BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Ghost: L’album « Opus Eponymous » en critique et l’Extreme Brutality Fest III présente sa programmation!

Yanick Klimbo Tremblay
9 janvier 2011

Ghost
Opus Eponymous
Rise Above/Metal Blade

Renaissance sonore pour le doom antique. Celui qui date de la fin des années 70 et du début des années 80. Ghost, c’est une sonorité vieillotte mais qui a bien vieilli. La musique, c’est un cycle n’est-ce pas ? Tout ce qui a vécu revivra dans un sens. Cette année risque d’être très forte en doom métal de la vieille école avec la présence de gros joueurs sur la mappe avec les productions offertes par Rise Above et autres étiquettes de disques plus mineures, on peut déjà prédire que les groupes comme Electric Wizard et Ghost seront en tête de liste en fin d’année pour l’obtention de l’album de l’année, je vous aurai prévenus !

Ghost est un groupe originaire de Suède. C’est l’anonymat le plus complet, le groupe ne nomme aucun des membres qui prennent part au projet, le tout demeure un secret. En concert, et il y en a que très peu, les membres du groupe sont masqués et le chanteur porte une tunique papale en plus d’être maquillé comme Skeletor, l’ennemi juré de He-Man ou si vous préférez, Michale Graves, l’ancienne voix des Misfits.

Mais pourquoi autant de mystère entourant les membres du groupe ? C’est un peu la même histoire que celle de Slipknot au début de leur carrière ; celle de garder le message plus important que le messager ! Aussi, certains blogueurs métalliques et autres experts en la matière croient que le groupe serait compris de musiciens jouant dans d’autres groupes majeurs ne voulant pas voiler ou masquer d’un ombre opaque la popularité de leur groupe principal au-dessus de ce projet !

Musicalement, à la première écoute, je croyais avoir dans les oreilles un album perdu de Mercyful Fate ou même, un de Black Rose, le premier groupe de King Diamond. Ce n’est pas heavy d’un point de vue pesanteur métallique, vigueur aux percussions. C’est très musical, atmosphérique, douillet et psychédélique avec de nombreuses incursions à l’orgue. C’est même un peu quétaine par bouts mais tellement accrocheur. 

Sur des airs pacifiques chantés goulûment se cachent de nombreux sujets ténébreux. Les sujets entamés par le groupe sont en relation avec le Malin avec un grand M mais jamais de manière extrême et violente. Les textes demeurent ludiques, tout comme lors des premiers balbutiements métallo-sataniques de l’époque visée. Vous aurez vraiment l’impression d’entendre un truc musical qui date d’au moins 30 ans !

Convaincus ? Avec des pièces comme Satan Prayer vous succomberez, la ride de basse au début de Con Clavi Con Dio suivie de l’orgue vous fera sourire mais à la fois vous donnera la pétoche ! Ritual risque de vous remettre en tête les anciens succès provenant de la collection de votre cousin qui rockait en 1984 et vous terminez le tout en mode hallucinogène avec l’instrumentale Genesis qui aurait pu être une pièce du groupe du même nom sur l’album Selling England By the Pound !

Premières écoutes, difficiles ? Donnez une autre chance au groupe, je vous le dis, c’est une dépendance musicale!

L’album sera en vente dès le 18 janvier !

www.myspace.com/thebandghost


 

Extreme Brutality Fest III, les groupes annoncés !

 

C’est le 18 février ainsi que le 19 février qu’aura lieu l’Extreme Brutality Fest qui en est à sa troisième édition. Festival métal saguenéen qui met en vedette autant des artistes d’envergure mondiale que locaux, cette initiative est l’œuvre du producteur régional Black Dominion.

Lors de la soirée du vendredi 18 février, l’affiche proposée est beaucoup plus brutale avec Fuck the Facts en tête d’affiche précédé par Who Cares ? une formation grindcore excessivement vigoureuse qui allie la finesse de la vieille école d’Earache avec la précision des artistes modernes qui font partie de l’écurie Relapse !  Aussi présents lors de cette soirée sont les formations Butchery Cadaverous et Exciser, deux autres groupes saguenéens qui varlopent leur métal correctement.

La soirée du samedi 19 février sera plus portée sur la nostalgie avec Soothsayer, groupe mythique de Québec qui a effectué un retour il y a quelques années, question de démontrer que le thrash métal ne prend pas de repos ! Aussi, les spatiotemporels rockeurs au cœur tendre XspendX vous feront vrombir grâce à des pièces musicales magiques interprétées par des musiciens qui se comportent comme de vilains coquins ayant une attitude très bitée dans leur pantalon moulant tout en arborant une chevelure aux douces émanations parfumées, comme dans les années 80 ! En ouverture, deux autres formations du coin dont Inner Control et Kriegerisch.

C’est à la Place Nikitoutagan que le tout se déroulera et le prix est excessivement modique : seulement 15$ pour une passe de deux jours ou 12$ à la porte, par soirée ! Aie, 15$ c’est le prix de deux pizzas Delissio !

Pour connaitre les points de vente pour vous procurer des billets, voyez l’affiche au bas ou visitez la page Facebook de l’événement ICI !

2 commentaires
  • Martin
    10 janvier 2011

    Ta plume est superbe klimbo et j’écoute tout le temps ce que tu propose mais ghost cest pas tres bon, cest trop vieux et depassé. je suis ouvert en general mais ca je ne peux pas parce que cest ben trop mauvias

  • Yanick Klimbo Tremblay
    10 janvier 2011

    Chacun doit avoir ses goûts, je suis bien d’accord avec ça! Merci pour les bons mots et pour les commentaires Martin!

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES