BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Ozzy Osbourne: Un choix plus qu’évident! (Entrevue avec Rob Blasko Nicholson)

Yanick Klimbo Tremblay
21 novembre 2010

Dois-je vraiment vous présenter Ozzy Osbourne? Si tu es un amateur de hockey, c’est comme si tu ne connaissais pas Maurice Richard ! Je ne vous présente pas une entrevue avec le Prince des Ténèbres sur ce document mais plutôt une avec son bassiste, Rob Blasko Nicholson. Pour les plus férus en histoire musicale, vous connaissez déjà la feuille de route de l’artiste. Excessivement diversifié, Blasko a joué avec des nombreux artistes tous très différents les uns des autres avant d’arrêter son choix sur le groupe d’Ozzy Osbourne. De plus, Blasko gère quelques artistes qui font saliver quelques adolescents et adolescentes. Mais trêve de déblatération, c’est tout de même un artiste à découvrir qui a pris le temps, malgré un horaire vraiment chargé, de répondre aux questions de BangBang ! Entrevue avec Rob « Blasko » Nicholson, bassiste pour Ozzy Osbourne !

Tu as commencé ta carrière musicale en tant que bassiste pour la formation Cryptic Slaughter. Tu as joué avec le groupe sur les trois premiers albums du groupe, tous des classiques! Mais qu’est-il arrivé après le troisième album, Stream of Consciousness ?

Ce n’est pas quelque chose de vraiment loufoque qui est arrivé. Nous étions tous très jeunes à l’époque de Cryptic Slaughter. Ce n’est qu’une dose de réalité dans un sens. Nous étions tous au secondaire dans le temps, lorsque Cryptic Slaughter existait. À la sortie de Convicted, nous étions en 10e année (NDLR : secondaire 4 ici au Québec), pour Money Talks en 11e année (NDLR : l’équivalent du secondaire 5 ici) et Stream of Consciousness, nous étions en 12e année (NDLR : dernière année du système d’éducation américain. Par la suite, c’est l’université) Nous avons gradué du secondaire lorsque nous étions en tournée. Lorsque nous sommes revenus de tournée, nous sommes retournés vers nos vraies vies dans un sens, c’était un retour à la réalité. Certains voulaient se marier, d’autres voulaient aller au collège ou à l’université. C’était un véritable retour à la réalité, les folies étaient terminées. Chaque membre du groupe est parti de son côté, tout simplement. J’étais le seul qui souhaitait véritablement percer dans le domaine musical.    

Quand le groupe s’est séparé, Les Evans, qui était le guitariste, a continué le groupe avec de nouveaux membres et en utilisant toujours le nom Cryptic Slaughter. Mais le son n’était plus le même et le résultat était l’album Speak Your Peace, un disque assez inégal. Quelle a été ta réaction face à ce disque ?

Nous sommes tous restés amis car la séparation n’a pas été le fruit de chicane sur la route ou de mésententes. C’était vraiment une séparation qui était en relation avec la fin d’un cycle. Les Evans, le guitariste, voulait continuer avec d’autres musiciens et garder le nom Cryptic Slaughter, c’est tout. Il a déménagé dans le nord et a trouvé de nouveaux musiciens très talentueux. Nous ne lui avons pas donné de merde avec ça, il voulait continuer Cryptic Slaughter. C’était correct avec les anciens membres du groupe car tous les autres avaient d’autres chats à fouetter. Nous savions que Les n’allait pas entacher le nom du groupe, c’est pour ça que nous n’avons pas démontré d’objection envers son idée.

Oui mais ce n’était pas la même chose. La sonorité était très différente. Les amateurs et la presse n’ont pas été tendres envers Speak Your Peace.

C’est normal dans un sens. C’est le cas typique. Tu sais, il ne restait qu’un membre original dans le groupe, tous les autres sont nouveaux. De plus, ce n’était pas un membre très significatif comme le chanteur; tu sais celui qui donne cette touche particulière au groupe. Peu importe le groupe, dès qu’il ne reste qu’un seul membre original, ce n’est plus la même chose, tu sais que ça va sonner vraiment différent !

C’est comme un groupe d’interprétations (cover band) ?

Dans un sens, oui. Le son change mais c’est surtout la perspective qui change. Les nouveaux musiciens apportent de nouvelles idées, leur vision des choses n’est pas la même et ça devient un produit plus dilué dans un sens, très différent. C’est inévitable car c’est un changement très radical!        

Avec tous ces groupes qui reviennent sur le marché avec des tournées réunion ou des retours sur album, est-ce que l’on peut s’attendre à un retour de Cryptic Slaughter à un moment donné ?

Hahhahha ! Ca n’arrivera jamais ! Je sais qu’il ne  faut jamais dire jamais mais je peux te confirmer, avec un certain degré de confiance et d’assurance que le tout n’arrivera jamais ! C’est dans le même registre que ce qu’a pu dire Ian Mackaye au sujet de Minor Threat. Je ne me compare pas Cryptic Slaughter à Minor Threat mais il faut comprendre que cette scène, c’était un temps, une période très précise avec une scène qui était vive et rafraichissante. Mais maintenant, cette période est terminée ! C’était l’impétuosité de notre jeunesse de l’époque et nous vivions l’intensité de notre jeunesse de cette façon. Aucun membre du groupe ne se raconte des salades en se disant que l’on pourrait revenir pour que le tout soit pareil, tout comme à l’époque car nous savons tous pertinemment que c’était un moment dans notre vie, que nous l’avons vécu pleinement et appréciée mais c’est loin derrière nous maintenant et nous comprenons qu’il est impossible de revivre cette période précise, aussi excitante qu’elle l’a été! Il n’y a aucune raison de le faire. C’est quelque chose qui devait se vivre à cette époque, et d’essayer de remettre le tout en place, ce serait inutile. Une belle perte de temps ! Nous n’avons pas été un groupe très marquant, ce n’est pas comme si la formation originale de Guns N’ Roses faisait une tournée réunion. L’impact sur la scène musicale serait énorme et les impacts monétaires au niveau salarial des membres du groupe aussi. Pour Cryptic Slaughter, ca ne vaut pas la peine. Nous avons tous nos vies maintenant, à quoi bon mettre ça de côté pour aller probablement perdre de nombreux dollars à la poursuite d’une gloire inexistante? Nos avons eu notre période à l’époque, mais tout ça est terminé. En faisant une tournée réunion de Cryptic Slaughter avec les membres originaux, ca serait de ternir le nom et la réputation du groupe !      

Pas le temps de perdre son temps !

Peux-tu nous parler de ton deuxième emploi en tant que gérant et producteur des formations Black Veil Brides et In This Moment pour la firme Mercenary Management?

Ca prend énormément de mon temps car je ne fais pas les choses à moitié. Tout ce que je fais doit être fait sérieusement. Mais pour ce travail, je n’ai vraiment pas le choix. Écoute, je suis responsable de la carrière, de la vie artistique et du travail d’une bonne dizaine de gens ! 

Je regardais le site de Mercenary Management, il y a de nombreux artistes. Tu ne gères pas les autres artistes de la firme comme Goatwhore et Intronaut?

Non, c’est mon partenaire John qui gère les autres groupes.

Quand tu as quitté le groupe de Rob Zombie pour te joindre à celui d’Ozzy, c’était probablement un truc irréel dans un sens. Tu te retrouvais devant un boulot de rêve ; jouer avec l’un des maîtres du métal ! Est-ce que le tout a été difficile d’annoncer à Rob Zombie que tu quittais son groupe pour aller jouer pour Ozzy ?

C’était difficile. L’emploi avec Ozzy était, à la base, en 2003. Mais en 2002, le groupe de Rob Zombie était terminé. Rob voulait poursuivre une carrière comme réalisateur de films. Il a donc remercié tous les musiciens du groupe en annonçant à chacun qu’il y avait une longue pause pour le groupe, d’une durée indéterminée, tu vois ? En annonçant cette nouvelle aux musiciens, ca lui laissait un état d’esprit très clair et libre car il pouvait plonger à fond dans la réalisation de films sans s’occuper du côté musical. Donc, en 2003, il réalisait des films et moi je faisais mes trucs ici et là. Oups ! L’opportunité de jouer avec Ozzy se présente comme par hasard, je rencontre Ozzy, passe un genre d’audition et hop, j’ai le travail ! J’en ai parlé immédiatement à Rob et il était très content pour moi. Il m’a dit que c’était génial et bon pour moi, il m’offre son support le plus complet. Il est fier, il réalise des films et tout ! Par la suite, Ozzy a un vilain accident en 4 roues, où il passe très près de se tuer. Toute la dimension d’une carrière avec Ozzy et les projets de tournée sont donc sur la glace… Je me retrouve le bec à l’eau ! Par la suite, Ozzy a repris du mieux mais il retourne avec Black Sabbath pour le Ozzfest, pendant 2 ans. Pendant ce temps, Rob Zombie décide de remettre son groupe sur pieds et j’embarque. Par le plus pur des hasards, Rob Zombie se retrouve sur le Ozzfest de 2005 avec Black Sabbath en tête d’affiche. Je suis avec Rob Zombie lors de cette tournée comme je te disais et je me retrouve face à Ozzy et son entourage à quelques reprises en disant : « Salut, vous vous souvenez de moi ? L’audition pour le groupe d’Ozzy, il y a quelques années ? »  Et comme par hasard, ils m’ont demandé si j’étais encore disponible car après le Ozzfest avec Black Sabbath de 2005, il y avait quelques concerts de prévus ici et là pour Ozzy Osbourne car il avait décidé de reprendre du service au niveau de sa carrière solo. Black Label Society était de la tournée aussi, il y a eu de bonnes discussions avec Zakk Wylde au sujet de reprendre du service en mode solo. De fil en aiguille, je me suis retrouvé avec ce boulot !  Dans un sens, à ce moment précis, je me retrouvais pris entre deux feux : je devais prendre une décision. Ozzy ou Zombie ? Ce n’était pas facile car dans un sens, c’était grâce à Rob si mon nom avait pris une telle ampleur et une si grande importance, ou notoriété. J’ai été avec lui pendant 8 ans. Je lui dois beaucoup. Sans Rob Zombie, jamais je ne me serais retrouvé dans la mire des Osbourne. Il m’a sorti de l’obscurité et m’a mis sur un chemin plus illuminé grâce à son groupe. Donc, je te reconfirme qu’il n’a pas été facile de lui annoncer que je devais le quitter une fois de plus car cette fois-ci, Rob revenait à la musique. En conclusion, s’il y a bien un gars qui comprend ce genre de décision, c’est bien Rob Zombie car il sait très bien que la business, c’est la business ! Même si le tout le faisait suer, il m’a offert tout son support. Et pour la tournée de 2008, qui se retrouvait sur la même tournée ? Rob Zombie qui ouvrait pour Ozzy Osbourne ! Moi avec Ozzy et mon remplaçant, dans un sens, avec Rob ! Nous sommes encore de bons amis et nous nous encourageons mutuellement dans ce que nous faisons !        

Entendre crier son nom!

Maintenant, vous avez un excellent disque, une tournée an Amérique du Nord, des dates de prévues cet été en Europe dans les plus gros festivals là-bas, de nouveaux musiciens en Gus G aux guitares et Tommy Clufetos aux percussions. Nous avons l’impression qu’Ozzy n’est pas près d’abandonner la scène ! Crois-tu que tout ce sang neuf est la raison qui motive Ozzy à continuer? Que vous êtes une source d’inspiration, que l’impétuosité de la jeunesse des nouveaux membres et ta présence le motive à poursuivre ce rêve métallique?

Je crois qu’il faudrait lui demander mais j’aimerais bien que ce que tu me racontes puisse être vrai ! Probablement que de ton point de vue, c’est ce que tu ressens et peut voir dans un certain sens. J’aime bien croire qu’il veut continuer avec nous et qu’il est motivé par notre présence, j’espère que c’est le cas !

Il y a des rumeurs qui nous racontent qu’un film sur Ozzy pourrait bien se faire. Imagines-tu déjà un acteur pour jouer ton rôle ?

Hahhahha ! Non. Comme tu dois t’en douter, ce film serait plutôt axé sur la période du Ozzy plus jeune. Le film serait plutôt en relation avec la transition entre Black Sabbath et Ozzy en mode solo avec les musiciens des années 80 comme Randy Rhoads. Voir la période plus moderne d’Ozzy, c’est pratiquement impossible, car le temps manquerait. Le studio devrait produire un film épique de 7 heures. Il faudrait que le tout soit une série télé pour que l’on puisse me voir !  

Dernière question car le temps presse. Tu es très près de Sharon et Ozzy. Je crois qu’il serait grand temps d’avoir un arrêt de la tournée Ozzfest à Montréal. Nous avons notre propre festival ici qui se nomme Heavy Mtl. L’an dernier, le Mayhem Rockstar a fusionné avec le Heavy Mtl pour créer la deuxième journée du festival. Ozzfest devrait en faire autant pour 2011 !

Même si Ozzfest est sur la lune, j’y serai ! C’est une tournée fantastique. Tu sais qu’Ozzy aime Montréal. Il me faisait remarquer, encore l’autre jour, que son concert le plus long en tant qu’artiste solo était à Montréal en 2003.

Oui, trois heures de concert. J’y étais !

Hier, nous avons fait deux heures et demie de concert… question de se garder des énergies pour battre son record à Montréal mardi prochain !

www.ozzy.com


Ozzy Osbourne sera en concert ce mardi le 23 novembre au Centre Bell de Montréal avec Halford en première partie !

Pour des billets, cliquez ICI !

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES