BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Iron Maiden: Critique du nouvel album « The Final Frontier »

Yanick Klimbo Tremblay
15 août 2010

Iron Maiden
The Final Frontier
EMI Canada

C’est sur invitation que je me suis rendu dans un endroit totalement secret pour l’écoute du nouvel album d’Iron Maiden. Juste avant cette expérience hors du commun, j’ai signé un contrat qui m’interdisait de parler, d’écrire et de divulguer toute information découlant de mon expérience auditive qu’est la session d’écoute de The Final Frontier, l’album le plus récent d’Iron Maiden qui sortira le 17 août 2010.

Nous sommes le 7 juillet, en après-midi, et je me rends au studio où l’écoute aura lieu. En entrant, je suis fouillé de la tête aux pieds par des agents de sécurité. Ils fouillent mon sac, me passe le détecteur de métal et me pose des questions sur mon porte-clés. L’écoute se fait dans un studio très luxueux qui a les commodités d’accueil. Un diner est servi et des rafraichissements se trouvent sur la table. Malgré que des figures journalistiques très connues se trouvent sur place, probablement habituées à ce genre d’évènement, personne n’ose piger dans le snack !

Quand la séance débute, j’ai Ron Smallwood, le gérant d’Iron Maiden, qui est devant moi et qui me regarde. C’est très intimidant d’écouter l’album avec cet homme devant nous qui épie nos moindres gestes et réactions. Fait intéressant, Smallwood parle toujours au « nous » quand il parle du groupe, des expériences d’enregistrements et des concerts.

Le technicien active la séance…Introduction musicale portant le nom de Satellite 15. Ambiance tribale, percussion de Nicko McBrain qui nous donne l’impression que nous sommes en ouverture d’un album concept sur les tribus cannibales. Étrange, je croyais que c’était un truc spatial à la base? L’introduction se fond tranquillement avec la voix de Bruce pour nous amener vers la première pièce de l’album, The Final Frontier. Je remarque immédiatement une facture plus rock et pimpante que pour l’album précédent, A Matter of Life and Death, qui était un disque plus glauque, sombre et grisonnant.

Effectivement, le tout demeure très rock et joyeux avec la pièce suivante, El Dorado qui a été présentée il y a déjà quelques temps en guise de nanane aux amateurs. Ses premières mesures sonnent comme Barracuda de Heart et pour le reste, je ne suis point perdu, c’est typiquement Maiden !

Pour ce qui est des chansons qui se retrouvent immédiatement avec mon seau d’approbation, je vous les dicte, selon mon humble avis et opinion. Conséquemment, c’est avec Mother of Mercy que l’on trouve notre compte avec ses accords parfaits entre le roulement de la basse, la jeu plutôt actif de McBrain et la voix en mode conquérant de Bruce. Par la suite, The Alchemist offre un Maiden en mode tit-galop avec sa rythmique très Be Quick or Be Dead. Et pour finir, grosse surprise sur The Man Who Would be King qui propose du popping du genre funky à la basse ainsi que de la slide guitare!

C’est un album très long avec ses 76 minutes. Après la première écoute, j’ai l’impression d’avoir entendu un album plus ensoleillé que la normale, c’est plus joyeux et festif à bien des niveaux comme avec les pièces décrites plus haut et mais la balance se resserre un tantinet avec la pièce de 11 minutes, When the Wind Blows. Au tout début de la pièce, après l’interminable introduction de vent sur mer, le groupe présente une chanson au refrain très aguichant et rafraichissant, un peu pop-métal même ! Pour le reste de la chanson, c’est très épique. Cette pièce progressive nous amène vers des contrées assez luxuriantes au niveau des ambiances autant que vers les marasmes musicaux les plus profonds…

Je ne peux pas dire que c’est un album parfait de la part d’Iron Maiden, ni même crier haut et fort que c’est excellent. C’est un album trop long, les introductions pour la plupart des pièces sont démesurément langoureuses et ennuyantes. Tentatives progressives bien introduites tout en fusion avec le genre habituel du groupe, on ne peut tout de même pas rebuter le groupe en disant qu’il se répète d’album en album. The Final Frontier est un disque qui comprend des chansons que l’on apprécie par bout, lors de certains moments, mais rarement en entier !

www.ironmaiden.com


The Final Frontier – Director’s Cut

Iron Maiden | MySpace Music Videos

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES