BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Phobia: l’incisif mini-album « Unrelenting » en analyse

Yanick Klimbo Tremblay
31 janvier 2011

Phobia
Unrelenting
Relapse

Dans la catégorie pionniers du grindcore, Phobia a une place très élevée dans la liste. Groupe culte, les premières traces remontent au début des années 90 lorsque ce genre connaissait ses véritables premiers balbutiements. Avec ce mini-album de 17 morceaux en moins de 15 minutes, on reconnait la facture du groupe qui ne s’est jamais vraiment permis de dépasser la marque magique des 2 minutes par chanson… et ce n’est pas ici que le tout se concrétise. Brutalité, écorchement musicaux et une exécution qui démontre encore que même 20 ans plus tard, ce groupe immortalise encore tout ce qui peut vous crisser à boutte au niveau politique, humain et sociaux !

Les aboiements de Shane Mclachlan sont toujours aussi extrovertis et on ressent l’amoncellement de haine, ce que l’on appelle une écoeurantite ici, dans son chant. Même si l’on ne peut vraiment percevoir ou ouïr les paroles, on imagine que le tout n’est pas politiquement correct ni à l’eau de rose.

Unrelenting est une production de la vieille école mais n’a pas cette sonorité cacane que certains groupes aiment bien garder, question de démontrer la pureté de la chose. Je ne peux pas m’attarder à quelques pièces en particulier et c’est la beauté de la chose car ce EP se prend complètement pour ce qu’il représente, chaque pièce ou partie est vitale et même virale à cette dose de chaos!

www.myspace.com/phobiagrindcore

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES