BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Metal Alliance : Retour sur le concert avec DevilDriver, The Faceless, Dying Fetus et encore plus ! (Retour sur le concert)

Yanick Klimbo Tremblay
25 mars 2012

Le vendredi 23 mars 2012 au National de Montréal

Au lendemain de la manifestation monstre du 22 mars où des milliers d’étudiants ont déferlé dans les rues de Montréal, je me demandais comment allait être l’état de la rue Ste-Catherine après un tel évènement. De plus, le concert de ce soir, qui se veut un festival en tant que tel, débutait vers 17h00 donc, s’il y a manifestation étudiante après ce soubresaut de la veille, serais-je en retard ? Est-ce que l’artère principale de Montréal aura des airs de la ville de Beyrouth? Heureusement, tout est en bon état et il n’y a pas eu de mouvement de foule de la part des organismes étudiants, mais tout de même, c’est aux alentours de 19h15 que je me présente au National car à 17h00, début des hostilités métalliques, je suis encore devant mon souper, moi !

En mettant pied au National, 3 Inches of Blood vient à peine de sortir de scène, ce qui se résume à un manque visuel et auditif de ma part envers plusieurs groupes dont la formation montréalaise Endast, Wretched et Impending Doom. Travail et métal ne vont pas toujours comme larrons en foire, n’est-ce pas ?

Ma soirée débute véritablement avec la présence sur scène de Job For A Cowboy. Le groupe de l’Arizona arrive sur scène avec un son qui sera rebalancé durant les deux premières chansons, ce qui ne nous permet pas vraiment d’apprécier le groupe car le tout semble perdu au niveau auditif, nous ne pouvons percevoir les subtilités sonores et la prestation du groupe tombe à plat. Ce n’est qu’un désordre musical qui accompagne le groupe, les gens semblent confus et nombreux sont les gens qui quittent l’enceinte du spectacle pour se rendre griller une clope… Le problème est le manque de nuance musicale, les chansons étaient indiscernables les unes des autres. L’expérience sur album passe généralement bien avec la formation mais en mode concert, Job For a Cowboy demeure un groupe standard, surtout lorsque l’on analyse le groupe avec un certain recul après avoir entendu Dying Fetus juste après !

L’excellence de l’exécution se pointait le nez par la suite. Dying Fetus cultive encore la brutalité à merveille et une leçon de death métal a été donnée devant une foule réceptive. Les corps ont commencé à voler un peu partout sur les rythmiques du groupe comme Homicidal Retribution, One Shot One Kill, Invert the Idols, Killing on Adrenaline et Kill Your Mother Rape Your Dog. Ce groupe a toujours été l’une des formations les plus appréciées au Québec et avec l’accueil d’hier en fusion avec la présence sur scène du groupe, toujours très solide en passant, nul ne peut nier que la palme de la performance de la soirée va directement au fœtus mourant !

Avec son amalgame sonore de death giga-technique et la progression musicale teintée de jazz, le fossé créé par The Faceless après Dying Fetus et juste avant DevilDriver était incommensurable. Cette formation est géniale mais l’idée de les placer après une bête de death métal et juste avant une formation qui maitrise à merveille le métal qui groove a refroidi les ardeurs de la foule. Les musiciens présents dans la foule ont grandement apprécié les prouesses des musiciens de la formation The Faceless mais ceux qui étaient présents pour se défoncer dans le pit ont repris le chemin du trottoir de la Ste-Catherine pour griller une couple de cigounes ou pour s’enfiler une Pabst’ bien fraîche, achetée en face.

Finalement, ce marathon s’est terminé avec DevilDriver. Maintenant sans contrat avec Roadrunner, il semblerait que le groupe ait trouvé que la promotion face au dernier album Beast ait été défaillante… ce qui est probablement la raison majeure qui explique pourquoi le groupe ne joue pas vraiment de chansons tirées de ce disque en spectacle… Foule moins compacte, l’excitation était palpable tout de même et les gens se sont livrés à une séance de défoulement collectif sur des pièces comme Horn of Betrayal, Dead to Rights, Pray for Villains, I Could Care Less et Not All Who Wander Are Lost.

Du groove métal à son meilleur avec une sonorité qui était nettement mieux pour le groupe de tête. Éclairages parfaits pour cette salle intimiste, le groupe s’en est donné à cœur joie visuellement et musicalement pendant un peu plus d’une heure. Efficace et vif, la boucle a été bien bouclée avec cette dose de joie métallisée qu’est DevilDriver !

Remerciements à Extensive Enterprise

Photos: Christina Greschner

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES