BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Kylesa : Vrombissements dans les tympans (retour sur le concert avec Fight Amp et Rosetta)

Yanick Klimbo Tremblay
26 janvier 2011
Le lundi 24 janvier 2011 au Il Motore de Montréal

Comme une personne âgée au WacDonald sirotant café et dégustant une frite, je pourrais vous parler de la température ambiante de ce lundi soir. C’étions très frette, les lèvres nous collaient si nous ne parlions pas et le frimas contestait le territoire sur nos barbes vétustes mais rien ne pouvait nous empêcher de nous rendre au concert de Kylesa, qui offrait une première visite en ville depuis leur passage en ouverture de Mastodon au National en 2009.

Maintenant attriqué d’un tout nouvel album du nom de Spiral Shadow, le groupe originaire de la Georgie aux Etats-Unis a bravé lui-aussi le grand froid québécois pour nous présenter son savoir-faire. Nous avons manqué la formation locale en ouverture mais nous sommes arrivés à point pour la prestation de Fight Amp, trio puissant qui combine la hargne du punk en symbiose avec l’amertume du métal. Avec une basse bien fuzzée et des cris éraillés, les cartes étaient en place pour une soirée intéressante.

Prochaine formation à fouler les planches, et le terme planche est bien choisi pour décrire la scène du Il Motore, est Rosetta qui a proposé un métal post-rock aux forts soupçons de Neur-Isis. J’ai commencé à suivre ce groupe dès le premier album et la possibilité de les voir en concert en ce lundi était le facteur de motivation qui m’a fait bouger le derrière de mon sofa. Rosetta use de crescendos très bien ficelés qui font grimper l’intensité comme il se doit dans ce genre de métal. L’utilisation de séquences ambiantes sortantes tout droit du portable du chanteur Mike Armine nous donnait l’impression que la sonorité était poussée au maximum de ses capacités. Le système sonore de l’Il Motore a été poussé au summum de ses possibilités ce soir avec la présentation de ce concert. Rosetta l’a titillé tandis que Kylesa l’a achevé…

Kylesa est une formation intrigante en concert pour une raison très évidente qui est celle d’avoir deux batteurs à l’unisson qui battent les peaux. L’expérience sur album est enivrante mais on ne porte pas véritablement attention aux subtilités offertes par le combo percussif. Ce soir, je me suis rivé les deux pieds devant la scène pour pouvoir apprécier le tandem. Le résultat est plus que surprenant lors d’une pièce comme Said & Done qui nous permet de voir et surtout d’entendre la rythmique prendre son véritable élan avec la dualité offerte entre les deux percussionnistes qui jouent bien souvent la même mesure mais avec quelques changements pratiquement imperceptibles à l’oreille uniquement mais en le voyant, le tout nous frappe !

Le groupe a pigé dans son répertoire pour offrir une soirée où les interactions vives avec la foule entre les pièces étaient plutôt rares. Phillip Cope aux guitares en plus du chant troque son instrument à quelques moments pour zigonner avec des claviers et taper sur des toms pour offrir une portion plus tribale et intense aux pièces ; une opération qui se répète aussi avec Corey Barhorst à la basse, quoique ce dernier soit plus hyperactif que son compatriote de la 6 cordes. Pour ce qui est de Laura Pleasants, elle se concentre sur son jeu à la guitare les yeux fermés hypnotisée par la musique de son groupe et prête sa voix à quelques reprises.

La petitesse de la place doublée par une qualité sonore plus que désuète n’a pas permis de bien apprécier toute la richesse musicale offerte, du moins par les deux derniers groupes de la soirée. Les batteries n’étaient pas amplifier pleinement ainsi que les toms et autres instruments de percussion utilisés par Cope et Barhorst.

Soirée à guichets fermés, il ne serait pas étonnant de voir Kylesa revenir cet automne dans une salle plus grande avec un système de sonorisation plus adéquat pour les besoins du groupe car pour pouvoir apprécier la musique du groupe, on doit s’attendre à certains standards. Les deux derniers albums du groupe ont obtenu la consécration autant de la part des critiques que des amateurs de métal/punk/sludge un peu crusté  un peu partout en Amérique et ailleurs sur la planète.

Ne reste plus qu’à espérer une salle plus convenable la prochaine fois ainsi qu’une température plus clémente !

Remerciements à Blue Skies Turn Black


Photos de Kristof G, Charles L et moi  

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES