BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Heavy Mtl 2011: Résumé de la première journée!

Yanick Klimbo Tremblay
24 juillet 2011

« C’est la journée la moins chaude de toute la tournée ! » m’a annoncé Dave McClain, batteur de Machine Head en après-midi. Oui, il faisait chaud mais le site de l’île Ste-Hélène offre de nombreux endroits ombragés, ce qui fait le grand bonheur des amateurs de métal quoique le devant de la scène soit toujours fort bien occupé !

Malgré les nombreuses entrevues de la journée, j’ai réussi à voir de nombreuses prestations parfois coupées par le fait que je devais me rendre à une entrevue ou pour pouvoir entendre un autre groupe qui jouait sur une scène différente, la scène Budweiser car comparativement à l’an passé, la 3e scène est plus loin et demande une marche de quelques minutes.

C’est donc avec All Shall Perish que ma journée commence vraiment. Comme j’avais déjà vu le groupe assez récemment, c’est-à-dire en ouverture de Kataklysm au Club Soda, je m’attendais au même genre de prestation de la part du groupe, ce qui se résume à une bonne dose d’énergie métallique qui allie le death métal et la portion plus hardcore du genre. Avec des guitares très lourdes, ce groupe a fait bonne figure devant la foule montréalaise. Y allant même de guitares à 8 cordes, le poids de la chose était donc titanesque !

Red Fang a offert ce que l’on pourrait appeler un coup de pied au derrière aux gens présents grâce à un style éclectique qui venait à l’encontre de tous les genres de la journée. Beaucoup plus rock que les autres formations, Red Fang, avec son métal saucé dans la bière bon marché a bien tiré son épingle du jeu et nous avons vu quelques personnes arborer un t-shirt flambant neuf du groupe par la suite… facilement visibles car ils étaient blancs !

Death Angel étaient les dignes représentants de la vieille école aujourd’hui. Protégés de Kirk Hammett de Metallica à l’époque, il était bien intrigant de voir le chanteur arborer un t-shirt de Metal up Your Ass… Est-ce un t-shirt vintage ? Lui seul le sait ! Death Angel s’est plutôt concentré sur les deux derniers albums du groupe, laissant de côté les vieux succès du groupe, au grand dam des amateurs grisonnants ! Nous avons tout de même apprécié Seemingly Endless Time, pièce provenant d’Act III vers la fin de la prestation.

La formation Suicide Silence jouit d’une immense popularité au Québec. Dès que vous mettez pied dans un magasin D-Tox, vous voyez une pub pour le groupe. Ce n’est pas pour rien que les t-shirts à l’effigie du groupe pullulaient aujourd’hui, surtout auprès de la clientèle juvénile. Solide comme groupe, les breakdowns se succédaient avec les intonations death métalliques imprégnées de hardcore. Aucun doute que Suicide Silence a été l’une des surprises de la journée car le public était motivé ainsi que le groupe qui en a profité pour présenter quelques pièces de leur nouvel album, The Black Crown.

Direction la scène Budweiser pour la réunion des styles avec Kingdom of Sorrow. Le chanteur du groupe, Jamey Jasta qui est aussi la voix officielle de Hatebreed, est vraiment un chanteur charismatique qui a permis, encore une fois, d’unir les genres métalliques et hardcore sans dégâts. Le groupe a proposé des pièces provenant des deux albums du groupe et Kirk Weindstein de Down et Crowbar aux guitares, nous a gratté les cordes de manière lourde mais harmonieuse tandis que la foule s’affairait à s’entrechoquer devant la formation.

Avec un décor qui représente le prochain album Unto the Locust, Machine Head est arrivé sur scène comme si la formation était en tête d’affiche. Les gens aiment ce groupe et ils l’ont bien démontré. Impressionnés, les membres du groupe étaient ravigotés et ont tout donné à la foule en y allant d’une prestation qui couvrait bien la carrière du groupe tout en privilégiant l’album The Blackening. Malgré des leçons de chants pour Robb Flynn dernièrement, on peut ressentir que les voix plus douces ne sont pas vraiment de son registre habituel…

Un tout nouveau batteur prenait place derrière les percussions du camp de Trivium. En effet, Travis Smith n’est plus dans le groupe donc le groupe présentait son nouveau batteur, Nick Augusto, ancien membre de la formation grind Maruta. Avec leur arrière-scène représentant la pochette de l’album In Waves, le groupe a su capté l’attention des gens présents avec leur métal qui allie le modernisme avec une touche de la vieille école. Trivium a eu l’audace d’y aller avec un choix de pièces assez variés et les gens massés devant la scène s’en sont donnés à cœur joie, impressionnant par le fait même Matt Heafy qui a proclamé que c’était le meilleur concert de toute la tournée… commentaire répété maintes fois par de nombreux groupes en cette journée !

Un autre groupe qui a semblé apprécier son passage à Montréal est In Flames, groupe chouchou des Québécois. En commençant avec Cloud Connected, la foule était déjà en état d’extase surhumain. Le groupe suédois ne s’est pas uniquement attardé au dernier album, n’y allant qu’avec Deliver Us et Where the Dead Ships Dwell. Non, In Flames nous a chauffé à blanc avec Pinball Map, Only for the Weak et The Hive. Aucun répit, autant pour la foule que pour le groupe… Anders Fridén se commandant même une bière par un des vendeurs présents dans la foule !

Certains se demandaient ce que faisait un groupe comme Billy Talent sur l’affiche du Heavy Mtl. C’est évident que ce groupe n’a rien de métal mais leurs rythmiques accrocheuses nous ont séduites, sans aucun doute. Étrangement, tout le monde, ou presque, connaissaient les chansons. Que ce soit Try Honnesty, Devil on My Shoulder, Falling Leaves ou Red Flag, tous semblaient apprécier la dimension plus pop mais combien énergique du groupe canadien. Un petit plaisir coupable, très bien consommé !

L’entité montréalaise qu’est Necronomicon existe depuis belle lurette ! Enfin, le groupe a pu prendre une certaine envolée aujourd’hui avec un concert à la hauteur du talent de la formation. Avec tout l’attirail scénique, incluant le maquillage, les vêtements de cuir et, à la grande surprise de tous, des chalumeaux crachant de longues flammes, Necronomicon y est allé avec une série de chansons qui ont trouvé de nombreux preneurs parmi les amateurs de métal. De fortes réactions pour le groupe avec des chansons comme Into the Fire, The Time is Now, The Sacred Medecine et Return of the Witch qui ont enflammé la foule bien massée devant eux!

Godsmack peut provoquer de vives réactions et la foule présente ce soir a bien aimé le groupe en cette veillée inaugurale du Heavy Mtl 2011. Sully Erna, chanteur du groupe, est arrivé sur scène avec sa guitare, instrument qu’il a gardé un long moment, prouvant qu’il manie bien la six cordes autant que la gorge. C’est avec Cryin’ Like a Bitch que le groupe a débuté la soirée. Pièce qui serait, semblerait-il, dédiée aux membres de Motley Crue, on sent que les paroles égratignent grandement au passage, peut importe vers qui elle est dirigée. Avec les rythmiques saccadées habituelles, le groupe s’est aventuré vers des sentiers prudents sauf lorsqu’un léger solo de batterie de Shannon Larkin est surgit de l’au-delà, entrecoupé de quelques improvisations, bien calculés, qui incluaient des extraits de Creeping Death de Metallica, du Jethro Tull et du Led Zeppelin ! En y allant copieusement avec Whatever en option finale, le groupe a quitté en conquérant !

Les jeunes hommes qui composent Dissension devaient tirer leur épingle du jeu en attaquant de vives notes sur la scène Budweiser en même temps que Godsmack. Pour le peu entendu, je peux confirmer que le groupe est solide, vif, vigoureux… et fortement influencé par les premiers albums de Children of Bodom !

Mon entrevue avec Disturbed a été du gâteau donc, est-ce pour cette raison que je suis satisfait du contenu de leur prestation ? Visuellement, c’était nickel avec des projections qui allaient en symbiose avec la musique du groupe. Très en voix, David Draiman livre la marchandise et se brasse le bas du corps, au grand plaisir des demoiselles ! Les rythmiques caquetantes du groupe me semblaient moins redondantes que lors de leur dernière visite en 2008, lors du Heavy Mtl initial. Nombreuse, la foule était compactée devant la scène et Draiman est allé chercher chaque personne, l’une après l’autre avec son charisme indéniable, bien accompagné par une section rythmique solide.

Il a fallu que je laisse Disturbed de côté pour pouvoir me rendre à la scène Budweiser pour voir et surtout entendre la mouture 2011 de Cryptopsy. Oui, le groupe a une formation dès plus instable depuis longtemps mais ceux qui étaient sur scène ce soir, dont John Levasseur de retour aux guitares, sont féroces ! Youri Raymond, maintenant bassiste, possède un grain de voix… indescriptible ! Son couinement de truie est unique dans le genre métallique et Cryptopsy ne peut qu’ajouter une corde à son arc en ayant Raymond dans leur camp. Le son était lourd, la batterie dominante et les décibels nous ont chauffé les poils du canal auditif. Le groupe buchait, et c’est peu dire ! En y allant avec le matériel le plus technique et lourd du groupe, personne n’est reparti de l’endroit sans se jouer dans l’oreille, se demandant ce qui venait d’arriver !  En proposant des chansons comme Slit Your Guts et White Worms lors de la soirée, tous en ont eu plein les dents !

De retour pour une autre journée marathon métallique !!!

Galerie photos ICI!!!!

Vidéo In Flames de Luc Beaulieu

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES