BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Baptized in Blood: Les avantages métalliques d’une grève sportive… (Entrevue avec Matthew Harris) en plus de quelques nouveaux spectacles et suggestion d’un site web!

Yanick Klimbo Tremblay
4 août 2010

Même à quelques kilomètres de chez nous, nous semblons bien loin de l’Ontario, autant physiquement qu’intellectuellement. Et je ne parle pas de la barrière linguistique, c’est plutôt au niveau culturel.  Musicalement, rien de très intéressant ne s’y passe depuis des lunes mais depuis un certain temps, de plus en plus d’artistes aux tendances métalliques y sortent de temps en temps pour laisser leur marque un peu partout. Pensons à Cauldron, Cancer Bats ou Threat Signal qui tentent de sortir leur tête de l’eau stagnante des Grands Lacs après le passage remarqué de leurs prédécesseurs comme Anvil, Exciter et Sacrifice. Vient le temps maintenant de faire une petite place bien mérité sur la plate-forme métallique canadienne au groupe Baptized in Blood de London en Ontario, qui jouait récemment au Heavy Mtl 2010. J’ai eu l’opportunité de m’entretenir avec Matthew Harris, bassiste de cette formation fraichement signée chez Roadrunner Records.

On dirait que la scène métal en Ontario est en train de faire sa marque. Il y a des groupes signés un peu partout. Le processus a été plus long si l’on compare avec le Québec, par exemple. As-tu une idée là-dessus ?

C’est un cycle dans un sens. Si tu fais un retour dans le temps, au début des années 90, il y a eu l’explosion grunge qui a tué le métal. Par la suite, certains groupes ont survécu, d’autres sont apparus. Montréal a eu sa dose de bons groupes et c’est au tour de l’Ontario je crois. C’est le temps de montrer ce que l’on peut faire nous aussi !   

Vous êtes signés avec Roadrunner depuis peu, c’est comme un rêve pour vous dans un sens ?

Complètement ! Se retrouver sur le même label qui a mis au monde des groupes comme Sepultura, pour moi c’est génial et impensable !

Et Nickelback aussi !

Comme de raison !

Comment en êtes-vous venus à signer avec eux ?

Beaucoup de travail et de persévérance, nous avons joué beaucoup, fait de la tournée. Le classique. Rose de Roadrunner est venue nous voir il y a quelques années. Elle nous a donné de bons conseils sur quoi faire et quoi ne pas faire. Trois ans plus tard, nous avons eu le contrat grâce aux bons conseils que nous avons reçus. Nous avons vraiment travaillé fort et nous sommes très fiers de faire parti de la famille ! Beaucoup de tournées, beaucoup de concerts et de bonnes chansons j’imagine ?  

Vous êtes sur votre première tournée majeure, le Fear Campaign de Fear Factory. Vous êtes premiers sur scène, est-ce difficile ?

Absolument ! Nous avons un style très différent de Fear Factory et de tous les autres groupes de la tournée aussi comme Divine Heresy et 36 Crazyfists. Mais c’est une tournée diversifiée qui offre des groupes différents, ce qui est bien. Nous jouons 20 minutes par soir, ca nous chicotte un peu, nous aimerions avoir au moins 30 minutes mais nous sommes très heureux et choyés de nous retrouver sur une tournée d’envergure. Personne ne se titille, les groupes ne veulent pas essayer d’être meilleurs que les autres, c’est très intéressant comme ambiance. Nous avons du bon temps sur la tournée, nous sommes tous là pour la même raison : avoir du plaisir et promouvoir le métal.

Aujourd’hui, est-ce votre première visite à Montréal ?

Non. Nous sommes déjà venus avec le Taste of Chaos, il y a quelques années. Avec Shadows Fall aussi, il n’y a pas longtemps…

Au Petit Campus ?

Oui. Nous avons joué aussi au Black Dot avec Holly Springs Disaster, ma pire séance de transport d’équipement (load in) à vie ! Le transport wow ! Et tout monter l’équipement, c’était difficile pour tout le monde ! C’était petit, l’esprit là-bas était bon  mais c’était tellement difficile à trouver, dans un premier temps, et de faire entrer le stock par après, nous étions déjà brûlés avant notre concert. Nous allons nous en rappeler car c’était notre première visite à Montréal !   

 

Vous avez déjà un album sur le marché intitulé Gutterbound, est-ce cet album qui sort avec Roadrunner ou le prochain album sera composé uniquement de nouvelles compositions ?

Non, ce sera un tout nouvel album, produit par Zeuss, au Massachussetts. Il y aura cinq pièces qui proviennent de ce disque en plus de sept nouvelles. Nous avons retravaillé un peu les anciennes pièces pour qu’elles soient un peu plus dans notre lignée sonore maintenant. Elles auront encore le même feeling que sur Gutterbound mais c’est plus propre, plus adapté à ce que l’on propose aujourd’hui.    

En cherchant de l’information sur le groupe sur Metal Archives, j’ai vu que vous étiez 6 avant, que s’est-il passé ?

J’ai essayé de communiquer avec eux pour leur faire part des changements en leur disant que j’étais dans le groupe, de faire les changements et de changer la photo mais non. Ils m’ont dit que je devais m’inscrire sur le site, dans un sens, pour que le tout soit valable au niveau de la validation de mes arguments! Mais je me suis dit : « Fuck that ! »

Qu’est-il arrivé au numéro 6 alors ? C’était un chanteur je crois ?

Oui, nous avions deux chanteurs avant. Celui qui a quitté se nommait Adam. Il a cru qu’il était temps de passer à autre chose, que la musique n’était plus sa priorité principale. Dans un sens, c’est bénéfique car Johl a pris confiance en lui et est devenu un meilleur frontman. C’est plus direct, avec un meilleur focus maintenant avec un seul chanteur.

La question évidente…Comment le groupe s’est-il formé ?

Nous aimions bien boire de la bière ensemble à la base ! Nous sommes tous de London, en Ontario. Nous avions des intérêts communs surtout pour ce qui est du hockey et de la musique. Nous fréquentions les mêmes gens au travers de certains groupes du coin. La grève du hockey dans la Ligue Nationale de Hockey a été un facteur important dans l’évolution du groupe. Nous n’avions rien à faire car il n’y avait pas de parties à la télé, ça nous a fouetté le derrière pour composer des chansons, question de tuer le temps ! Il y a eu les changements de membres habituels mais la base du groupe est toujours présente.

Donc, des amis qui boivent quelques bières et qui aiment le hockey ?

C’est très cliché à dire mais c’est aussi simple que ça ! Nous aimions le rock et faire la fête !

Dans ce temps-là, tu fondes un groupe !

Exactement et c’est ce que nous avons fait.

Question classique mais en tant que nouveau groupe, je me dois de la poser : Quelles sont vos influences ?

Hum… les miennes… Je suis un gros fan de la vague de death métal mélodique de Suède. At the Gates demeure un de mes groupes favoris. J’aime aussi les groupes de l’étiquette Relapse de l’époque comme Today is the Day et Neurosis. Mais dans le groupe, c’est très varié. Je suis l’ambassadeur de la portion métal mais je peux apprécier le hardcore et le punk aussi mais rien ne peut battre Slaughter of the Soul d’At the Gates!

As-tu vu la tournée d’adieu du groupe ?

J’étais au concert de Toronto. J’étais un peu sous le choc car quand j’ai commencé à aimer At the Gates, le groupe n’existait déjà plus. D’avoir la chance de voir ce groupe pour une tournée réunion impliquant les adieux aussi, j’étais très content, le meilleur jour de ma vie !

Vos articles promotionnels (merch) sont très originaux. Vous avez des t-shirts à l’effigie du lutteur Ultimate Warrior et un autre avec un gars qui fait du surf. Vous semblez très influencés par la culture populaire américaine, est-ce le cas ?

Il faut faire la distinction entre ce qui se retrouve dans nos paroles et sur nos t-shirts. Johl écrit au sujet des trucs qu’il connait, de ses expériences personnelles. Pour ce qui est de la merch, quand nous pensons à un truc que nous trouvons cool ou drôle, nous l’utilisons sans se casser la tête. Comme le truc d’Ultimate Warrior, nous avons une phrase dans une chanson qui dit : « I’m slowly going crazy » Après avoir vu un documentaire sur ce lutteur, nous nous sommes dits qu’il était le parfait représentant pour se retrouver sur ce t-shirt avec la ligne de nos paroles, tu vois ? Et pour ce qui est du t-shirt avec le gars qui fait du surf, c’est Josh qui a le même t-shirt, un vieux truc dans ses affaires mais il n’a pas le logo de notre groupe sur ce dernier. Nous n’avons que rajouté notre logo et inscrit le Let’s Boogie qui est au bas.

Et avant de terminer, as-tu une date de sortie pour l’album ?

Oui, c’est le 19 octobre. Pour l’instant, c’est au Canada. Je suis assez certain que le tout va se ramasser en sortie nord-américaine par la suite. Et comme de raison, la version digitale sera disponible partout sur la planète.

Des plans pour la fin de 2010 et début 2011 ?

L’album va sortir en octobre mais juste avant, nous avons quelques dates avec Hatebreed dans l’Est du Canada. Nous serons à Montréal le 9 septembre avec en plus Emmure, Straight Line Stitch et Dead and Divine. À la sortie de l’album, nous allons propager notre amour en Ontario car tout le monde nous a supportés tout au long des années. Et pour 2011 ? Il y aura peut-être de grandes choses pour nous ! Je sais qu’il y en aura, c’est certain !

www.myspace.com/baptizedinblood

Behemoth et Watain s’enlignent…

 

à Montréal en novembre !

C’est le 4 novembre que Montréal accueille cette tournée forte en blasphème et en odeur de toutes sortes ! La formation polonaise Behemoth revient en Amérique pour poursuivre leur tournée pour leur dernier album Evangelion tandis que Watain fera une première véritable visite chez nous car la dernière fois, ce n’était que pour quelques dates par-ci par là.

Forte en blasphème, pas besoin de vous expliquer… En odeurs ? Sachez que les membres de Watain portent les mêmes vêtements de scène depuis la création du groupe qui remonte à 1998. En plus de suer dans leurs fringues, vous devez savoir que le groupe adore s’asperger de sang animal. Pas du fake blood à la KISS ou Gwar, du vrai sang de porc ! Pensez à l’odeur d’un vieux steak oublié dans le frigo après une semaine… multiplié le tout par environ 620… et vous avez votre facteur de putréfaction ! Sérieusement, cœurs sensibles s’abstenir !

C’est donc au Club Soda avec en plus Withered et Black Anvil.  Billets en vente le 6 août ! 

Suffocation et The Faceless itou…

 

s’enlignent mais en octobre!

Combinaison death métallique quasi-parfaite qui foulera les planches des Foufounes Électriques (euh… ?) le lundi 18 octobre. Suffocation sera accompagné des groupes The Faceless, Through the Eyes of the Dead, Decrepit Birth et Fleshgod Apocalypse pour une soirée de gras vocalique sans contredit!

Billets disponibles bientôt !

BB… c’est pour Boulevard…

 

…Brutal !

Complément de lecture si vous aimez votre métal hurlant et brut ! Quand je reviens d’un concert en métro, j’aime bien écouter les gens près de moi qui racontent ce qu’ils ont aimé de leur expérience. Moi, qui y étais aussi, j’aime bien analyser pour voir si c’était un peu la même chose qui me chicotait et si j’ai vraiment apprécié tel groupe en ouverture. C’est le sentiment que j’ai eu en lisant ce tout nouveau site métal qu’est Boulevard Brutal ! C’est comme écouter deux chums qui se jasent. Chaque critique de concert est expliquée par les deux administrateurs à tour de rôle, dans un franc esprit de camaraderie. De plus, le duo place les nouvelles du domaine qui les intéressent le plus en effectuant quelques montages photos.

De la belle job !

http://boulevardbrutal.com/

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES