BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Forbidden: Le plus qu’excellent « Omega Wave » en critique et Marco Minnemann avec Dream Theater?

Yanick Klimbo Tremblay
20 décembre 2010

Forbidden
Omega Wave
Nuclear Blast

Ca sonne tellement faux et prétentieux lorsqu’un groupe qui revient nous annonce que leur nouveau disque est probablement ce qu’ils ont fait de mieux en carrière, il est normal que le groupe désire capitaliser sur ce retour mais qu’arrive-t-il lorsqu’ils ont raison?

Forbidden semble bien avoir réussi à nous présenter leur meilleur album à vie. Il est certain que les nostalgiques diront que rien n’arrive à la cheville du premier album Forbidden Evil ou le deuxième, Twisted Into Form mais il faut se rendre à l’évidence qu’Omega Wave est l’album qui créé le lien parfait avec le passé car ce disque est truculent et aucunement passé date! Il nous fait même oublier Green et Distortion, deux albums qui ont laissé les amateurs avec un arrière-gout assez désagréable dans le fond de la bouche.

La formation Forbidden provient de San Francisco et a eu sa part de succès à la fin des années 80 et début 90. Tout comme bien d’autres groupes métal de l’époque, ils ont été victimes de l’ouragan grunge qui a annihilé le métal de cette période, le reléguant aux oubliettes pour se vautrer dans l’underground pendant quelques temps. Avec les demandes et la vague des nombreux groupes du passé qui reviennent sur la carte après une pause, Forbidden a sauté sur l’occasion pour donner quelques concerts et pour préparer un nouvel album par la suite.

Le résultat est Omega Wave, un album de thrash métal conventionnel au gout du jour, moderne mais aucunement aseptisé. La marque de commerce du groupe est toujours omniprésente sur toutes les pièces de l’album car le tandem de guitares fait rage, la batterie pointe la rythmique, la basse roule la chamade et la voix de Russ Anderson est toujours aussi perçante mais point agressante!

De véritables hymnes thrash rehaussés par une certaine technicité sont proposés sur cette belle rondelle. La plus grande surprise demeure Dragging My Casket qui combine la rudesse du thrash métal avec la mélancolie du métal conventionnel. Parlant de combinaison, la pièce Hopenosis met sur table des mélodies sombres qui peuvent même rappeler ce que fait Alice In Chains par la présence de la voix courroucée mais juste de Russ Anderson sur les intonations des guitares du doublée Locicero et Smyth.  

À la base, l’amateur veut entendre une véritable boucherie sonore comme dans le temps de Chalice of Blood ou Step By Step, vous ne serez pas laissés sur votre appétit avec des chansons comme Forsaken at the Gates qui suit immédiatement l’introduction, Behind the Mask qui offre un retour vers le passé plus qu’évident et la pièce titre qui est une explosion de riffs dévastateurs qui se complètent les uns après les autres!

Avec ce disque, nul ne se trompe, je vous en passe un papier!

www.myspace.com/forbiddenofficial

*** 

Marco Minnemann avec Dream Theater?

Il semblerait que Dream Theater ait trouvé son nouveau batteur. En effet, une rumeur court sur le net depuis que le site metalsucks.net a rapporté l’information. Jordan Ruddess, le claviériste du groupe, a participé à une séance d’improvisation avec Minnemann et le guitariste Jordan Jacubovic la semaine dernière.

Chimie intéressante et 1+1 donne encore deux si je comprends bien. Minnemann n’est pas non plus un batteur qui se néglige. Il possède un style incomparable et pour l’avoir vu détruire les peaux aux Foufounes Électriques en compagnie de Necrophagist, je peux vous assurer que ce gars est un candidat au potentiel très élevé.

La preuve que ce candidat a un énorme potentiel, ce vidéo ICI!

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES