BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Whitesnake: Critique de l’album « Forevermore »

Yanick Klimbo Tremblay
28 mai 2011

Whitesnake
Forevermore
Frontiers Records

Les chances que je puisse apprécier un album de Whitesnake étaient probablement aussi minces que celles de voir un couple de Chinois adopter une orpheline québécoise… inexistante alors! Mais non, ca se peut car Forevermore m’a vraiment plu! Après tout, je n’ai jamais été un adepte de ce genre de rock, jamais été un grand fan de la bande à Coverdale quoique je n’ai jamais caché le fait qu’il est un chanteur sublime. Je n’ai jamais été interpellé par la sonorité du groupe mais sur ce disque, changement au niveau de mon opinion.

Est-ce la dimension blues rock qui m’a fait chavirer à ce point? C’est un poids dans la balance car dès les premiers accords de Steal Your Heart Away, je hochais de la tête, tapais du pied et étais conquis dans un sens par ce renouveau musical que m’offrait le serpent blanc. Whitesnake n’a jamais été un mauvais groupe, c’est que le groupe ne me rejoignait pas avec ses mélodies rosées en général.

Avec ce disque, nous sommes en mode beaucoup plus rock qui vient du blues pur et dur, ca chauffe royalement. Comme de raison, il y a quelques pièces beaucoup plus feutrées dans le style balade mais sans tomber dans le caramel « pourquoi tu n’es plus là, mon beau bebé » comme sur Easier Said Than Done, One Of These Days et Fare Thee Well qui sont tout de même, de puissantes pièces plutôt middle of the road que pures balades kétaines.

Pour en revenir sur la dimension blues heavy rock de Forevermore, avec de véritables canons chaleureux comme Whipping Boy Blues, I Need You (Shine A Light) avec son refrain qui te rend dépendant de cette portion de la chanson et Love And Treat Me Right, c’est le Whitesnake du début des années 80 que l’on retrouve, à l’époque où Coverdale portait la cravate de cuir blanche avec sa chemise noire, comme dans le clip de Slow & Easy.

J’ai vraiment embarqué dans ce voyage musical car le Whitesnake 2011 est alerte, énergique, fougueux donc moins clinquant et par le fait même, plus près des racines du rock que des bobettes des effeuilleuses, mettons.

Surpris, je suis!     

www.whitesnake.com

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES