BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Heavy Mtl 2011: Retour sur la deuxième journée, le dimanche 24 juillet

Yanick Klimbo Tremblay
25 juillet 2011

Dernière journée de ce festival de deux jours. Avec une première journée très correcte, c’est avec de nombreuses attentes que je me rends sur place pour une journée remplie de quelques-uns de mes groupes préférés dont Anthrax avec qui j’ai eu la chance de faire une entrevue et Opeth en plus de Morbid Angel, Motorhead et KISS ! C’est encore sous un soleil de plomb que la journée se pointe, il fera chaud et l’hydratation sera un fait majeur à ne pas négliger. Lors de la journée précédente, Rockstar Energy Drink offrait des boissons énergisantes pour 5 cennes mais aujourd’hui, c’est de l’eau qu’il nous faut… et quelques bières !

C’est avec la confiance d’un groupe de vétérans que le groupe local Endast a pris la scène tôt en après-midi. Le soleil tapait déjà sur les têtes encore rougies de la veille et Endast a tapé fort lui-aussi ! Avec un métal qui combine la brutalité du death, un soupçon plus mélodieux sans être crémeux et quelques intonations virulentes du hardcore, le groupe a pu profiter d’une sonorisation adéquate pour un groupe qui débute les festivités ! Fait intéressant, le chanteur de la formation James Arsenian qui gueule à tout rompre, utilise un microphone semi-rectangulaire de l’époque Elvis Presley !

Un fait est indéniable, la magie qui se crée sur scène est toujours spéciale. Lazarus Ad en est la preuve. Quatre jeunes hommes qui proposent une musique qui date de l’époque de leur grand frère, le thrash métal, merveilleusement bien exécutée. Sur album, c’est adéquat et intéressant mais hier, l’adrénaline a monté d’un cran chez Lazarus Ad qui était en feu, royalement ! Le groupe américain a offert une prestation très solide qui a impressionné la foule massive qui prenait place devant eux. De mon point de vue, je voyais de plus en plus de gens quitter la colline derrière pour venir voir ce qui se passait en avant. En combinant les pièces les plus fortes provenant de leurs deux albums The Onslaught et Black Rivers Flow, le groupe s’est ramassé de tous nouveaux amateurs !

Times of Grace est le projet en parallèle d’Adam D de Killswitch Engage et Jesse Leach, ancien chanteur de Killswitch Engage. Le duo nous présentait donc leur groupe en version concert devant une foule assez réceptive pour entendre les chansons de l’unique album du groupe, The Hymn of a Broken Man. Malheureusement, plus les chansons passaient, plus les gens quittaient en masse pour se rendre chez les copains d’Anonymus sur la scène Budweiser. Est-ce que la foule du dimanche était plus lourde métalliquement parlant que samedi ou bien, est-ce le fait que Times of Grace était si mauvais que ça ? À vous de tirer vos propres conclusions mais je crois que ma première hypothèse demeure la plus crédible.

La vieille école version féminine ! Girschool offre un rock très boogie boogie qui a fait bouger la foule. À l’origine, de nombreuses personnes doutaient de la présence de ces dames du rock mais les clapets ont été fermés hier car après leur prestation, la plupart des gens semblaient ravis d’avoir pu voir une portion du rock britannique envahir la scène, fort probablement pour la dernière fois à Montréal.

Le groupe canadien Annihilator a foncé dans le tas ! En ajoutant Flo Mounier aux percussions, la section rythmique du groupe caboche grandement ! Avec un chanteur qui ressemble étrangement à l’humoriste Patrick Groulx, le groupe a pigé dans son répertoire pour satisfaire la foule qui semblait bien connaître les pièces du groupe. Sorti de nulle part, Alexi Laiho, attriqué avec un t-shirt du Canadien, est venu tirer son épingle du jeu en impressionnant la foule à la guitare. Un grand moment pour les amateurs de métal !

C’est sur les premières notes d’Immortal Rites de Morbid Angel que les bases se sont vraiment solidifiées à tous les niveaux car nous nous enlignions avec une soirée de pionniers de différents genres, des précurseurs de genres, des musiciens qui sont responsables de l’implantation de leur genre respectif. Représentant le genre death métal, qui de mieux placé que Morbid Angel ?  Avec David Vincent, Trey Azagthoth, Tim Yeung aux percussions et Destructhor aux guitares nous avons rapidement compris ce qu’était le death métal. Solide, prompt et bien ciselé représentent bien ce qui s’est passé sur scène hier car le groupe nous a donné une sacrée leçon de death métal 101. Que vous aimiez ou n’aimiez pas leur dernier album, car trop expérimental, n’est pas la question car avec une performance de 45 minutes ponctuées des classiques du groupe comme Fall From Grace, Rapture, Angel of Disease et Chapel of Ghouls nul n’est resté sur son appétit !

Hors du circuit du Big 4, Anthrax était sur scène en tant que représentant d’un genre qu’ils ont créé, le thrash métal. Scott Ian était de retour sur scène après quelques semaines de congé de paternité donc nous n’avions pas Andreas Kisser de Sepultura hier mais un salut fort sympathique lui a été fait en l’interprétation de quelques mesures de Chaos AD en guise de remerciements. Avec un fond de scène à l’image d’Among The Living, il est évident que le groupe va nous plonger dans la nostalgie la plus complète. D’un coup lourd et tonitruant, les premières mesures de Caught in a Mosh ont entrainé les valseurs métalliques, même les plus jeunes, qui n’étaient probablement même pas dans les pensées de leurs parents en 1987 ! Comme je disais en entrevue avec Joey Belladonna et Charlie Benante, Anthrax a la formation de musiciens la plus instable de l’industrie métallique mais la sonorité la plus solide, ce qui prouve que ce groupe est fort au niveau de son noyau car avec des pièces comme Metal Thrashing Mad, Got the Time, Madhouse, Antisocial et Indians, nul ne peut s’improviser comme un « musicien de la dernière seconde qui reprend son poste ». Anthrax a prouvé au Québec qu’ils étaient l’un des groupes les plus forts de toute l’industrie métallisée. Point. Le nouvel album, Worship Music sera disponible bientôt et Anthrax nous a interprété le premier extrait de cet album, Fight ‘Em ‘Til You Can’t, un pur bijou !

Opeth occupait une place de choix sur l’horaire jouant immédiatement après Anthrax et juste avant Motorhead. Le groupe est arrivé sur scène sous les acclamations de la foule qui attendait le groupe suédois de pied ferme. Comme de raison, Mikael Akerfeldt y est allé de son humour habituel entre les pièces, demandant aux gens : « Est-ce que vous nous aimez ? Oui ? Plus que de la bonne crème glacée froide en cette journée si chaude ? » Ceux qui étaient en présence du groupe pour une première fois avait cet air dubitatif sur le visage, surtout lorsque les gens se sont mis à chanter « Opeth ! Opeth ! » et qu’Akerfeldt leur a annoncé qu’ils étaient KISS. Tous les groupes de la journée ont joué avec la scène de KISS et leur immense logo en arrière-plan. Mikael Akerfeldt y est allé d’un long monologue sur KISS impliquant de l’humour douteux pour les vrais fans de KISS car le leader d’Opeth égratignait légèrement le groupe au passage, surtout en invoquant les anciens membres et se demandant où était Vinnie Vincent

Est-ce que la session humoristique d’Akerfeldt est venue aux oreilles de Paul Stanley ? Par la suite, lors du concert de KISS, Stanley y est allé, d’un air très moquin, avec un : « Hey, we are death metal, ooooouuuuurrrrgggggghhhhh ! »

Pour en revenir à Opeth, le groupe avait un 50 minutes pour nous faire quelques chansons dont The Grand Conjuration, Face of Melinda et Master’s Apprentice.

C’est avec quelques minutes de retard que Motorhead s’est présenté sur scène avec la bonne vieille réplique : « We are Motorhead and we play rock ‘N Roll ! » Lemmy ne portait pas de chapeau de cowboy mais plutôt un affriolant bandeau qui lui donnait un air de comanche ! Envolée immédiate propulsée par la pièce Iron Fist, le groupe n’a pas lâché du tout en accumulant les corps en avant-scène sur des pièces de leur répertoire comme Get Back in Line, Over the Top, Going to Brazil, Killed by Death, Ace of Spades et Overkill. Lourd était le son du groupe, ça sonnait fort ! Était-ce la dernière présence du groupe à Montréal ? On ne dirait pas que Lemmy est sur le point de tirer la plogue aussi rapidement !

Que dire de KISS ? Le seul point négatif serait en théorie le choix de la chanson en ouverture, Modern Day Delilah mais en même temps, elle provient de leur dernier album. C’est certain que le concert était un copié/collé de nombreuses de leurs prestations, même celle de Montréal du 13 juillet 2009. Le groupe donne aux fans ce qu’ils veulent : du divertissement visuel, des pétards et les vieux succès !  Et c’est ce qui s’est passé hier soir avec un groupe vieillissant, certes mais qui a toujours la même fougue ! Paul Stanley se brasse moins le péteux, Gene Simmons est moins vigoureux de la langue tandis qu’Eric Singer tape fort et Tommy Thayer gratouille généreusement.

Mais les chansons qui ont connu d’innombrables succès s’empilent les unes par-dessus les autres comme des cartes lors d’une partie de « Pige dans le Lac » car avec des chansons comme Let Me Go Rock ‘N Roll, Deuce, Shock Me, I Love it Loud, God of Thunder, Detroit Rock City, Lick it Up et Shout it Out Loud, la boîte à souvenirs était ouverte ! Il était intéressant de voir le nombre de musiciens provenant de tous les groupes de la journée présents dans la foule. Derrière moi se tenaient les membres d’Opeth qui nous avouaient, plus tôt que le mot KISS en suédois veut dire, pipi. À ma gauche, il y avait des musiciens d’As I Lay Dying, de Lazarus AD et de Children of Bodom qui profitaient de la présence de KISS sur scène.

Au niveau nouveautés, outre les images en vidéo qui ont subit une cure de rajeunissement, il faut noter le tir au bazooka d’Eric Singer, derrière sa batterie, faisant exploser une série de lumières… factices ! Dans le domaine de l’inusité, le fait que Tommy Thayer ait manqué sa tentative d’accrocher sa guitare à la corde pour l’envolé habituelle, m’a bien fait sourire !

Étrangement, le groupe KISS a offert une prestation musicale intense mais avec une sonorisation dès plus, comment dirais-je… douce ! L’intensité en décibels a baissé de plusieurs crans, surtout si l’on compare avec la tornade sonore offerte par Motorhead !

Une autre édition du Heavy Mtl terminée, commencez déjà vos « pools » pour savoir qui sera sur scène l’an prochain !

Compte-rendu de la 1ère journée: ICI pour le mien et pour Kristof! Galerie photos de Christina, c’est drette-là!

Galerie de photos disponible demain !

Vidéos de Luc Beaulieu

Photos: Evenko


HEAVY MTL 2011

MERCI MONTRÉAL

POUR UNE TROISIÈME ÉDITION

MÉMORABLE !

INTENSE et CHAUD sont les mots qui décrivent le mieux le week-end! Avec une température près de la perfection et une programmation du tonnerre, la troisième édition de HEAVY MTL aura su « rocker » le Parc Jean-Drapeau comme jamais auparavant. Des fans de tous âges étaient présents pour apprécier cette vaste étendue de musique rock et métal.

Fidèle à lui-même, le plus grand événement rock et métal en Amérique du nord a une fois de plus réuni les meilleurs groupes de la planète à Montréal. KISS a conclu l’événement de façon tout à fait impressionnante avec un spectacle rock et théâtral, prouvant que le groupe reste l’un des meilleurs au monde. Et que dire des feux d’artifices qui ont illuminé le ciel à la toute fin de leur prestation? Tout simplement explosif !

Le week-end fut rempli de mémorables prestations par Disturbed, Godsmack, Billy Talent, Anthrax et leur trash métal, Opeth et leur métal plus progressif, ainsi que le légendaire groupe Motörhead, pour ne nommer que ceux-là.

Pour une deuxième année consécutive, le Rockstar Energy Drink Mayhem Festival nous a amené des artistes de renom tels que In Flames et Trivium sans oublier Godsmack et Disturbed.

2011 marque aussi l’expansion de Heavy à Toronto avec le succès marqué de HEAVY TO, qui attiré près de 18 000 fans, s’assurant que les deux plus grandes villes canadiennes soient aussi les plus intenses.

La deuxième édition de Ciné-Métal, qui avait lieu cette année à l’extérieur, fut aussi très bien reçue. L’événement, qui se tenait à la Place de la Paix, près de la Société des arts technologiques sur le boulevard St-Laurent, a mis la table pour un week-end dont on se rappellera longtemps.

Avec près de 33 000 personnes dans l’assistance, dont 46% étaient des touristes et des retombés économiques estimées à 3,5M $, HEAVY MTL a encore prouvé que Montréal était LA destination pour la musique forte et intense. Merci à tous nos partenaires et comanditaires, Tourisme Montréal, Jagermeister, Budweiser, Sennheiser, Vin Penfold’s et Film Seville, qui nous ont aidé à rendre cet événement possible et merci spécialement à nos fans pour leur appui inconditionnel.

À l’année prochaine!

Visitez heavyMTL.com pour voir plusieurs photos de l’événement!


www.HeavyMTL.com


Un commentaire
  • Ziltoid
    25 juillet 2011

    Je trouve un peu dommage que ce soit le même texte que sur Musikuniverse.net :(

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES