BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Ozzy Osbourne avec Halford (Critique du concert)

Yanick Klimbo Tremblay
25 novembre 2010
Le mardi 23 novembre 2010 au Centre Bell de Montréal

Tandis que certains le perçoivent comme un vulgaire hurluberlu ou un toasté du cervelet, Ozzy Osbourne a une fois de plus prouvé aux amateurs montréalais qu’il était bel et bien vivant, en forme, lucide et sain d’esprit. Le Prince des Ténèbres ne peut prendre de pause, il est une bête de scène et pépère Ozzy l’a encore confirmé hier soir en effectuant un autre concert d’une durée incroyable, et ce toutes catégories musicales confondues ! Tout près de 2h30 de concert, ce n’est pas peu dire pour un bonhomme de 62 ans !

En ouverture, une autre légende du domaine métallique, Rob Halford avec son groupe Halford. Deuxième présence sur la scène montréalaise en 2010 car Halford était présent lors du Heavy Mtl 2010, cet été. Le Metal God est apparu sur scène vers 19h30, vêtu d’une flamboyante veste à franges très coquette qui combinait la coupe d’une sortie de bain et le côté équestre du cowboy, pour une prestation de 45 minutes qui était surtout concentrée envers le matériel Halfordien, si je peux m’exprimer ainsi.

La pièce Resurrection a surpris par son intensité mais les pièces du dernier album sont passées dans la margarine. L’énergie a repris un peu de son tonus avec Nailed to the Gun, pièce qui provient de la période du groupe Fight, formation post-Judas Priestienne Rob Halford nous démontrait qu’il était capable d’être aussi vif que Pantera. Halford y est allé d’un triplé de Judas Priest dans la partie médiane de son concert, dont les pièces The Green Manalishi et Jawbreaker. Mais trop peu trop tard pour la grande majorité des gens ! À l’entracte, la plupart exprimait leur mécontentement envers le choix de pièces du groupe. Les musiciens sont solides autant que la voix de Rob Halford qui est dans une forme resplendissante mais l’absence de classiques de Judas Priest en a déçu plus d’un car l’amateur, en cette soirée, venait passer une soirée de type nostalgie, ce qui n’a pas été le cas à 100%

Matériel désuet

C’est compréhensible d’un certain point de vue car lorsque l’on regarde le choix des pièces d’Ozzy, nous pouvons voir qu’il veut faire plaisir à ses fans bien avant de promouvoir son dernier album. Le problème avec Halford est qu’il n’a pas adapté ses 45 minutes en fonction du public vieillissant qui ne le suit pas vraiment avec sa carrière en dehors de Judas Priest, des gens qui connaissent Priest mais qui sont présents pour Ozzy avant tout ! En y allant uniquement de la pièce titre du dernier album, des nombreux classiques de Priest et une pièce de Fight, l’affaire aurait été plus que profitable pour tous et la barre aurait été placée encore plus haute !

Il est maintenant tradition d’avoir, en ouverture des concerts d’Ozzy, un montage vidéo qui met en vedette M. Osbourne qui est transposé dans divers grands succès cinéma ou télé des derniers mois. C’est pourquoi nous avons vu le Prince des Ténèbres dans Jersey Shore rappeler à Snooki quelle sent de l’entrecuisse, se dénudant la poitrine dans Twilight ou dansant à tout rompre dans le clip de Telephone de Lady Gaga.

Comme pièce en ouverture, rien de moins que Bark at the Moon ! Pour une surprise, elle était de calibre! Et les surprises suivront tout au long de la soirée car Ozzy est maintenant chaperonné par une nouvelle équipe musicale en la présence de Tommy Clufetos aux percussions, un ancien membre du groupe de Rob Zombie tout comme son bassiste des dernière années, Rob Blasko Nicholson que j’ai interviewé la semaine dernière, à lire ICI !

Talentueux, nerveux mais heureux…

Mais c’est au niveau de la 6 cordes que les yeux se sont retournés hier car Gus G, le petit souvlaki de Firewind est maintenant le responsable du tordage des accords avec Ozzy ! Une énorme pression doit s’abattre sur ce jeune homme car il doit remplir les souliers imbibés de bière de Zakk Wylde en plus de jongler avec la charge de combler un poste occupé jadis par Randy Rhoads et Jake E Lee… Le jouvenceau s’en sort fichtrement bien, ne manquant pas d’audace dans son jeu, les cheveux bercés par le vent et les solos se suivant les uns après les autres. Est-ce que la présence de Gus G au sein de l’équipe d’Ozzy fait en sorte que certaines chansons plus caramélisées du répertoire d’Ozzy se retrouvent en format concert ?  Le règne de Wylde maintenant au loin, il y a du changement dans un sens. Avec lui, on savait à quoi s’attendre et quoi ne pas s’attendre ! Le matériel plus moelleux d’un album comme Ultimate Sin n’était pas possible mais hier, nous avons eu droit à Shot in the Dark et Killer of Giants, deux pièces qui proviennent de ce disque.

Ozzy a toujours eu un claviériste sur scène mais bien souvent, il était caché derrière les enceintes acoustiques, les amplis ou la batterie. Avec Adam Wakeman, la dote a changé car en plus d’être visible sur la scène, on le retrouve au devant à quelques reprises, guitare à la main, pour venir compléter certaines parties musicales. Est-ce que Wylde empêchait ce type de présence de la part de ce type, question de ne pas être éclipsé ? J’espère que non !

Autres temps, autres mœurs !

Public vieillissant certes mais l’énergie déployée par la foule n’avait d’égal que l’âge des participants réunis. Certains croyaient revivre les beaux jours de l’époque des concerts du Forum et il n’était pas rare de voir certaines personnes quitter plus tôt la soirée pour des raisons d’abus de toutes sortes… Public hétéroclite, trois générations jouaient du coude en cette soirée. Deux rangées devant moi, un jeune homme a commencé à dormir aux environs de la troisième pièce, confortablement évaché sur sa copine tandis que sa mère dansait et que son voisin de banc lui, a passé le concert sur son IPhone a gossé sur des pages Wikipedia et gugussé sur son Facebook !

A 62 ans bien sonnés, il est évident qu’Ozzy n’a plus la voix de sa jeunesse mais ce qui lui reste est tout de même durable. Il n’y a qu’un seul moment où j’ai vraiment senti un ajout dans le mix au niveau d’une petite modification, un ajout du gars des voix (le frère du gars des vues) lors du refrain de la pièce Let Me Hear You Scream, une pièce qui, à la base, est d’une complexité exemplaire !

Il est inévitable que des pièces de Black Sabbath ont été jouées et hier soir, Fairies Wear Boots, War Pigs, Iron Man, NIB, Rat Salad, Into the Void et Paranoid sont les pièces qui ont suscité le plus grand enthousiasme de la part des 15000 personnes présentes. Tandis que Fire in the Sky est la seule ombre au tableau grâce à une liste de chansons géniales qui réunissait uniquement que les classiques !

Toujours aussi intense sur scène, Osbourne s’est une fois de plus amusé à asperger de mousse les gens dans les rangées du devant mais surtout, il s’est amouraché d’un agent de sécurité du devant de la scène. Le gars a reçu des hectolitres de mousse et d’eau sur ses épaules. Loin d’être un frêle jeune home, il a semblé ébranlé à quelques reprises, comme vous pouvez le voir sur ma vidéo aux environs de 5 minutes et 20 secondes… en continuant!

 

Rien n’est parfait…

De mon point de vue, le seul hic pour ma part, ce sont les solos individuels car je ne suis pas un grand fan de telles performances mais s’ils permettent au grand Ozzy d’aller siroter son thé en arrière avec Sharon, pour revenir plus tard pour une autre série de chansons, j’en suis ravi ! Malgré tout, le solo de batterie était bien spectaculaire avec la plate-forme qui s’est élevée à quelques dizaines de pieds dans les airs.

Satisfaction atteinte avec des pièces comme Shot in the Dark comme je l’annonçais plus haut mais aussi Flying High Again, Crazy Train comme de raison et Suicide Solution !

Était-ce la dernière présence d’Ozzy à Montréal ? Il me semble que je me posais la même question, il y a trois ans, lors de sa dernière visite. Il tend à nous faire croire qu’il est immortel ou que la drogue a des effets bénéfiques sur le corps humain, n’est-ce pas ?

Remerciements à Christine Montreuil chez Evenko !   

   

2 commentaires
  • Pierre-Luc
    25 novembre 2010

    ta ben raison, Halford était plate je pense, pas assez de vieilles tounes mais ozzy a cassé la barak

  • larry
    25 novembre 2010

    J’ai trouvé qu’Halford avait été ben plate aussi au Heavy MTL.Je trippe pas ben ben sur ses trucs solo.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES