BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Sirenia: l’album « The Enigma of Life » en critique

Yanick Klimbo Tremblay
6 mars 2011

Sirenia
The Enigma of Life
Nuclear Blast

Le métal qui comporte des sérénades empreintes de noirceur néo-gothiques, délivrées par une charmante cantatrice, il n’y a pas seulement au Québec où l’on aime passionnément. En Europe, c’est fort ! Justement, Sirenia est entré dans le top 100 allemand et suisse avec son dernier album, The Enigma of Life.

Mené par l’ancien chef des troupes de Tristania, Morten Veland, le groupe Sirenia nous replonge dans leur univers néo-gothique avec en surplus, une dose de métal et les subtilités de musique classique d’usage.

Sirenia fonctionne en tant que duo, Morten Veland fait tout au niveau technique, composition et instruments à l’exception du violon tandis qu’Ailyn s’occupe des voix féminines. Une tâche des plus ardues qui peut paraitre comme un immense trip égocentrique mais qui est plutôt une aventure menée par deux êtres qui veulent guider leur barque à leur manière. 

Les cartes sont mises dès la première chanson de l’album, The End Of It All, qui est très up-tempo, entrainante et enjôleuse. La voix d’Ailyn nous envoûte et nous sommes sous le charme car la belle espagnole ne pousse jamais trop son instrument vocal, elle reste dans des tonalités très acceptables à l’oreille comme sur la suivante Fallen Angel ou la plus tranquille This Lonely Lake.

C’est avec des chansons comme All My Dreams que la dimension plus lourde débute car cette pièce propose un riff très opaque en ouverture pour ensuite, laisser couler le tout de manière plus crémeuse, plus angélique et soyeuse. Sur Darkened Days To Come, nous retrouvons une dimension plus électronique et la voix masculine de Morten Veland vient proposer une dualité intéressante en chevauchant celle d’Ailyn tout comme sur la chanson Coming Down où l’on retrouve même une voix plus hargneuse de la part de Veland.

Linéaire, The Enigma of Life est une célébration musicale où l’on retrouve des rythmiques qui demeurent d’une accessibilité désarmante, un production épicée par la touche personnelle de Veland qui reste un expert dans le genre, qui arrive encore à bien doser les coups métalliques, les chœurs glorieux et les arrangements classiques comme sur la pièce Fading Star qui est celle qui ressort vraiment du lot car elle est l’accumulation de tous les éléments mentionnés plus haut.   

Caramélé jusqu’au bout des orteils, ce n’est pas pour toutes les oreilles, que pour les plus onctueuses qui préfèrent la pudeur du métal plutôt que son côté exhibitionniste !

 www.sirenia.no

Un commentaire
  • seb
    7 mars 2011

    Je vais te donner une mention spéciale pour avoir écouté l’album au complet.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES