groupe, obéissant au doigt et à l’œil à Maurizio qui commandait le tout du haut de la scène… en français ! Lorsqu’il a  demandé deux « circle pits »pour créer deux tetons, les gens ont bien rigolé… Intensité et brutalité !

Fear Factory était le groupe que j’attendais avec impatience. Avec un retour de Dino Cazares en tant que chef de la troupe et de la présence de Gene Hoglan aux percussions, les attentes étaient élevées… et comblées. Malgré quelques problèmes au niveau de la voix, rien ne peut rivaliser avec la puissance du groupe. Avec des pièces comme Mechanize et Powershifter du dernier album, Edgecrusher de l’album Obsolete et Replica de Demanufacture, le groupe américain nous a laissé avec un sourire de satisfaction.

Avec l’âge, il y a des choses qui vieillissent bien. Anvil pourrait être de ce groupe et leur popularité soudaine grâce au documentaire à leur sujet a attiré la curiosité de bien des gens. Intéressant certes mais le solo de batterie a refroidi les ardeurs légèrement. Quand tu n’as que 30 minutes, il me semble que les solos de toutes sortes sont à proscrire… Comme de raison, c’est Metal on Metal qui a fait lever la poussière !

Halford est une figure légendaire dans le métal. Sa présence hier commandait un immense respect. De retour avec son groupe éponyme, les gens s’attendaient par contre à beaucoup plus de matériel de Priest, ce qui a laissé quelques bémols dans le cœur de certains. Pour le reste, son groupe est puissant et sa voix toujours aussi solide !

Mastodon occupait une place de choix hier soir car le groupe se produisait juste avant Slayer. Y allant avec une prestation de type « greatest hits » contrairement à l’habituel Crack the Skye intégral que le groupe offre depuis le début de la tournée. Seule date de l’été en raison de quelques complications au niveau de la santé d’un des membres, Montréal était importante pour le groupe qui se sent un peu comme à la maison ici. Aucune perte de temps, les chansons étaient suivies les unes après les autres. Belle réaction de la foule et le groupe gagne de nouveaux amateurs, concert après concert.

Slayer nous a gâtés en n’offrant rien de moins que l’album Seasons in the Abyss au complet ! En guise d’introduction, nous avons eu droit à la pièce titre du dernier album juste avant de recevoir dans les dents leur chef d’œuvre en entier. Moment de panique lorsque la barrière de sécurité à cédé, même les musiciens de Slayer ont eu une bonne frousse ! Par la suite, pour bien terminer leur prestation, le groupe y est allé de South of Heaven et Angel of Death. Par la suite, bonsoir ! Le seul hic demeure au niveau de la voix de Tom Araya, il passe de nombreux passages, qu’il laisse à la foule et qui est entonné par cette dernière. L’idéal serait de prendre une petite sabbatique pour ainsi pouvoir reprendre des forces car il semblait légèrement épuisé…

Alice Cooper a commencé en force avec trois classiques du répertoire du maître du shock rock. Il a propulsé School’s Out, No more Mr. Nice Guy et I’m Eighteen. Par la suite, Cooper nous a présenté des pièces plus récentes, le tout laissant les gens dans un état plus neutre. Le tout a repris de plus belle lorsque le groupe a joué Poison. Nous avons eu l’opportunité de voir un concert classique d’Alice avec la guillotine, la cage de la torture et le costume d’araignée lors de Vengeance is Mine. Plaisirs pour les yeux et les oreilles, la pièce la plus intéressante est demeurée tout de même Billion Dollar Babies avec Cooper qui lançait des billets… de fausse monnaie !

Dans la même lignée que Slayer, Megadeth offrait un classique en entier. Célébrant les 20 ans de Rust in Peace, la troupe de Mustaine y est allée avec l’album au complet en plus de servir quelques classiques en guise de dessert comme À Tout le Monde, Symphony of Destruction et Peace Sells. A un moment donné, j’ai bien cru que Mustaine allait tirer la plogue à la soirée. Soudainement, un ballon, qui était devenu un jeu dans la foule, a heurté le visage de Mustaine et touchant sa guitare et la désaccordant. Connaissant le comportement bouillant du gars, j’étais certain qu’il allait ramener ses musiciens et partir, offusqué. Mais non, le professionnel en lui a parlé et la soirée s’est terminée en beauté !

Pour les photos de la journée, cliquez ICI

D’ici là, je quitte pour cette deuxième journée !

5 commentaires

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES