BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Drünken Bastards: Critique du très et trop mauvais « Horns of the Wasted »

Yanick Klimbo Tremblay
13 novembre 2010

Drünken Bastards
Horns of the Wasted
Hells Headbangers

Dans leur bio, c’est bel et bien écrit qu’ils sont trop punks pour les métalleux et trop métal pour les punks… Et c’est vrai ! La maitrise de l’art de plaire aux deux publics est bien maitrisée par des groupes comme Toxic Holocaust, Motorhead, Sodom et plus près de nous, Inepsy. Ce qui se passe de relativement mauvais avec Drünken Bastards, malgré de bonnes intensions évidentes, est leur tendance à exagérer lorsqu’ils veulent s’acoquiner dans un genre. Par exemple, sur Toxic Patrol, le groupe veut proposer une voix en arrière-champ (back vocal) qui aurait une possibilité d’être très gutturale et death métallique mais c’est tellement garoché tout croche et enregistré en pocheton que ca grinche comme de la tôle froissée ! Ce petit stratagème revient à quelques reprises sur certaines pièces soient plus punk ou métal et on s’en lasse assez rapidement, je vous l’assure. Le point le plus irritant est tout ce qui est considéré « voix » sur ce disque, on ne peut pas passer par-dessus cet irritant majeur, tsé un filet mignon avec une crotte de nez baignant dans le mucus, aussi menue qu’elle puisse être, nous enlève l’eau à la bouche automatiquement… un chanteur et des voix accompagnatrices qui te tapent intensément sur les roubignoles, c’est la même affaire ! Tu n’en veux plus et c’est un retour à l’expéditeur. 

Le meilleur moment de l’album est le riff en ouverture de la pièce Alcoholic Big Tits qui à lui seul nous permet de ne pas donner un zéro au disque comme note ! Musicalement, ce n’est pas si pire quoique ce soit trop primitif et bon marché comme enregistrement. Mais avons-nous encore de la place dans nos collections pour du « ouais pas pire » ? Je crains que non…

Tentative de crossover aucunement réussi, dans un univers où le choix des groupes nous est bien garni, je crains que cette formation ne tombe dans l’oubli. Voulant embarquer sur le wagon du néo-thrash qui gagne encore en popularité tout en offrant un côté punk trop croche même pour les groupes les plus punks et désuet, Drünken Bastards se tire dans le pied ! Avec moins de 20 minutes, nous ne sommes nullement déçus lorsque cette expérience sonore cesse. Des groupes métal qui produisent des albums, aujourd’hui, c’est la manne ! Mais pour du n’importe quoi, je n’ai plus le temps par contre.

Digne d’un démo d’un groupe de Chicoutimi en 1990…Caca !

www.myspace.com/drunkenbastards

2 commentaires
  • Steve
    17 novembre 2010

    assez merdique comme musique, crisse que cest poche

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES