BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Disney on Ice : Princesses et Héros (Critique du spectacle)

Yanick Klimbo Tremblay
7 octobre 2010

Loin de ma zone de confort habituelle, je m’élance vers un monde beaucoup plus féérique pour ma fillette de deux ans et demi que pour moi-même mais que voulez-vous, il faut bien divertir notre progéniture ! Accompagnés par sa copine Simone et de la mère de cette dernière Rachel, nous sommes arrivés tout juste pour cette représentation qui débutait à 19h00, c’est-à-dire à 18h55 pile. C’est qu’en cette période automnale et pluvieuse, les routes se garnissent de gens imprudents et trop prudents, ce qui ralenti grandement la circulation, que vous soyez en banlieue ou en plein centre-ville.

La rapidité de notre entrée nous a donc permis d’éviter les kiosques à souvenirs plutôt dispendieux mais le tout n’était que partie remise lors de l’entracte où l’achat d’une Barbie Blanche-Neige, fabricationnée en Chine par une ouvrière de l’âge de ma fille, fort probablement, fut le moment onéreux de ma semaine.

Cette édition de Disney on Ice est pratiquement semblable au dernier spectacle Princess Classics présentée en mars dernier sur plusieurs points ; sept tableaux mettant en vedette les princesses préférées de vos enfants sauf que les parties des histoires sont changées, ils présentent une autre portion de leurs aventures. Comme par exemple, dès l’entrée nous avons eu droit à Aladin et Jasmine dans la portion de l’histoire où ils s’enfuient du marché et la rencontre avec le Génie tandis que pour l’autre spectacle, c’était l’envolée sur le tapis volant.

Pour ce qui est de Blanche-Neige, le tableau représente surtout la rencontre avec le prince charmant et une saynète très loufoque mettant en vedette les sept nains. Donc, pas de vilaine sorcière qui offre la pomme à Blanche-Neige ! 

L’aventure de la Petite Sirène offre une prestation magistrale du homard Sébastian et des dizaines d’autres poissons qui dansent dans les bulles qui tombent de la structure de Centre Bell. De plus, nous avons droit à un numéro de haute voltige effectué par les matelots qui sautent de manière très adroite sur des trampolines à bascule. Au dernier saut, l’un des matelots atterri sur une chaise portée par un matelot  au bas qui tient la chaise au bout d’un piquet ! L’excitation est au summum dans le Centre Bell !

 

Pour les filles…

L’accent est mis sur les rencontres entre les princesses et leurs princes charmants. Les petits garçons croyant se retrouver devant les héros de Disney comme Robin des Bois, Buzz Lightyear ou Tarzan restent déçus. Le bambin près de moi ne cessait de demander à sa mère à quel moment les héros allaient surgir, sa mère ne pouvant lui promettre lui demanda d’être patient… mais ils ont tout de même quitté à l’entracte, le garçon ayant eu sa dose de paillettes, probablement !

Le tableau de La Belle et la Bête était très sobre avec la présence de la chandelle géante et des patineurs en habit de coutellerie… rien de très fameux !

Le clou de la soirée, et la partie qui ne te fait aucunement regretté de voir le même spectacle que la dernière fois dans un sens, est la Belle au Bois Dormant. L’équipe a décidé de mettre leur loupe sur la dimension héroïque du prince Philippe qui s’en va combattre la méchante Maléfice, sorcière qui déteste Aurore depuis sa naissance car elle n’a pas été invitée aux célébrations entourant la naissance de la petite !

Le tableau met en scène le prince qui reçoit de la part des trois fées son épée enchantée et un bouclier de vérité. Maléfice l’entoure d’une forêt de ronces et il doit les affronter mais prendre gare car les ronces (patineurs avec des bras en piquants !) sont empoisonnées ! Non ! Va-t-il réussir ? Ben oui, voyons donc !

Maléfice poigne les nerfs lorsqu’elle s’aperçoit que Philippe prend du chemin. A bout de ressources, elle décide de prendre les choses en mains et hop, elle se transforme en dragon, qui arrive sous une kyrielle d’explosions et se met en course derrière le pauvre prince ! Ils tournent et tournent, jusqu’à ce que le dragon lâche un immense souffle ténébreux et une flamme lui sort de la gueule, enflammant la patinoire de vos Canadiens !

De la rangée EE (5e) je peux vous assurer que les deux fillettes qui étaient sous notre responsabilité, ont eu le souffle court ! À lui seul, ce numéro vaut le prix du billet, croyez-moi ! 

 

Mulan… trop molle…

Seul moment faible de la soirée, le tableau de Mulan car les enfants décrochent par le manque d’artifices. Les prestations de semi-karaté qui font parti du tableau sont très faibles vis-à-vis le reste du spectacle.

Par contre, chapeau bas pour l’initiative du bateau lors du tableau de La Petite Sirène où quelques chanceuses montent à bord du navire pour faire une promenade sur la glace pendant la saynète.

Pour finir, Cendrillon et son carrosse ont mis la joie dans les yeux des plus jeunes présents au Centre Bell et moins jeunes parce que des vieilles filles qui sortent entre copines voulant revivre une partie de leur enfance, il y en a en turlututu!

En sortant de là, il est évident que votre p’tite princesse vous demande soit de revoir ce spectacle le plus tôt possible ou bien de faire du patin artistique. À vous maintenant de les convaincre que vous devez repartir parce qu’elles ont de l’école ou de la garderie le lendemain matin !

 

Disney on Ice Princesses et Héros est au Centre Bell du 7 au 11 octobre !

Cliquez ICI pour des informations !

2 commentaires
  • Phenrard
    8 octobre 2010

    Rarement vu un texte si mal écrit.

  • Yanick Klimbo Tremblay
    8 octobre 2010

    Mon cher Quentin, tu es belge, je suis québécois. Nous avons nos propres expressions, notre langue française est différente de la vôtre. Notre style varie de région francophone en région francophone. Merci de prendre le temps d’écrire tes commentaires par contre. J’ai visité Bruxelles il y a quelques années, j’ai bien aimé!

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES