BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Ghost : Encensés dans le frimas (Retour sur le concert)

Yanick Klimbo Tremblay
22 janvier 2012

Le samedi 21 janvier 2012 au Corona de Montréal

Ils n’avaient pas leur visa pour nous visiter lors de la tournée avec Enslaved, c’est donc en 2012 que la première rencontre avec ce phénomène « métal » qu’est Ghost a eu lieu, hier soir au Corona de Montréal. Cette formation énigmatique, qui n’a qu’un seul album, a proposé une performance digne d’un groupe qui roule depuis une quinzaine d’années.

En ouverture, le métal électro-acoustique d’Ancient VVisdom sonnait la canette vide pour moi car j’étais dans les catacombes du Corona, un endroit parfait il faut en convenir,  pour diriger une entrevue avec deux des Nameless Ghouls. Donc, pour ce qui est d’un compte-rendu de la prestation du groupe, je dois m’abstenir car j’étais présent dans l’immeuble mais pas devant la scène !

A mon retour dans le monde des vivants, les gens continuaient d’entrer au compte-goutte. Soirée froide certes, mais un concert un samedi soir par un groupe fort attendu, je m’attendais à une plus grande affluence de la part des amateurs. Le plancher du Corona était rempli à forte capacité mais l’étage du balcon n’était pas accessible. Parlant de la salle, maintenant propriété du groupe Evenko, il faut saluer le cachet unique de la salle de spectacle. L’entourage de Ghost nous expliquait avant l’entrevue que le groupe était fort impressionné par cette salle de spectacle. Personnellement, j’aime bien cette salle qui a subit une petite cure de beauté et de rajeunissement. Le seul hic demeure son éloignement vigoureux face au centre-ville.

Blood Ceremony
, groupe de Toronto signé sur la prestigieuse étiquette Rise Above, était deuxième sur l’affiche. Proposant une fusion de la musicalité lourde de Black Sabbath avec la facette enjôleuse de Jethro Tull pour l’ajout de la flute, le groupe a su bien tirer son épingle avec de longues chansons langoureuses et bien appuyées par une section rythmique solide. Alia O’Brien aux voix, claviers et flute est le centre d’attraction du groupe. Elle offre les mouvements typiques du genre et sa performance vocale n’en souffre aucunement.

Les effluves d’encens se sont laissées humer pendant quelques minutes lorsque les lumières se sont tamisées, laissant le rideau du Corona bien en vue par les quelques centaines de curieux. La musique en introduction était bien intrigante, un mélange bien ficelé de chants grégoriens étouffés, de notes d’orgues lugubres et autres ambiances effrayantes. Lors de la montée du rideau, Ghost est apparu tel un cauchemar funèbre mettant en vedette 5 hommes en tenue de moine avec une absence de traits au niveau du visage. Papa Emeritus, le chanteur, faisait balancer dans tous les sens son récipient d’encens qui en emboucanait plus d’un.

Performance scénique et musicale sans aucune faille, le tout est tellement bien apprivoisé par les créatures nocturnes qui forment Ghost que le tout en est déstabilisant. Pendant 45 minutes, le groupe a joué toutes les pièces de son album en plus de leur reprise de la chanson des Beatles
« Here Comes the Sun »
.

Il est bien évident qu’après le concert, les gens étaient bien satisfaits quoique déçus par la durée du concert, très minime. Dans la file qui mène au vestiaire, de nombreuses personnes se demandaient qui peut bien se retrouver sous les costumes des membres de Ghost car l’énigme demeure toujours bien présente. Le tout devient très secondaire étant donné la force brute du groupe sur scène.

Maintenant géré par Rick Sales, le manager de Slayer et Mastodon, il ne sera pas étonnant de voir ce groupe prendre une place plus qu’imposante au cours des années qui s’en viennent, surtout si l’aura ténébreuse et excessivement énigmatique de Ghost reste intacte.

Ghost sera de retour en 2012, au printemps. Si vous étiez au Corona en cette soirée de janvier, vous pourrez dire aux autres que vous avez été témoin du groupe dans sa genèse, car Ghost deviendra très « big ».

Visitez la galerie photo de Christina Greschner ICI !

Remerciements à evenko

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES