BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Witchsorrow: Critique de l’album éponyme, Agalloch à Montréal ainsi que Marduk et les Pixies!

Yanick Klimbo Tremblay
20 janvier 2011

Witchsorrow
Witchsorrow
Rise Above/Metal Blade

On dirait que lorsque le doom métal vient d’Angleterre, c’est nettement meilleur. J’ai l’impression… et il y a quelques exceptions mais en général, rares sont les groupes de doom anglais qui sont mauvais. C’est le cas avec cette formation anglaise, un trio avec une damoiselle à la basse, qui propose son premier album, une réédition de ce disque paru de manière indépendante à l’origine. Ce groupe existe depuis 5 ans et l’album comporte cinq chansons…

Une par année ? Non, tout de même, il ne faut pas calculer le tout de cette manière. Chaque pièce est longue, agonisante et langoureuse comme il se doit dans le doom. Les cadences patibulaires sont supportées par une voix âcre et courroucée. Des traces de Black Sabbath sont audibles comme de raison mais aussi quelques trucs plus ténébreux comme Pagan Altar ou Witchfinder General tracent leur chemin dans les influences du groupe.

C’est la pièce Gomorrah qui est la plus rythmée et rapide des cinq, et étrangement la plus courte avec ses 6 minutes et quelques secondes. Pour le reste, c’est comme un aller-simple vers les ténèbres !

Pour fanatiques du genre uniquement !

www.myspace.com/witchsorrowdoom

 

Agalloch s’arrêtera à Montréal!

 

C’est le 24 mars au Café Campus que le groupe américain Agalloch effectuera son premier véritable arrêt à Montréal. Formation plutôt timide, le groupe n’a jamais vraiment fait de tournée, préférant le doux confort du studio.

Agalloch s’est mérité le prestigieux titre d’album de l’année selon les scribes du magazine Decibel pour l’année 2010. Groupe culte par excellence, il est important de mettre un X sur son calendrier car cette visite unique risque d’être un monument dans le temps étant donné leur absence relative du circuit des tournées!

Marduk diabolisera Montréal!

Le groupe black métal Marduk sera de passage à Montréal au Café Campus le 29 mai 2011 avec Black Anvil, Aura Noir, Panzerfaust et Hod. Après de nombreux refus avec les années, le groupe suédois est maintenant apte à passer nos fameuses douanes canadiennes!

Un petit conseil, garochez-vous sur les billets car ils risquent de partir assez rapidement!

Pixies à Montréal, eh oui!!!

evenko et Greenland sont fiers de présenter les Pixies pour deux soirs au Métropolis les 13 et 14 avril prochain!

Forts de leur nomination au Grammy pour l’édition de collection de l’ensemble «uber-box» de Minotaur, les Pixies amèneront leur tournée «Doolittle» dans 13 villes canadiennes dont deux soirs à Montréal les 13 et 14 avril.

Avant de débuter leur tournée canadienne, les Pixies ne manqueront pas de regarder les Grammy Awards le 13 février prochain pour voir si Minotaur Deluxe Edition remporte le trophée du «Meilleur Ensemble Édition Spéciale». Minotaur, qui a été lancé l’été dernier, est une édition de collection contenant les 5 albums du groupe sur CD, DVD et Blu-Ray, un DVD et Blu-Ray de la performance des Pixies au London’s Brixton Academy en 1991, ainsi qu’un recueil de 54 pages des projets artistiques du légendaire designer Vaughn Oliver et du photographe Simon Larbalestier, le tout emballé dans un magnifique étui. Ce projet est le premier projet des Pixies à recevoir une nomination aux Grammy.

Lors de la tournée «Doolittle», les Pixies, Black Francis, Kim Deal, Joey Santiago et David Lovering, présenteront toutes les chansons de leur album classique de 1989, Doolittle, incluant «Weird at My School», «Dancing the Manta Ray» et «Bailey’s Walk». Doolittle, le troisième album du groupe et le premier à faire partie du palmarès Billboard, inclut des classiques tels que «Debaser», «Wave of Mutilation», «Here Come Your Man», «Hey» et «Gouge Away».

Une production cinématographique imaginative a été créée spécialement pour la tournée «Doolittle». Conçu par l’éclairagiste Myles Mangino et le designer Paul Normandale, le décor présente quatre immenses sphères ressemblant à des yeux ondulés, installées en dessous des supports d’éclairage et étant intégrés dans l’éclairage du spectacle. Les cinématographes Judy Jacobs, Tom Winkler, Brent Felix et Melinda Tupling ont été recrutés pour créer 11 films pour la production. Les films sont projetés sur des écrans vidéo massifs et accompagnent 12 des 21 chansons présentées dans le spectacle.

À titre d’exemple, les accompagnements visuels pour «Debaser» proviennent d’une compilation nommée «Forbidden Images». Les magnifiques images en noir et blanc des années 1920 mettent à l’affiche le début de l’émancipation des femmes, présentant l’enjouement, la féminité et la sensualité de celles-ci. Ces images, trop progressives pour leurs temps, avaient originalement été bannies des cinémas.

Pour «Here Comes Your Man», un écran séparé en quatre présente un plan rapproché des membres du groupe dansant au rythme de la chanson, pendant «I Bleed» on peut voir du sang couler le long de l’écran, «Hey» présente des animations faites à la main par l’animateur hollywoodien Tom Winkler, les nuages, les trous noirs et l’arrogance de l’humain détruisant le planète sont les focus de «Monkey Gone to Heaven», alors que «La La Love You» est une œuvre hilarante mettant en vedette un cœur avec des jambes. 

Le concert débute en présentant le court-métrage surréaliste de 1929 «Un Chien Andalou» produit par le Luis Bunuel et Salvador Dali. C’est ce film qui a fournit l’élan créatif à Black Francis pour écrire «Debaser».

Les Pixies ont perfectionné «Doolittle» dans les derniers 20 mois, en débutant la tournée au Royaume-Uni et en Europe à l’automne 2009, jouant à guichet fermé en Irlande, en Écosse, à Frankfurt, Amsterdam, Bruxelles, Paris et devant plus de 20 000 fans lors de 4 concerts à Londres. En novembre 2009, la tournée se transporta en Amérique, où le groupe s’est produit à plusieurs reprises à guichet fermé de Los Angeles à New York, en passant par Chicago et à nouveau à l’automne 2010 alors qu’ils ont traversé le pays. La tournée a  reçu 5 étoiles dans le Times de Londres. Le Guardian, le Independent et la presse américaine ont aussi adoré le spectacle : «The Pixies continuent de nous impressionner», «Un spectacle complet qui met la musique en avant-plan», «une joie presque indescriptible», «leur performance «live» ne laisse aucun doute, ils sont aussi animés et connectés qu’ils l’ont toujours été. Si non plus.»

Ne manquez pas les Pixies au Métropolis les 13 et 14 avril prochain! 

www.pixiesmusic.com

Billets disponibles à la billetterie du Métropolis ou à tous les comptoirs Admission
Par téléphone: (514) 790-1245 ou 1 800 361-1245
Commandez en ligne: www.admission.com ou  www.evenko.ca
Prix par billet: de 52$ à 61,55$

En vente le samedi 29 janvier dès midi !

Un commentaire
  • Jean-Fred
    21 janvier 2011

    wow, sen fait de la nouvelle! les billets pour marduk c’est quand pis ou?

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES