BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Heavy Mtl 2011: Entretien avec Lazarus AD!

Yanick Klimbo Tremblay
10 juillet 2011

La jeunesse fait bien les choses car même s’ils ne sont que des petits coquins, les membres de Lazarus AD proposent une musique métallique qui remémore les belles années du thrash métal qui a fait ses fruits au milieu des années 80 jusqu’au milieu des années 90. Avec un deuxième album encore plus structuré que le premier, il est bon de sentir un certain vent de fraîcheur… mais qui contient tout de même un zeste de putréfaction d’antan… de la part d’un groupe aussi vigoureux. Lazarus AD sera de la prochaine édition du Heavy Mtl. J’ai pu m’entretenir avec Jeff Paulick (3e sur la photo), le chanteur et bassiste de la formation.

Black Rivers Flow a reçu un accueil chaleureux autant de la part des médias spécialisés que des amateurs de métal. J’aimerais savoir si vous avez ressenti une certaine pression lors de la préparation pour cet album car le premier a été lancé il y a de cela, une bonne période de temps et a été relancé par Metal Blade par la suite. Tu sais, il y a l’adage qui dit que le premier album est souvent le meilleur car tu as eu toute ta vie pour le préparer !

Je dirais que nous avons eu énormément de pression externe, c’est certain ! Notre étiquette de disques et notre compagnie de management ne nous lâchaient pas et étaient toujours sur notre dos pour que nous sortions un nouvel album en 2011. Nous avons écrit une grande majorité du disque sur une période de 10 semaines qui ont précédé l’enregistrement en juin. Les riffs nous ont été arrachés du corps étant donné que nous savions que le studio était déjà trouvé et payé. Nous avions moins de trois mois pour avoir un album et à cette période, nous n’avions que 2 chansons de prêtes ! De plus, ce sont deux chansons qui dataient d’il y a quelques années, deux chansons composées avant notre premier album, The Onslaught. De la pression? Oui!

Il y a une espèce d’onde de négativisme qui se dégage de l’album, surtout lorsque l’on regarde les titres de vos pièces, à l’exception de la chanson American Dreams. Mais si je me fie au reste de l’album, j’imagine que ce n’est pas un texte qui parle des joies de la banlieue, deux voitures dans le garage, le journal livré à chaque matin et ton fils qui est le héros de son équipe de football au secondaire ?

Non car c’est définitivement un album plus sombre. Nous avons tous passé par quelques périodes très difficiles, chaque membre du groupe a eu son lot d’ennuis je dirais. Et je crois que les émotions trouvent leur chemin assez facilement au travers des sphères musicales lorsque nous sommes en période d’écriture. Mais après tout, la musique c’est ça! Un catalyseur d’énergie. Si ça ne saigne pas, ce n’est pas réel!

Tricotés serrés…

Avec ce disque, on dirait que le groupe est plus serré musicalement, c’est plus mélodique mais en même temps, tout aussi lourd musicalement. Est-ce l’effet des nombreux jours passés ensemble en tournée, à regarder d’autres groupes qui finissent par vous inspirer ou est-ce seulement la chimie entre les gars qui s’accentue ?

Je dirais que c’est tout ça ! Être sur la route avec d’autres groupes, c’est inspirant. Tu vois des choses auxquelles tu n’aurais jamais pensé et tu incorpores ça à ta musique. Notre chimie n’a jamais été aussi intense. C’est certain que nous nous engueulons encore à quelques reprises mais c’est à prévoir quand tu as 4 gars d’un certain âge qui sont toujours ensemble dans un endroit pas plus grand qu’un garde-robe !

Lors de votre dernière visite, vous étiez en ouverture lors de la tournée avec Evile, Nachtmystium, Voivod et Kreator. Vous avez probablement de bons souvenirs de cette tournée ?

Pas vraiment… nous avons tellement bu et nous avons fumé des tonnes de pot. Je me souviens d’être revenu de cette tournée plus pauvre que jamais. Mais c’est le genre de réalité à laquelle nous devons nous attendre, hahaha !

Ca doit être très enivrant de partir en tournée avec des groupes légendaires comme Voïvod et Kreator. Est-ce intimidant de côtoyer des artistes qui t’ont influencé ?

C’était bien mais je ne dirais pas que nous étions sous le charme ou impressionnés de voir des stars du métal devant nous. Au début, il y a une certaine gêne qui est tout à fait normale mais à la fin, ce n’était qu’une tournée plaisante dans laquelle nous étions très heureux de pouvoir participer et ainsi, pouvoir nous tenir avec des gars sympathiques le temps que la tournée est en marche. Nous désirons avoir du bon temps sur la route avec tous les groupes avec lesquels nous partons sur les routes. Mais parfois, il arrive que des membres de certains groupes soient de vrais crétins mais en général, ce sont des gars sympathiques, comme nous !

Ma dernière question est au sujet du Heavy Mtl 2011 car vous y serez, le 24 juillet. Tu sais, lors de ce genre de festival, bien des gens arrivent plus tard pour ne voir que les gros groupes principaux qui ferment les festivités en soirée. Donc, veux-tu profiter de cette tribune pour inciter les gens à venir vous voir et vous entendre, pour leur dire d’arriver plus tôt pour pouvoir voir Lazarus AD et pas seulement Motorhead et KISS ?

Oui… eh bien, ce sont d’excellents groupes qui roulent depuis de nombreuses années. Ils méritent le respect, c’est certain. Si vous êtes de vrais amateurs de métal, vous devez vous présenter au Heavy Mtl très tôt ! Grouillez-vous le derrière et venez voir notre prestation car si vous ne le faites pas, vous risquez de le regretter jusqu’à la fin de votre vie… hahhaha !

www.facebook.com/lazarusad


Lazarus AD sera du Heavy Mtl 2011 lors de la journée du dimanche 24 juillet, dès 13h30 sur la scène Heavy.

Pour des billets, cliquez ICI !

Pour voir le lien pour le concours, c’est vraiment ICI… et à date, de nombreuses personnes ont les réponses !


Photos: Stephen Jensen
Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES