BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Kataklysm : Poing de métal dans un gant de velours ! (Retour sur le concert avec All Shall Perish et Conducting from the Grave)

Yanick Klimbo Tremblay
21 mars 2011
Le dimanche 20 mars 2011 au Club Soda de Montréal

Dès mon entrée au Club Soda, le groupe américain Conducting from the Grave est sur scène propulsant  un deathcore plutôt générique à la foule réceptive. Au kiosque de souvenirs ou de merch comme on doit dire, il n’y a pas d’articles à l’effigie de Decrepit Birth ni d’Abysmal Dawn. Les deux groupes n’ont pas passé la frontière canadienne, les batteurs ne semblent pas avoir réglé toutes la paperasse mettant certains épisodes de leur vie, probablement moins luxuriants, en relief…

Les deux formations restantes, ainsi qu’un groupe local, se sont partagés le temps de 4 groupes ce qui a fait l’affaire de nombreux fans de deathcore qui ont pu s’en donner à cœur joie sous les rythmiques pimpantes de Conducting from the Grave qui, à défaut d’offrir du matériel très original, offre une musique qui fait hocher de la tête. Technique comme tous les groupes du genre, cette formation a bien envenimé la foule grâce à des chansons punitives pour le genre en plus d’un chanteur très enthousiaste qui faisait des mimiques assez rigolotes comme sa vilaine manie de faire des gestuelles de gars en moto qui donne du gaz ou des flexions musculaires… Dernier concert d’une tournée, l’enivrement devait y être pour quelque chose !

 

Moment d’extase pour les amateurs d’All Shall Perish qui attendaient leurs musiciens favoris lorsque Hernan « Eddie » Hermida, chanteur du groupe, s’est amené en devant de la scène pour partager quelques lignes vocales avec Mikey Powell de Conducting from the Grave.

 

La toile d’arrière-scène d’All Shall Perish était en place depuis un bout lorsqu’ils sont entrés en scène après la prestation de Conducting From the Grave. Comme de véritables conquérants, ils se sont présentés à Montréal avec de nombreux fans en poche.

Ce groupe, qui est l’un des favoris de Kirk Hammett de Metallica, a su impressionné les nombreux amateurs de Kataklysm présents dans la salle qui n’étaient pas nécessairement prêts à entendre un deuxième groupe d’affilé qui donnait dans le même domaine musical. Avec leurs cadences lourdes, leurs chansons structurées et la technicité bien en avant-plan, le groupe d’Oakland a su tiré son épingle du jeu.

De mon point de vue personnel, c’est leur nouvelle chanson, tirée de l’album à paraître le 26 juillet donc trois jours après leur passage au Heavy Mtl 2011, qui m’a le plus impressionné. Effectivement, les deux guitaristes et le bassiste ont changé d’instruments pour celle-ci… des guitares à huit cordes et une basse à six cordes ! C’était lourd en gériboire !

 

Hernan « Eddie » Hermida a remercié du fond du cœur Kataklysm pour cette tournée mémorable, une tournée qui a été facile dans l’optique où le groupe de tête n’avait pas la tête fraîche, si vous voyez ce que je veux dire…

 

Katakysm terminait donc cette tournée à la maison, comme il se doit ! Le but était de finir ça en beauté et le groupe en a profité pour tourner un vidéoclip pour la chanson At the Edge of the World, façon montréalaise donc en une seule prise pour la caméra avec une foule en furie.

 

Le groupe a présenté ce que l’on pourrait appeler un survol de leur longue carrière quoique certains albums soient laissés de côté pour différentes raisons mais il est important de dire que chaque amateur du groupe y trouve son compte, que ce soit le fan plus enclin au matériel après The Prochecy (Stigmata of the Immaculate) que le jeune en redingote qui carbure au produit du Northern Hyperblast débutant vers l’album In the Arms of Devastation !

 

Maurizio semblait rayonnant sur scène et enfin, heureux de pouvoir sacrer dans un endroit où le mot « tabarnak » prenait toute sa valeur. Il n’a point cessé de remémorer aux gens présents comment le groupe est reconnaissant envers leurs fans, envers Montréal et la scène métal d’ici. Excellent motivateur des troupes, il accueillait les gens sur scène qui l’agrippaient par la tête, lui tapaient dans la pince ou tout simplement faisaient quelques steppettes de danse pour ensuite replonger dans la foule.

 

Avec des pièces comme In Shadows and Dust, Push the Venom, The Ambassador of Pain et As I Slither qui nous a donné un wall of death assez brutal avec une lignée de personnes au centre, la sueur perlait sur le visage des gens, tous conquis à l’avance. Une surprise était réservée à la foule grâce aux nombreuses demandes faites par le public sur la page Facebook du groupe. Effectivement, Kataklysm s’est exécuté farouchement, et pour la première fois à Montréal, sur la pièce Astral Empire, tirée de l’album The Prochecy (Stigmata of the Immaculate) ce qui a relevé l’intensité d’un cran.

Avec un cycle de tournée qui a amené le groupe un peu partout sur Terre, Kataklysm ne s’arrêtera pas là car les musiciens repartiront pour une nouvelle série de concerts qui proposera au groupe des visites en Chine et en Afrique, pour ne nommer que ces deux endroits parmi une panoplie d’autres !

Fiers d’être d’ici, faciles d’approche, généreux et cordiaux, les membres de Kataklysm ont démontré une fois de plus pourquoi leur groupe est l’un des plus populaires sur le globe, dans le domaine du métal plus underground! Terre à terre, passionnés par un genre musical qui n’est pas l’un des plus faciles à faire connaitre ; cette force brute continue, malgré l’âge et les responsabilités à la maison, à alimenter métalliquement son public… un peu à la manière de feu, La Poune !

Chapeau bas !  

www.facebook.com/kataklysm

Toutes les photos : Christina Greschner

Vidéos : Yanick Klimbo Tremblay

Remerciements à BCI

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES