BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Mado Lamothe: Le stressant « Full Mado Le Remix album » en critique (Série d’albums qui se sont retrouvés dans ma pile comme par magie…)

Yanick Klimbo Tremblay
23 décembre 2010

Mado Lamothe
Full Mado Le Remix album
Star/Select

J’imagine que pour embarquer dans la folie Mado, il faut être un aficionado de ses soirées et de son cabaret car en tant que néophyte de la drag-queen, je ne vois aucun intérêt à l’entendre massacrer des chansons du répertoire franco-québécois, français et même international. Les habitués de son club doivent se bidonner jusqu’à ce que le duodénum explose mais en tant que non-initié, j’ai trouvé l’exercice sonore excessivement pénible. La mathématique avec ce disque est de s’accaparer des chansons du passé, un concept qui jouit d’une popularité au Québec depuis de longues années et de les faire tenir en orbite autour du domaine folichon qu’offre Mado et ses copines. Les thèmes sont très saligauds, sexy et coquets, le tout entrecoupé par de petits sketches humoristiques qui mettent en vedette la drag-queen dans des situations loufoques mais qui demeurent dans la palette de l’insight entre copines de son club ou entourage.

Lorsque Mado reprend Dur Dur d’être un Bébé de Jordy (l’enfant-star français qui a fait un méga tube en 1991 avec ses tribulations de bambin) en remplaçant le texte par Dur Dur d’être une Drag-Queen, j’imagine que la blague doit être hilarante lorsque l’on est dans le milieu de la moumoute affriolante bleu pet mais pour le commun des mortels, c’est aussi pénible qu’une vasectomie pratiquée par un chirurgien souffrant de cataracte. Avec Téléphone Mon Bijou (Full Matante Mix) de Plastic Bertrand, on peut conclure rapidement que c’est aussi déplaisant que la version originale. Il y a aussi l’insoutenable Rap de Minifée (Full Yo Mix) qui te donne l’urticaire dans le creux du genou ainsi que la version merengue/moderne de L’Amour est Dans l’Air (Full Pit Pit Mix) qui te scie les phalanges en douze par ses nombreuses rythmiques piano bar. En reprenant Touch Me de Samantha Fox en version lounge, on se rend compte qu’il n’y a pas que les Lost Fingers qui sont pourvoyeurs du mauvais goût au Québec.

La plupart des textes sont retouchés de sorte que Mado puisse envoyer ses commentaires à tout moment donné entre deux couplets. De plus, il faut avouer d’emblée que Mado Lamothe n’a pas la voix la plus charmante de la colonie artistique québécoise… imaginez pendant 10 chansons et 3 sketches !   

Donc, pourquoi sortir un disque complet qui ne vise qu’une légère portion du territoire montréalais ? Comment une compagnie de disques analyse-t-elle un projet aussi casse-gueule ? Est-ce qu’une sortie indépendante aurait été plus que souhaitable pour ce disque, question de garder le tout entre initiés ? Des exercices musicaux du genre, il y en a de nombreux sur le marché, des trucs qui demeurent insulaires et dirigés vers de petits marchés. Ca me rappelle mes années comme disquaire lorsque l’on recevait des albums de Stompin’ Tom Connors au magasin de Chicoutimi, un chanteur doté d’une popularité incommensurable dans les Prairies canadiennes mais qui ne vendait même pas une seule unité dans l’est du Québec!

Si au moins le produit était intéressant, je ne dis pas mais c’est de très mauvais goût à la base ! Et ne venez pas m’invectiver en m’écrivant que je suis un homophobe ou drag-queenophobe, j’aime Scissor Sisters après tout !

Une grosse parodie beurrée avec trois pouces de make-up et des souliers Patof

www.mado.qc.ca

3 commentaires
  • ElDiablo
    16 janvier 2011

    Encore un raté de critique / musicien frustré, qui a travers son blog poche démolit ceux qui se donnent la peine de faire quelque chose avec leur talent, aussi limité soient-ils.

    Avec internet, tous les débiles, losers, de la terre ont leur tribune. Marvelous darling.

    Continu a aimer tes Scissor Sisters, sale taré (homophobe) crasseux du Saguenay.

  • ElDiablo
    16 janvier 2011

    Et surtout n’oublis pas d’exercer tout le piètre pouvoir que tu as et de flusher mon commentaire.

    Tu seras ainsi certain que personne après moi ne pourras ‘critiquer’ ton jugement.

  • Yanick Klimbo Tremblay
    16 janvier 2011

    Hum.. le Saguenay n’est point crasseux, c’est pas fin ça….

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES