BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Consilium: À la bonne place, au bon moment… (Entrevue)

Yanick Klimbo Tremblay
15 mai 2011

L’inattendu fait bien les choses. Bien souvent, c’est lorsque l’on s’y attend le moins que les meilleures choses surviennent! Au  mois de mars dernier, chaque membre du groupe Consilium vaquaient lentement à leur occupation, peinards dans leur vie quotidienne. Ils ne se doutaient jamais qu’un simple appel de la part d’un certain guitariste allait changer, peut-être pas leur vie, mais plutôt la façon de se faire connaitre musicalement et plus rapidement qu’autrement car ils sont passés d’un groupe totalement inconnu à légèrement plus reconnu car Consilium se retrouvait sur les planches du Club Soda, le soir même pour combler un espace vacant laissé par deux groupes qui s’absentaient d’une soirée métallique. Consilium est un groupe métal talentueux, et vilain serait celui qui proposerait que ce groupe a volé une place qui aurait pu être comblée par telle ou telle autre formation. Donc, entrevue avec Consilium!     

Il est bien important de connaitre un nouveau groupe, de bien saisir tous les éléments qui le composent. Comment est né Consilium ?

Consilium est né en 2008 dans la banlieue de Châteauguay ; une petite ville située sur la rive de Montréal. Les membres fondateurs sont Alexandre Primeau à la guitare, Mario Bouchard aussi à la guitare et Christophe Perron Martel à la batterie. Par la suite Francis Guillemette à la basse et Louki Choquette aux voix se joignent au trio déjà établi depuis un bon moment. La formation a été changée à la suite de l`album Slaves of Madness dû au manque d`intérêt et de motivation des deux derniers membres. Antoine Bonneau et Maxime Charette, de proches amis, sont venus les remplacer pour le développement du second album Résistance.

Pourquoi le changement de nom de Genesis of Prophecy à Consilium ?

Tout d’abord, le nom de Genesis of Prophecy nous apparaissait superficiel et dépourvu d’originalité. Nous étions à la recherche d’un nom qui portait en lui un thème large que nous pourrions mieux exploiter lyriquement. En fait, l’étymologie du mot provient de « concilium », un mot qui provient du latin et qui renvoie au mot « conseil » au sens politique du terme ou Council en anglais. La difficulté de notre formation à se trouver un nom fut telle que nous avons jugé pertinent d’insérer ce principe de consensus à même notre nom. Par extension, le nom de Consilium fait référence à un lieu réservé aux débats visant à éclaircir certains sujets sociaux et politiques controversés. Voilà pourquoi la question de la souveraineté du Québec dans la fédération Canadienne, qui sera abordée dans notre deuxième album, n’est pas sans lien avec le nom que nous avons choisi.

Pour pouvoir donner un avant-goût du groupe et leur donner envie d’entendre votre matériel, pouvez-vous décrire la sonorité du groupe brièvement et nous parler des influences de Consilium qui ont aidé à forger le son du groupe ?

Le fait que d’avoir choisi Jean-François Dagenais pour enregistrer notre dernier album n’est pas sans raison. L’influence de Kataklysm est incontestablement au rendez-vous, monsieur Dagenais étant guitariste de la formation québécoise. C’est surtout la simplicité et l’intensité de leurs compositions qui nous ont inspiré à plusieurs égards. Pour ce qui est de la lourdeur des riffs de guitare, elle nous vient principalement de groupes death métal avec des rythmes changeants et saccadés tout en étant accrocheur. Des groupes actuels comme Arch Enemy, Behemoth, Kalmah, Cannibal Corpse, Amon Amarth et All Shall Perish forgent aussi notre inspiration.

Je sortais mes vêtements de printemps la semaine dernière et j’ai trouvé un 5 dollars dans mes poches, toute une surprise ! Vous avez eu un peu le même effet l’autre jour lors du concert de Kataklysm, les gens s’attendaient d’entendre et de voir Abysmal Dawn et Decrepit Birth mais c’était Consilium ! J’imagine que vous avez reçu l’appel à la dernière minute, pouvez-vous nous donner une brève chronologie de cette journée qui était en fin de compte, probablement une des plus belles de votre jeune carrière?

Le dénouement de notre journée était, sans doute, hors de nos attentes ! Alexandre et Christophe se trouvaient à leur emploi lorsqu’ils ont appris par Mario que Consilium avait la chance de remplacer Decrepit Birth et Abysmal Dawn pour faire la première partie de Kataklysm. Le groupe avait au plus trois heures pour se réunir, se rendre au Club Soda à Montréal de Châteauguay, prendre contact avec Conducting from the Grave pour faire les arrangements concernant l’équipement sur scène et choisir les chansons qu’il jouerait ce soir-là. Tous les membres du groupe ont été faciles à rejoindre hormis Antoine. Le groupe a craint qu’il ne soit forcé de jouer sans chanteur. Conducting from the Grave a été des plus sympathiques et compte tenu de notre préparation mentale et technique bâclée, notre formation juge qu’elle s’en est plutôt bien sortie. La soirée fut mémorable et notre son des plus incroyables pour le peu de préparation !

Justement, vous avez une certaine relation avec Jean-François Dagenais de Kataklysm, à ce stade-ci pouvez-vous nous en parler un peu plus?

Nous avons pris contact avec Jean-François Dagenais par hasard. Nous étions supposés enregistrer avec Chris Donaldson de Cryptopsy qui lui, nous a référé à lui, puisque son échéancier ne lui permettait pas de nous enregistrer. Voilà comment nous avons pris contact avec lui pour enregistrer. Cela explique aussi pourquoi, en bonne partie, il a fait appel à nous lors de cet imprévu avec son spectacle au Club Soda tout récemment.

Comment pouvez-vous comparer l’évolution entre votre nouveau matériel versus ce qui se retrouve sur votre démo Slaves of Madness ?

L’album Résistance contient des paroles qui sont plus engagées politiquement et ce, de façon directe et moins subjective. Du point de vue lyrique, le thème de la souveraineté du Québec sera abordé sur cet album et sur la thématique du groupe en entier. C’est un sujet qui a perdu de sa pertinence aux yeux de certains mais qui nous apparaît incontournable dans la mesure où le Québec n’est toujours pas, à ce jour, intégré dans la fédération canadienne. Du point de vue musical, il faut d’abord s’attendre à des chansons aux tempos beaucoup moins changeants. Le rythme est plus lourd que sur notre premier album Slaves of Madness. La musique est généralement composée de manière plus simple et vise davantage à dégager de l’agressivité qu’une atmosphère quelconque. Il s’agit pour nous d’une nouvelle tendance qui se situe davantage sur l’axe simplement métal et par moment death métal plutôt que sur l’axe black métal.

À quoi peut-on s’attendre en 2011 pour Consilium ?

La sortie du second album nommé Résistance. Nos intentions sont en premier lieu de trouver un label de distribution pour le lancement de notre nouvel album. Nous souhaitons une plus grande visibilité sur le net avec un site web, un MySpace renouvelé ainsi que la réalisation d’un vidéo-clip.

www.myspace.com/consiliumband

Photos: Christina Greschner
Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES