BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Buckcherry et Papa Roach : Images du concert à Montréal (Photos de Christina Greschner)

Yanick Klimbo Tremblay
17 mars 2011
Le mercredi 16 mars 2011 au Métropolis de Montréal

Visiteurs très rares qui se présentaient le museau hier soir à Montréal ; Buckcherry et Papa Roach ! Deux groupes qui ont déjà eu une cotte de popularité plus puissante vers le début des années 2000 mais qui maintient le cap avec de nouveaux albums, des chansons accrocheuses et comme nous l’avons vu hier, des prestations solides. Christina Greschner, la mère coquerelle, était encore une fois dans le pit pour prendre des photos très rock !

 

Buckcherry est un groupe qui propose tous les clichés du rock and roll : c’est salaud, ca sent l’alcool et ca renifle ! C’était plutôt tranquille pendant leur concert hier dans un Métropolis qui semblait trop grand pour leur prestance.

Accueil poli mais sans gros artifices de la part des amateurs qui s’étaient déplacés presqu’uniquement pour Papa Roach si l’on compare les deux types de réactions de la plèbe.

De bonnes réactions par contre pour Lit Up, premier succès du groupe ainsi que pour la pièce Crazy Bitch servie en medley avec Sweet Emotion d’Aerosmith.

*** 

Papa Roach

Papa Roach a manqué au public montréalais qui en redemandait chanson après chanson, même avec le matériel moins Radio Buzz 99.9 ou moins connu, si vous préférez.

 

De grosses réactions pendant les incontournables Hollywood Whore, Getting Away With Murder et Between Angels and Insects, le tout grâce à une présence fantastique des musiciens qui ne cessent d’aller chercher leur public à tout moment même lorsque l’intensité semble baisser d’un cran. Un groupe chaleureux qui met tout ce beau monde dans sa petite poche arrière d’un jeans noir… imbibé de sueur !

 

Jacoby Shaddix, le chanteur de Papa Roach, est sans contredit le point tournant de la formation. Charisme magnétique, volubile et près des gens, il ne manque que très rarement de souffle lorsqu’il s’exécute même après avoir couru d’un bout à l’autre de la scène !

 

Lors du rappel, la pièce que tout amateur du père coquerelle attendait, Last Resort, un hymne néo-métal qui a été la première goutte métallique pour de nombreux jeunes à l’époque de l’album Infest paru en 2000, des amateurs qui maintenant, carburent probablement à autre chose mais l’intensité de cette pièce a causé une bonne dose de souvenirs pour de nombreuses personnes présentes hier.

 

Toutes les photos : Christina Greschner

Remerciements à Evenko

Un commentaire
  • Jean-Fred
    18 mars 2011

    ses 2 groupes sont atroces

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES