BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

The Acacia Strain: Critique du surprenant « Wormwood »

Yanick Klimbo Tremblay
15 août 2010

The Acacia Strain
Wormwood
Prosthetic Records  

En écoutant ce disque, on remarque quelque chose immédiatement: le groupe a découvert son amour pour Meshuggah et les guitares sept/huit/douze mille cordes. C’est pesant en bâtard, aussi pesant qu’une journée ultimement humide, Montréal style, du genre averse soudaine suivie d’un ensoleillement précoce pétant l’Humidex à 42 degrés Celsius!  Bien des amateurs du groupe se trouveront en terrain perdu, car la dimension plutôt hardcore du groupe laisse place à un métal très galvanisé, avec cette sonorité dite nouvelle mais aucunement avant-gardiste. The Acacia Strain n’invente rien, embarque sur un wagon bien populeux mais une chose demeure plus que primordiale avec Wormwood : ils ont de bonnes chansons ! De plus, la hargne colérique de Vincent Bennett est impressionnante sur l’album, on y croit les yeux fermés !

Quelques titres sortent du lot autant par leur dimension plus progressive et lourde que pour leur intensité mongoloïde comme la pièce BTM FDR ou Terminated tandis que d’autres extraits sont plus « accessibles » car elles sont plus près des racines hardcore du groupe, quoique ce soit pesant comme une enclume dans tes bobettes, avec des pièces comme The Hills Have Eyes, Jonestown et Ramirez.

Sérieusement, je ne croyais jamais dire ça de ce groupe mais je ne leur donne rien de moins qu’un 10/10 pour Wormwood! Les mots me manquent tellement je suis bouche bée…

Pour lire une entrevue avec Vincent, chanteur du groupe, cliquez ICI!

www.myspace.com/theacaciastrain

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES