BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

DevilDriver: L’album « Beast » en analyse et Arch Enemy, le nouvel album s’en vient!

Yanick Klimbo Tremblay
8 mars 2011

DevilDriver
Beast
Roadrunner/Warner

Avec ce disque, DevilDriver fera taire ses détracteurs… et moi le premier ! Si certains métalloïdes ont toujours eu une certaine aversion envers le groupe en croyant que Dez Fafara, ancien leader de Coal Chamber, profitait de la mort de son ancien groupe pour sauter sur un wagon métallique pas mal plus costaud, attriqué avec ses t-shirts de Venom après l’avoir vu avec ses costumes flamboyants qui faisaient pâlir d’envie Michael Jackson, vous vous ferez clouer le bec par Beast, j’en suis certain !

Ce disque présente une formation solide et tricoté serrée capable de présenter du matériel qui allie la finesse métallique, la précision de la brutalité tout en étant un disque très accrocheur. Avec ce cinquième album, il enterre définitivement Coal Chamber qui n’a offert que trois galettes en carrière et par le fait même, les comparaisons s’estompent car Beast est une mise-au-point qui ne nous fait plus douter sur la véracité de Fafara comme leader d’une des formations de métal les plus vicieuses de la scène métallique nord-américaine.

En insérant l’album dans votre lecteur, vous avez en guise d’introduction Dead to Rights qui présente un riff monstrueux avec un picking qui rappelle celui sur Bleed de Meshuggah. Toujours en furie, le groupe vous plonge le tête dans le pit avec un hymne digne des meilleurs « murs de la mort », une spécialité du groupe, avec la chanson Bring the Fight ( to The Floor) et les mesures de brutalité concises se poursuivent jusqu’à la cinquième chanson, Talons Out (Teeth Sharpened) qui est le plus expérimentales du lot avec ses rythmiques à la guitare qui possèdent une sonorité hallucinante et même cauchemardesque, le tout délivré sur un roulement de percussions plus rondouillardes.

Le groupe reprend le bufflon par les cornes immédiatement après avec la pièce You Make Me Sick qui, malgré une intro plutôt lancinante, est aussi fougueuse qu’un tour de sécheuse pour une figurine GI Joe ! Et c’est comme ceci jusqu’à la toute fin car ce disque est méthodique, les pièces sont bien définies et habillement balancées.

Ca risque de brasser dans les mosh pits cet été lorsque le groupe sera en tournée car avec un album aussi solide et édifiant, lorsque leurs hymnes à la déchéance physique déferleront, les coudes seront portés hauts !

www.devildriver.com

 

Arch Enemy offre la pochette de leur 9e album !

Oui, un neuvième album ! Il s’en passe du temps dans le domaine métallique car il me semble qu’Angela n’est avec ce groupe que depuis 5 ans mais non, Khaos Legion marque bel et bien sa sixième présence en 10 ans sur un album du groupe, ou cinquième si vous estimez que The Root of All Evil  n’est pas vraiment un album  original étant donné que ce disque ne proposait que des versions plus modernes de l’époque de Johan Liiva.

Disponible au mois de mai, Khaos Legion est un album très attendu en 2011. La pochette, qui présente les membres du groupe en version post-apocalyptique, est une œuvre de Brent Elliott White, un artiste qui a déjà travaillé avec Death Angel et Megadeth. Pour ce qui est de la production du disque, le tout a été enregistré par Rickard Bengtsson, qui avait déjà travaillé avec Arch Enemy sur Doomsday Machine.

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES