BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Amos Lee: Analyse de l’album « Mission Bell » (Album qui traînait sur la pile au BangBang)

Yanick Klimbo Tremblay
2 janvier 2012

Amos Lee
Mission Bell
Blue Note/EMI

Auteur et compositeur de talent, Amos Lee demeure tout de même un artiste qui reste dans l’ombre ici, même si cet album est entré en force en première position du Billboard en janvier 2011. Avec sa sonorité folk qui peut nous rappeler par moments James Taylor lors des moments plus guimauvés comme sur les pièces El Camino et Out Of The Cold, c’est pourtant lorsque l’appellation folk-rock se présente le bout de nez que le tout me rassure au niveau des qualités musicales car du James Taylor en version moderne, à la longue…ça m’apeure.

Mais en mode folk-rock, Amos Lee propose du matériel qui se rapproche étrangement à ce que j’aimais du groupe Brad, le projet en parallèle de Stone Gossard, guitariste de Pearl Jam. Sur cet album d’Amos Lee, je me suis surpris à de nombreux moments à comparer les deux produits,justement, étant donné que les similitudes sont présentes. Avec la voix feutrée de Lee, les touches subtiles de piano parsemées à quelques endroits en plus des mélodies caressantes qui  meublent les 12 chansons, le parallèle était trop évident avec ce qui Brad a proposé sur ses 4 albums, plus précisément sur les chansons Windows Are Rolled Down et  Stay With Me.

En mettant de côté cette analyse comparative, il demeure que Mission Bell est une production sans faille qui se veut le travail de Joey Burns de Calexico à la console d’enregistrement.  Les arrangements sont subtils, rien ne dépasse musicalement et le tout se fond bien au jeu sublime d’Amos Lee qui maîtrise à merveille les guitares. La voix de Lee est empreinte  de cette fusion de l’âme meurtrie et de la chaleur de désespoir comme sur la chanson Jesus et Learned A Lot, une chanson très soul.

Lee sait s’entourer de collaborateurs de haut niveau et c’est pourquoi nous pouvons retrouver Lucinda Williams sur Clear Blue Eyes, une pièce qui nous remémore les grands duos de l’époque grâce à un mariage de voix qui démontre un partage de sentiments plutôt qu’une performance à faire éclater une coupe de cristal. De plus, Willie Nelson pousse la note, très nasillarde comme il se doit, sur El Camino (Reprise) pour créer, encore une fois, un accord parfait qui démontre que la passion musicale va au-delà des performances de grande ampleur!

Habituellement, je n’analyse pas ce genre d’artiste mais lorsqu’un auteur compositeur est intègre comme Amos Lee, il m’est impossible de ne pas tomber sous le charme.. ce qui m’est arrivé avec Mission Bell!

http://amoslee.com/

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES