BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Yngwie Malmsteen: L’album « Relentless » en analyse

Yanick Klimbo Tremblay
8 août 2011

Yngwie Malmsteen
Relentless

Rising Force Records

L’humilité n’est pas une application qui correspond avec le personnage fumant et fringant qu’est Malmsteen. Excellent guitariste, ce type ne s’est jamais caché qu’il était le « plus meilleur » du monde sur la 6 cordes. Et il l’est, probablement… mais sur quelle échelle doit on se fier pour le savoir ? La sienne, assurément !

Sur ce disque, Yngwie fait TOUT selon les crédits du livret à l’exception de chanter (car c’est Tim « Riper » Owen sauf sur Look at You Now Malmsteen chante lui-même avec un registre de voix qui sonne comme Brent Hinds de Mastodon) jouer de la batterie et les claviers. Pour le reste, il fait tout ! De la production, le mixage, la réalisation, écriture des paroles… c’est à se demander s’il ne s’est pas pris en photo lui-même pour agrémenter la pochette !

Et c’est là que le tout me chicotte car musicalement, c’est superbe ! Les chansons sont du registre power métal clinquant, virtuosité implacable, jeux musicaux de haut calibre mais, et il y a un mais… au niveau de la production, il y a un manque. Je ne suis pas réalisateur d’albums, et ne le serai jamais, mais pendant quelques moments, lors de mes écoutes, j’avais l’impression qu’à certains endroits sur l’album, le son augmentait et diminuait… et augmentait et diminuait à nouveau! Autrement dit, ça sonne la cacane !

Au début, je croyais avoir une copie défectueuse. Est-ce mes lecteurs de disques? J’ai testé dans ma voiture, ma chaine stéréo à la maison, mon ordi… même phénomène ! Donc, c’est une copie défectueuse ? J’ai téléchargé l’album mais même chose, sonorité de cacane !

Donc, est-ce que Malmsteen devrait laisser la portion réalisation à quelqu’un d’autre ? Il le fait avec quelqu’un d’autre, un type du nom de Keith Rose… J’imagine que Malmsteen doit-être omniprésent et se mêler de tout, les doigts sur les boutons en tapant sur les doigts de Rose.

Outre ce détail, il demeure que c’est un album qui plait aux amateurs de guitares et c’est le but de tous les albums de Malmsteen… à l’exception peut-être d’Odyssey dans les années 80. Sur Relentless, c’est de la guitare mur-à-mur, appuyée par une section rythmique minimaliste, des portions chantées au compte-goutte dans le but ultime de laisser la place à Yngwie Malmsteen qui s’acquitte à sa tâche à merveille ! Il se laisse aller les doigts de manière plutôt vigoureuse sur toutes les pièces mais plus particulièrement sur la chanson titre, Arpeggios From Hell qui se retrouvait étrangement sur un autre album ainsi qu’Adagio B flat minor Variation et Into Valhala.

Oui, nous connaissons le personnage car la légende est plus grande comme l’Homme en tant que tel mais il reste qu’il est l’un des plus grands guitaristes que la Terre ait connu et ce, que l’on aime Malmsteen ou non !

Malmsteen sera en concert le mardi 18 octobre 2011 au très modeste Club Soda de Montréal, une présentation de BCI. Cliquez ICI pour des billets!

www.risingforcerecords.com

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES