BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Kataklysm: Venin paradisiaque (Entrevue avec Jean-François Dagenais)

Yanick Klimbo Tremblay
29 août 2010

Il y a, je dirais… à peine un mois et demi, je vous présentais une entrevue avec le groupe Kataklysm, plus précisément avec son guitariste Jean-François Dagenais, qui vous parlait des attentes du groupe envers le Heavy Mtl et de la production du nouvel album, Heaven’s Venom. Maintenant dans les magasins depuis quelques jours, ce disque marque le retour du groupe mais sans surprise désagréable, c’est meurtrier comme death métal et il n’y a pas de répit les amis! Donc, pourquoi une deuxième entrevue en si peu de temps, vous vous demandez? C’est fort simple! Tout d’abord, l’album est truculent, deuxièmement, le groupe s’est fait une horde de nouveaux amateurs lors du Heavy Mtl donc une deuxième chance pour d’autres lecteurs de BangBang de pouvoir s’informer à nouveau et pour finir, Kataklysm a fait le Ozzfest cet été ce qui n’est pas monnaie courante pour des groupes de la Belle Province! Jean-François m’a lâché un call, comme on dit par chez-nous alors en tournée avec Devildriver aux Etats-Unis, un soir où j’étais seul à la maison, avec mes deux bambins qui ont décidé de me la jouer un peu plus difficile que d’habitude… ma fille jouant avec le fil de mon téléphone et mon gars, lâchant de beaux cris d’impatience que l’on peut entendre sur l’enregistrement! Note à moi-même : Changez d’enregistreuse, achetez celle qui se connecte sur le sans-fil pour plus de mobilité. Donc, entrevue avec Jean-François Dagenais de Kataklysm. 

Comment s’est passé Ozzfest?

Assez bien finalement je dirais, c’était un peu comme les festivals européens ou ce qui s’est passé à Heavy Mtl mais à tous les jours. C’est une belle organisation et nous avons eu une bonne réaction des gens. Peu importe l’heure où on jouait, parce qu’on était sur l’horaire rotative, il y avait du monde. Il y a des journées où on jouait très tard et d’autres, on ouvrait la journée. C’était tout le temps très plein, super belles réactions des foules. C’est tellement encourageant, ca bien été pour nous aux États-Unis. Sérieusement, on ne s’attendait pas à ça!   

Et les dates en dehors du Ozzfest avec Devildriver, c’était comment?

Super bien! On est encore là-dessus aujourd’hui et il y a Kittie, le groupe canadien, qui vient de s’ajouter à la tournée. Nous sommes en Pennsylvanie en ce moment. On a trois autres semaines avec cette tournée, on termine le 16 septembre à Los Angeles. C’est un bon match up d’avoir Kataklysm et Devildriver ensemble, les gens qui viennent pour un des groupes semblent aimer l’autre groupe aussi, ca complète bien. Les salles sont assez pleines et on a du fun avec Devildriver, c’est une tournée trippante!

Vous les connaissiez de la tournée avec Dimmu Borgir, c’est ça?

Oui, on a partagé le même autobus sur cette tournée. C’est grâce à ça qu’ils nous ont réinvités pour cette tournée. À date tout se passe bien et en plus, notre album est sorti hier, les réactions sont bonnes partout. L’effet Ozzfest se fait sentir, je pense. Avec une bonne tournée comme ça en partant, en plein été, c’est trippant!        

Comment fonctionnez-vous quand vient le temps de préparer un nouvel album? Est-ce que Maurizio part de Chicago pour vous rejoindre chez vous?

On travaille beaucoup à longue distance. J’ai mon petit studio à la maison, Stéphane le bassiste aussi, il a acheté de l’équipement qui lui permet d’enregistrer. On travaille chacun chez lui et on s’échange des fichiers par Internet, on se parle beaucoup au téléphone pour voir où on s’en va! Maintenant avec Internet, c’est tellement facile pour travailler! On a commencé beaucoup à créer comme ça, dans notre coin chacun. Après ça, Maurizio est venu chez-nous et on a commencé à travailler plus sérieusement, tout le monde ensemble. Ensuite, on est entré en studio et on a enregistré tout de suite. Le processus était vraiment smooth… On avait prévu un certain temps pour  faire toute la musique, l’enregistrement et le mixage. On a réussi à entrer dans nos délais. C’est assez surprenant parce qu’habituellement, on dépasse tout le temps de deux semaines, trois semaines de plus! On se devait de respecter le délai qui était assez serré, parce qu’avec toutes les opportunités de tournées intéressantes, on devait avoir l’album de prêt. Il fallait que Heaven’s Venom sorte au bon moment, c’est tout. Il fallait donner les masters de l’album au bon moment ca fait que je pense qu’on a fait un petit tour de force! On s’est dépassé!     

En parlant du dernier album, il y a une chanson qui se nomme A Soulless God, qui parle de trucs que vous avez vus à Vancouver, lors des derniers Jeux Olympiques, peux-tu m’en parler?

C’est Maurizio qui a eu l’idée. C’était pendant la tournée avec Kreator, on avait capoté de voir le nombre de sans-abris, de gens assez zombies, des gens sur le crack dans les rues qui ont été tassés par la ville. Tu regardes ça, tu les vois tomber… ils vivent dans la rue… c’est ce qui a inspiré la chanson.

La ville les a tassés pour que le tout ait l’air plus propre et sans danger pour les Olympiques!

Tsé, on les a vus pareil, ils existent. Ces gens-là n’ont plus aucune chance dans la vie, comment ont-ils fait pour se rendre jusque-là? Ca part d’où? Ce sont toutes des questions qu’on se posait après avoir vu ça. Il y a des choix qu’ils ont faits qui fait en sorte qu’ils en sont là. C’est de ça qu’on parle dans la chanson.  

Le vidéoclip pour Push the Venom est génial, c’est un clip qui se marie bien au groupe, mieux que Crippled & Broken en tout cas. Qui a travaillé sur ce clip?

C’est une compagnie serbe. Ils sont basés à Belgrade. On avait travaillé avec eux pour Ex Deo, ils ont fait une super job pour le clip et ils nous ont fait un bon deal pour celui-ci. Le tout avait beaucoup de sens car on était en Europe, on ouvrait pour Behemoth avec Ex Deo. La tournée finissait en Serbie, c’était plein de sens de faire le clip là-bas avec eux. On a passé deux journées avec eux à filmer tout ça. Moi, j’ai vraiment aimé ça parce que c’était une équipe très professionnelle dans des studios professionnels. Quand on a fait le vidéo de Crippled & Broken, justement, c’était plus amateur et moins de budget. Ca donné ce que ça donné, tsé. Avec le clip de Push the Venom, on a quelque chose de gros… pour une fois qu’on peut faire quelque chose de beau et de gros! Ca valait la peine de le faire, les circonstances ont fait que le timing était bon, le budget était présent. On est content du résultat et de l’avoir fait. À date, on remarque que ça amène beaucoup les gens vers l’album.  

Justement, dans ce vidéo, on retrouve deux jolies filles qui jouent le rôle d’anges. Est-ce que ce sont deux serveuses de la pizzéria de Maurizio?

Hahha! Non, ce sont des filles engagées par l’équipe. C’était un casting en Serbie. Ce sont deux actrices, des modèles professionnelles. Elles ont fait d’autres affaires là-bas, jouées dans d’autres clips et des rôles à la télé. Ce sont des filles connues là-bas mais moi, je ne les connaissais pas! On n’est pas au courant de ce qui se passe dans leur pays. Ca l’air que ce sont des gens importants dans le milieu!

Tu m’as parlé de Behemoth, avec qui vous étiez en tournée en début d’été. Tu es sûrement au courant que Nergal souffre de la leucémie?

C’est tellement dommage. De tous les membres du groupe Behemoth, c’était le gars le plus en santé à nos yeux. Il s’entrainait tous les jours et il faisait attention à ce qu’il mangeait, à ce qu’il buvait. Il prenait soin de lui-même. On a capoté d’apprendre ça, deux semaines après la tournée, qu’il était malade même si on ne savait pas quelle était sa maladie. Ce gars avait tellement l’air en santé… y’a rien qui ne faisait dire ça, tsé. Ca rend… Ben, ca nous donne un méchant coup de pied dans le cul, dans le sens qu’il faut profiter de la vie, parce qu’il y a bien des choses qui peuvent arriver, on ne sait jamais ce qui peut nous tomber dessus! C’est vraiment dommage, on reste en communication avec lui. On lui a envoyé nos mots d’encouragements, on essaie de le soutenir du mieux qu’on peut. Mais ce n’est pas facile pour lui et son entourage.

Le Heart Beast est maintenant un personnage impliqué dans l’univers de Kataklysm, troisième fois sur une pochette.  Pensez-vous pousser la chose en demandant à une entreprise d’effets spéciaux de vous faire un costume en latex de la créature pour faire comme Iron Maiden par exemple et avoir une apparition de cette bête lors de vos concerts?

Ouais, on a pensé à toutes sortes de choses comme ca. Ca serait vraiment une bonne idée, ca dépend du budget qu’on a mais c’est faisable. Avec ce que l’on fait sur scène, d’avoir un bon moment pour le sortir, c’est faisable. Si on le fait un jour, il faut que ce soit à notre goût, pas tout croche juste pour dire que c’est fait. On regarde les options pour voir si c’est faisable monétairement et aussi pour le transport, ce sont des gros trucs à transporter dans un sens. Si quelque chose se présente et que c’est réalisable, c’est sûr qu’on embarque! On a l’idée depuis longtemps, depuis que ce personnage est présent sur nos pochettes en fin de compte. Ce n’était pas réalisable il y a quelques années mais maintenant, le groupe grossit et nous avons  de meilleurs moyens financiers, à chaque année. Ca pourrait être assez intéressant pour les concerts!       

En parlant de Heart Beast, tu as ta propre guitare custom made qui porte ce nom. Je faisais des recherches sur le net l’autre jour mais on ne retrouve plus aucune information sur cette guitare. Que s’est-il passé?

C’était avec la compagnie Washburn, mon contrat est terminé parce que cette compagnie fait partie d’US Corp, à Chicago, qui a été vendue à une autre compagnie… les gens qui s’occupaient des artistes là-bas ont tous perdu leur job. Ils se sont tous débarrassés des artistes commandités par Washburn, tous les artistes qui étaient commandités se sont retrouvés le bec à l’eau. Je suis en négociation en ce moment avec ESP, ils vont transposer mon modèle mais ils ne peuvent pas faire la guitare de manière identique. Ils vont me proposer un nouveau modèle de Flying V pour que je sois associé avec ce modèle. Ca devrait se concrétiser dans quelques semaines.   

Peux-tu me faire un retour sur l’expérience Heavy Mtl? De nombreuses personnes ont découvert Kataklysm cette journée-là!

C’est sûr que tous les évènements du genre sont bénéfiques pour des groupes comme le notre, qui viennent de la scène underground. D’avoir la chance de jouer des festivals comme ça nous donne la chance d’exposer notre musique à un plus grand nombre de personnes. La même chose arrive en Europe, quand tu fais la tournée de tous les festivals open-air, les gens reviennent te voir après quand tu passes dans leur ville. Ca parait aussi dans les ventes de disques, en ce moment on vient de finir le Ozzfest aux États-Unis, et on sent déjà un impact sur les ventes même si l’album est sorti seulement hier! On a eu des comebacks sur les ventes de la part de la compagnie et il parait que c’est assez incroyable, c’est une bonne coche en haut de ce que le précédent avait fait. C’est là qu’on voit la puissance de pouvoir jouer devant un plus grand nombre de personnes. Ce sont des occasions en or pour des groupes comme le nôtre et on est bien content d’avoir pu le faire, chez nous à Montréal. Ce qui m’a surpris, c’est que le monde a tellement embarqué. De ma place, on aurait dit que ca bougeait du devant jusqu’à l’arrière! C’était surprenant et en même temps génial de voir que les gens supportent les groupes underground et du Québec. Justement, l’underground se porterait beaucoup mieux si les groupes qui en font parti avaient plus de chances de participer à ce genre d’évènements. Il y a plein de bons groupes underground au Québec, c’est juste dommage que ce n’est pas tout le monde qui puisse avoir la chance de voir et d’entendre tous les groupes! Je me sens très privilégié d’avoir participé au Heavy Mtl. C’était vraiment le fun, une belle expérience!     

Justement, il y a eu un petit évènement un peu déplaisant avec Megadeth, peux-tu en parler ou bien c’est mort et enterré?

Ben, on préfère enterrer ça. C’est un truc qui s’est passé entre nous autres. On a trouvé ça plus drôle qu’autre chose. C’est sorti dans les médias, un peu contre nous autres. On ne voulait pas chialer sur cet évènement. Ca devait rester à l’interne mais c’est sorti pendant une entrevue. Y’a eu un peu de remous, ce n’était pas notre intention. On s’en fout, on trouvait ça drôle mais un peu triste de voir que des artistes qu’on respecte beaucoup agissent comme ça…c’est  plate à voir. On ne voulait pas dénoncer ça ou sortir ça de façon grand public mais l’histoire s’est retrouvée dans les médias. C’était à l’interne et ca devait rester entre nous autres, mais que veux-tu…

C’est plate parce que Megadeth est un groupe que vous respectez et ils ont manqué de respect envers vous…

C’est sûr. Ce n’est même pas ça le point en fin de compte. Que ce soit n’importe lequel être humain qui est là, tu ne fais pas ça. Peu importe quel groupe était présent ou que ce soit un technicien dans le kart, ca ne se fait pas (NDLR: L’équipe de Megadeth a demandé au membre de Kataklysm présent dans le kart de débarquer du véhicule car il paraît qu’ils ne voyagent pas avec n’importe qui…).  

Vous allez faire une tournée du Québec, début décembre. Qui a eu cette idée de vous envoyer dans le froid sur les belles routes droites de chez-nous?

On a la chance d’avoir le nouvel album et d’en faire la promotion aux États-Unis et en Europe, on y sera en janvier et février. On s’est dit qu’étant donné qu’on a un nouveau disque et que le Heavy Mtl a bien été pour nous autres, pourquoi ne pas en profiter pour faire des spectacles dans le coin, chez nous! Décembre, c’est tout le temps un bon mois pour faire de la tournée au Québec, à part la neige! Les gens aiment ca sortir et voir des spectacles. C’est avant Noël et tout le monde est de bonne humeur et plus sur le party. C’est une bonne occasion pour revenir par chez nous. On aime tout le temps jouer chez nous, les gens nous supportent depuis longtemps.    

www.myspace.com/kataklysm

Kataklysm sera en tournée au Québec cet hiver, juste avant Noël !

Le lundi 6 décembre à la Place Nikitoutagan de Jonquière

Le mardi 7 décembre à l’Impérial de Québec

Le jeudi 9 décembre au Club Soda de Montréal

 

Photo:  Rudy De Doncker

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES